fbpx

(ESPACE) La Lune pourrait-elle avoir sa propre lune ?

12 janvier 2021 – Si autour de notre Lune, n’orbite pas une autre lune, cela peut-exister autour d’autres planètes. C’est ce que Sean Raymond du Laboratoire d’astrophysique de Bordeaux et Juna Kollmeier de l’Institut Carnegie en Californie affirment, même si les calculs ont été, pour le moins, difficiles. En effet, Jérémie Vaubaillon, de l’Observatoire de Paris précise : « il suffit de 3 corps en interaction (étoile, planète, lune) pour que les orbites soient extrêmement compliquées à calculer sur le long terme, car de nombreuses instabilités apparaissent. Ajouter un quatrième corps, la sous-lune, ne fait qu’empirer le problème ».

ÇA TOURNE OU ÇA SE DISLOQUE

L’astrophysicienne américaine Juna Kollmeier et Sean Raymond, l’astrophysicien Américain travaillant à Bordeaux, ont pu délimiter les zones stables et moins stables pour pour savoir si une lune secondaire, « sous-lune », pouvait orbiter autour d’une lune principale. Si la « sous-lune » est trop éloignée de sa lune, elle sort de la « sphère de Hill ». Celle-ci délimite l’influence de la gravitation d’un astre en présence d’un autre corps plus massif. Si la « sous-lune » est trop rapprochée, elle sera sous la « limite de roche » et les contraintes la fera, à terme, se disloquer. Sean Raymond explique « il faut donc que la sous-lune orbite entre ces deux limites, de préférence dans la partie interne de la zone : elle serait alors perturbée, mais si peu, qu’elle pourrait rester stable pendant des milliards d’années ». L’astrophysicien américano-bordelais précise que très peu de lunes du système solaire pourraient accueillir (théoriquement) une autre lune : Titan et Japet qui orbitent autour de Saturne, Callisto qui tourne autour de Jupiter et la Lune de notre planète. Certe, aucune « sous-lune » n’existe au sein de notre système solaire mais Sean Raymond et Juna Kollmeier pensent qu’ils auraient en exister par le passé. Par exemple, la chaîne de montagnes qui parcourt l’équateur de Japet aurait tout à fait pu être formée par une chute de morceaux d’une « sous-lune » qui, passant sous la limite de Roche, se serait déchirée. Alors que certains chercheurs trouvent de plus en plus d’exoplanètes, voilà donc une nouvelle quête : la recherche de « sous-lunes ».

Pour parcourir l’espace avec nous lors d’émissions exceptionnelles, abonnez-vous à btlv.fr !

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Cet astéroïde vaut 7 Millions de fois l’économie sur Terre !

23 janvier 2021 – Situé entre Mars et Jupiter, cet astéroïde, entièrement composé de métaux, présente des caractéristiques hors du commun…

L’astéroïde « Psyche 16 » est multi-trillionaire ; sa valeur est en effet estimée à environ 630 Trillions d’Euros.

Une belle somme, mais pourtant, ce n’est pas la raison pour laquelle la NASA y enverra un orbiteur, en 2022. Parce qu’en plus d’être plein de richesses, l’astéroïde pourrait aussi nous en apprendre beaucoup sur la façon dont se serait formé notre système solaire…

UN NOYAU SEMBLABLE A CELUI DE LA TERRE

Même à long terme, l’étude de Psyche 16 n’a aucun but mercantile. En revanche, il donnera aux chercheurs l’opportunité d’observer la Terre…

Plus exactement, ce qui se rapproche le plus du noyau de notre planète. Il s’agira de réaliser sur cet astéroïde, ce qu’il est impossible de réaliser sur Terre, puisqu’il faudrait en effet creuser jusqu’à 3 000 kilomètres de profondeur, afin d’observer le noyau terrestre, ce qui est impossible. Etudier Psyche 16, permettra à la NASA de mieux comprendre le fonctionnement de notre cœur terrestre.

Les scientifiques tenteront par exemple, de déterminer pourquoi le magnétisme des pôles finit par s’inverser au fil du temps.

UN ASTÉROÏDE VRAIMENT UNIQUE

L’astéroïde fut découvert en 1852 par Annibale De Gasparis. L’astronome italien n’imaginait alors pas qu’il venait de repérer une telle rareté, dans sa lunette d’observation.

Lors de leurs formations, les astéroïdes agrègent les éléments lourds d’étoiles ayant explosés, parce qu’en fin de vie, au cours des précédents milliards d’années. C’est d’ailleurs de cette façon que sont nés des métaux comme l’or, l’arent ou le platine, et même des éléments vitaux à notre survie, tel que l’oxygène.

Ce qui rend Psyche 16 si spécial, c’est que là ou les astéroïdes sont habituellement constitués d’amas de roches ou de glace, ce dernier est surtout composé de fer, de nickel et certainement d’or. A l’échelle du cours actuel de tous ces métaux, cela représenterait une valeur astronomique, équivalente à 7 Millions de PIB mondiaux (le PIB mondial représentait 84 798 Milliards de dollars, en 2019).

Il aura fallu attendre le lancement du télescope Hubble, en 2014, pour se rendre compte des particularités de cet astéroïde géant.

Mais l’observation de Psyche 16 n’en est qu’à ses balbutiements. En effet, la « mission Psyche », ne décollera qu’en août 2022, avec, nous l’espérons, son lot de découvertes surprenantes.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2021-01-12T16:20:08+01:0012 janvier 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser