Découvrez le premier site (Vidéo / Audio / Actu) consacré aux sciences alternatives et aux technologies de demain

Regardez et écoutez BTLV gratuitement et sans engagement pendant 7 jours
+3000H d'émissions pour donner du sens à sa vie
Je découvre maintenant

Source : BTLV / Bob Bellanca

Un crâne fossilisé de Mammouth vient d’être retrouvé au large de côtes Californiennes sur la petite île de Santa Rosa.  Vieux de 13.000 ans le spécimen pourrait apporter aux chercheurs de nouveaux éléments de réponse sur l’évolution de ces pachydermes et sur leur possible cohabition avec les hommes.

Pour Monica Bugbee, qui fait partie de l’équipe de fouille, il s’agit « sans doute du crâne de mammouth le mieux préservé-ayant été découvert sur les îles du détroit ». Un crâne qui pose la question de la coexistence avec les hommes…D’autant que les ossements d’Homa sapiens qui ont été également retrouvés correspondraient à la même époque. Justin Wilkins un membre de l’équipe affirme que « Cette incroyable découverte est extrêmement rare et d’une haute importance scientifique ».

Pour les chercheurs il est tout à fait probable que les hommes et les mammouths aient cohabité. Pour eux, la population aurait disparu avant que ces derniers ne colonisent les îles du détroit. Il se peut également que l’extinction coïncide avec l’arrivée des premiers habitants et ait pour origine la chasse intensive.

Les paléontologues indiquent que Santa Rosa a été la terre d’accueil des mammouths de Colomb (Mammuthus columbi).

Si ces pachydermes seraient arrivés à la nage entre 20.000 ans et 40.000 ans, ce n’est que vers la fin du Pléistocène, première époque géologique du quaternaire qui dura de 2.000.000 à 10.000 ans av. j-c. que l’exploit fut reproduit par les humains.

Le plus intéressant de la découverte réside dans le fait que le crâne retrouvé ne présente pas les mêmes proportions que l’on attribue habituellement aux mammouths de l’archipel. Les chercheurs pensent qu’ils sont face à une race qui se serait adaptée au contexte de l’ile. Au fil du temps, sa forme aurait évolué afin de donner cette nouvelle espèce du mammouth nain.

Par ailleurs, l’idée d’un spécimen jeune a été écarté en raison des caractéristiques des défenses. Des analyses sur le crâne devraient donner de nouvelles réponses à ce mystère de taille. Surnommée pour le moment Larry en hommage au paléontologue Larry Agenbroad, on attend un nom officiel pour cette nouvelle espèce.

Bob Bellanca