Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

Pour accéder à toutes nos interviews audio et vidéo
Rejoindre BTLV

30 juin 2020 – Des bébés génétiquement modifiés pour éviter certains risques de maladies incurables. C’est l’objectif du Francis Crick Institute de Londresqui a mené une expérience sur des embryons humains, expérience qui a très mal tourné.

C’est avec l’outil CRISPR que les chercheurs du centre londonien ont tenté de modifier des traits génétiques engendrant un risque de maladie incurable chez l’Homme.

LE GÈNE POU5F1

Le but de cette expérience était de supprimer le gène POU5F1. En utilisant CRISPR-Cas9 sur 18 embryons humains, les scientifiques se sont aperçus que 10 de ces embryons présentaient de graves anomalies génétiques. Quatre d’entre eux présentaient même des délétions, des pertes de fragments chromosomiques, à l’endroit précis où la manipulation génétique avait été effectuée. L’expérience a été stoppée au bout de 14 jours pour une question d’éthique.

LE CAS DES JUMELLES DE HE JIANKUI

Ce n’est pas la première fois que l’on constate ce genre de phénomène. Une expérience menée à terme en 2018 par un scientifique chinois avait fait couler beaucoup d’encre. En effet, He Jiankui avait mené une expérience de modification génétique jusqu’à son terme et avait donné naissance à des jumelles qui présentaient une variation du gène CCR5, les protégeant d’une infection par le VIH. Si l’on ignore aujourd’hui où se trouvent les petites filles, il semblerait qu’elles aient subi des mutations génétiques imprévues dues à la modification effectuée par He Jiankui.

La technique n’est donc pas encore utilisable et nécessite encore beaucoup de travail.

Rédaction btlv.fr (source Futura Sciences )