fbpx
x

(AFRIQUE) Une résolution a été présentée à l’ONU pour mettre fin à la persécution des sorciers

3 septembre 2021 — Dans certains pays africains, la sorcellerie fait encore partie des croyances, et à cause de certaines rumeurs, des innocents, comme les albinos, les personnes âgées, les femmes et les enfants sont  harcelés et subissent de véritable persécution pouvant aller jusqu’à la mort, dès l’instant qu’ils sont considérés comme des sorciers.

Des scientifiques britanniques essayent de mettre fin à ces pratiques d’un autre temps. À cette fin, ils élaborent depuis de nombreuses années une résolution qui a été récemment soumise à la discussion du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.

Le professeur Charlotte Baker de l’Université de Lancaster (Royaume-Uni) a travaillé avec ses collègues pendant plusieurs années pour créer une résolution.

Il s’agit pour eux de protéger les plus vulnérables, il faut arrêter de leur faire subir les expulsions des villages, les pires tortures, comme l’amputation de membres, et même les assassinats.

DES SACRIFICES DE SOI-DISANTS SORCIERS

Maintenant, la résolution préparée a été soumise par le Kenya au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies avec le soutien du Groupe africain des Nations Unies, qui comprend 54 États indépendants sur le continent africain.

La résolution appelant à la fin  de cette pratique, et surtout  réaffirme que chacun a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité, et soutient les principes fondamentaux d’égalité, de non-discrimination et de dignité humaine .

Chaque année, des milliers de cas sont enregistrés dans le monde dans lesquels des personnes sont accusées de sorcellerie, mutilées et tuées pour des rituels associés à la sorcellerie. Plus de 700 attaques contre des personnes atteintes d’albinisme ont été signalées dans 28 pays au cours de la dernière décennie.

De plus, dans certains pays africains, la vente de parties du corps de personnes atteintes d’albinisme est une grosse affaire – pour un  corps complet peut-être vendu jusqu’à 75 000 $.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ROBOT) Des fourmis imprimées en 3D s’unissent pour contourner les obstacles

27 octobre 2021 – Des scientifiques de l’Université de Notre-Dame ont voulu reproduire l’union des fourmis lorsqu’elles sont face à un obstacle. Ils y sont parvenus.

Yasemin Ozkan-Aydin est professeur. Elle a observé que les robots à quatre pattes présentaient des avantages par rapport aux robots à roues. Mais le problème c’est que certains gouffres ou des terrains trop raides sont infranchissables. Face à ce constat, elle a créé avec ses collègues des petits robots imprimés en 3D qui peuvent travailler ensemble.

Les robots mesurent 15 à 20cm de long. Ils ont un microprocesseur, un capteur de lumière frontal, des capteurs magnétiques à chaque extrémité et une batterie au lithium-polymère.

Lorsqu’un de ces robots est en difficulté, il envoie un signal sans fil à ses congénères qui l’aident. Ensemble, ils peuvent former un pont. 

Yasemin Ozkan-Aydin améliore encore ce système déjà bien abouti. Mais quelles seraient les applications des robots-fourmis ? On peut les envisager dans l’exploration spatiale ou encore l’étude des insectes.

Tom Hannane (rédaction btlv.fr)

2021-09-06T13:14:10+02:003 septembre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser