Découvrez gratuitement le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

+4000H d'émissions pour donner du sens à sa vie
Je découvre maintenant

26 mars 2020 — « Encore un apéro-visio! Je vais finir alcoolique… » « Au boulot je peux pas descendre fumer à la moindre contrariété, en télétravail je te dis pas! » Les témoignages du genre se multiplient sur les réseaux sociaux, rigolards ou angoissés.

Alors, tous « accros » à la fin du confinement? Pas forcément, mais attention, répondent des spécialistes.

« Les liens entre les situations de stress traumatique et la consommation sont tout à fait établis. On répond avec les moyens du bord habituels, calmants, alcool, drogues récréatives », explique Philippe Batel, psychiatre et addictologue, chef du pôle addiction de Charente.

« En situation de confinement, la plupart des stratégies d’adaptation au stress, comme le sport ou les sorties, n’existent plus. Mais il y a de plus en plus de stress. Et la stratégie d’adaptation qui existe toujours, c’est l’utilisation de substances », abonde Elsa Taschini, psychologue spécialisée et co-fondatrice de l’association Addict’Elles.

Le phénomène est donc attendu, même chez les gens ne souffrant pas d’addictions lourdes, et l’OMS l’aborde dans ses recommandations pour « faire face au stress » pendant l’épidémie: « Ne cherchez pas à canaliser vos émotions en fumant, en buvant de l’alcool ou en consommant d’autres produits stupéfiants ».

BLAGUE ?

Pour Elsa Taschini il y a comme un inconscient collectif de ces dangers, que traduit la multiplication des vidéos humoristiques sur les excès en confinement. « Si on en fait autant de blagues, c’est qu’en fait on sait que ce n’est pas vraiment une blague ».

Elle aussi recommande de « faire un bilan » et de s’interroger sur la place qu’occupent pour chacun d’entre nous ces « modérateurs de stress pas comme les autres » par rapport à d’autres activités aux vertus apaisantes possibles en confinement : films, lecture ou animaux de compagnie, sans oublier la sexualité.

Autres utilisateurs de « substances » concernés, les millions de Français adeptes de drogues « récréatives ».

Ils font face à une situation un peu différente, car « on se demande comment ils vont s’approvisionner », souligne le docteur Bernard Basset, président de l’Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie. Et Nathalie Latour estime qu’on « pourrait voir des gens rebasculer sur d’autres substances ».

Pas certain pourtant que l’offre fasse défaut. « Je fume peut-être un peu plus de clopes », explique Thomas (le prénom a été changé), 24 ans, étudiant parisien. « Mais si au début du confinement il n’y avait presque plus de dealers qui se déplaçaient, ils se sont réorganisés. Il faut commander la veille, en plus grosse quantité, mais ils ont repris les tournées ».

Rédaction btlv.fr (source AFP)