fbpx

ALCOOL : Une étude révèle que l’abus d’alcool double le risque de démence

10 septembre 2020 – On ne le répétera jamais assez : l’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Mais il l’est peut-être encore plus que nous ne l’imaginions. Une étude publiée dans The Lancet explique que la surconsommation d’alcool peut doubler le risque de démence.

On savait déjà que l’abus d’alcool pouvait générer des problèmes au niveau des organes, notamment le foie. Mais une récente étude publiée dans The Lancet tend à montrer l’existence d’un lien entre la surconsommation d’alcool, notamment dans les cas de pertes de consciences dues à l’alcool, et la démence, type maladie d’Alzheimer.

LE JEU ET LA CHANDELLE

En écoutant les témoignages des plus de 13 000 personnes participant à l’étude, les chercheurs ont constaté que 96 000 d’entre eux avaient déjà eu des pertes de conscience induites par l’alcool dont 10 000 d’entre eux au cours des 12 derniers mois. Et ce n’est pas tout, ils se sont aperçus qu’un comportement abusif doublait le risque de développer une forme de démence, même s’ils ignorent la nature du mécanisme à l’œuvre. Qui plus est cela touche tout le monde, en dépit de l’âge ou du genre.

Pourtant les auteurs de l’étude expliquent que les précédentes, sur lesquelles ils se sont basés sur des données qui ont leurs limites : par exemple, on ne sait pas si les effets sont les mêmes pour un individu consommant 14 verres d’alcool en 48 h s’il les boit d’affilée ou espacés sur 2 jours.  En effet, comme l’épidémiologiste Mika Kivimaki l’explique, si la consommation d’alcool augmente la toxicité du sang, les effets ne se reflètent pas sur la consommation générale. Il ajoute également que quelle que soit notre consommation d’alcool, si celle-ci est combinée à un épisode de surconsommation, la toxicité du sang peut provoquer des pertes de conscience.

Margaux Naudin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

CHINE : Découverte de deux petits dinosaures « endormis » d’une espèce inconnue

20 septembre 2020 – Deux petits dinosaures ont été découverts dans la province de Liaoning en Chine par des paléontologues. Ces derniers n’appartiennent à aucune espèce connue à ce jour et auraient été enterrés dans leur sommeil.

C’est une éruption volcanique qui aurait piégé ces deux dinosaures de petite taille dans leur terrier, les enterrant vivants, à l’image des habitants de Pompéi plusieurs siècles plus tard.

ESPÈCE NON RÉPERTORIÉE

Ces deux dinosaures font 1,10 mètre de long chacun et ne sont assimilables à aucune espèce connue des paléontologues jusqu’à aujourd’hui. Leurs fossiles ont été découverts par des agriculteurs de la région de Liaoning qui était déjà connue pour ses nombreux fossiles de dinosaures en parfait état.

Ils étaient munis de pattes arrière qui leur permettaient de se déplacer « debout » et même de courir, de même qu’une longue queue qui les stabilisait. À l’analyse de leur morphologie, il est apparu qu’ils pouvaient également creuser des terriers. C’est d’ailleurs dans l’un de ces terriers qu’ils ont été découverts.

Puisque l’espèce était inconnue, il a bien fallu la nommer. C’est ainsi que ces deux dinosaures sont devenus les deux premiers représentants de l’espèce des Changmiania liaoningensis, ce qui signifie « dormeur éternel du Liaoning ». Il semblerait à première vue que ces dinosaures aient été des ornithopodes précoces de la branche des ornithischiens qui vivaient il y a 65 à 200 millions d’années.

Margaux Naudin (rédaction btlv.fr)

2020-09-10T17:04:46+02:0010 septembre 2020|

Sujets susceptibles de vous intéresser