fbpx

ALCOOL : Une étude révèle que l’abus d’alcool double le risque de démence

10 septembre 2020 – On ne le répétera jamais assez : l’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Mais il l’est peut-être encore plus que nous ne l’imaginions. Une étude publiée dans The Lancet explique que la surconsommation d’alcool peut doubler le risque de démence.

On savait déjà que l’abus d’alcool pouvait générer des problèmes au niveau des organes, notamment le foie. Mais une récente étude publiée dans The Lancet tend à montrer l’existence d’un lien entre la surconsommation d’alcool, notamment dans les cas de pertes de consciences dues à l’alcool, et la démence, type maladie d’Alzheimer.

LE JEU ET LA CHANDELLE

En écoutant les témoignages des plus de 13 000 personnes participant à l’étude, les chercheurs ont constaté que 96 000 d’entre eux avaient déjà eu des pertes de conscience induites par l’alcool dont 10 000 d’entre eux au cours des 12 derniers mois. Et ce n’est pas tout, ils se sont aperçus qu’un comportement abusif doublait le risque de développer une forme de démence, même s’ils ignorent la nature du mécanisme à l’œuvre. Qui plus est cela touche tout le monde, en dépit de l’âge ou du genre.

Pourtant les auteurs de l’étude expliquent que les précédentes, sur lesquelles ils se sont basés sur des données qui ont leurs limites : par exemple, on ne sait pas si les effets sont les mêmes pour un individu consommant 14 verres d’alcool en 48 h s’il les boit d’affilée ou espacés sur 2 jours.  En effet, comme l’épidémiologiste Mika Kivimaki l’explique, si la consommation d’alcool augmente la toxicité du sang, les effets ne se reflètent pas sur la consommation générale. Il ajoute également que quelle que soit notre consommation d’alcool, si celle-ci est combinée à un épisode de surconsommation, la toxicité du sang peut provoquer des pertes de conscience.

Margaux Naudin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(SCIENCE) Notre tête révèle un organe inconnu jusqu’à ce jour

21 octobre 2020 — Publiée dans la revue Radiotherapy and oncology, une étude révèle l’existence d’un nouvel organe niché dans le nasopharynx humain. Un ensemble de glandes salivaires bilatérales. Jusqu’à il y a trois ans, les scientifiques pensaient que le corps humain contenait 78 organes. Depuis ils ont revu à la hausse le nombre de ses derniers en y rajoutant notamment le mésentère qui relie l’intestin aux parois abdominales. Cette fois, il va falloir également compter avec de nouvelles glandes salivaires. C’est une équipe de chercheurs néerlandais qui a fait cette

découverte anatomique. Niché à l’arrière du nasopharynx, ce nouvel ensemble de glandes salivaires a été découvert lors d’examens menés avec un PSMA sur des patients souffrant d’un cancer de la prostate. C’est grâce aux injections de glucose radioactif lors du scan que l’organe fut découvert.

Crédit photo : Institut néerlandais du cancer

ON A TOUS LES GLANDES

Notre corps est équipé de glandes salivaires dites « majeures » (ndld : les glandes parotides, sous-maxillaires et sublinguales) mais aussi de près d’un millier de glandes salivaires supplémentaires dites “mineures”. Minuscules, celles-ci sont nichées dans le tractus aérodigestif et dans toute la zone buccale, ce qui n’est pas le cas de ce nouvel organe qui appartiendrait aux glandes dites « majeures ». Placées précisément derrière le nez et au-dessus du palais, ces glandes se trouvent près du centre de notre tête. La question que beaucoup se posent est légitime : comment sommes-nous passés à côté depuis l’avènement de la radiographie ? Les spécialistes avancent que cette zone n’est pas très accessible. Pour certains, seules les nouvelles techniques d’imagerie PSMA-PET / CT peuvent le permettre.

Sur BTLV, on se demande souvent s’il existe un grand architecte à l’espèce humaine et il est certain que si la question est longtemps posée, une chose est sure, le corps humain est vraiment la plus belle machine qu’il a inventée…

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

2020-09-10T17:04:46+02:0010 septembre 2020|

Sujets susceptibles de vous intéresser