Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

Pour accéder à toutes nos interviews audio et vidéo
Rejoindre BTLV

24 juillet —Les découvertes scientifiques nous apportent toujours leur lot de surprises. C’est avec l’aide d’un crâne, le fossile d’une espèce de crocodile africain disparue, qu’on a pu relever une similitude avec ses cousins américains modernes, dont les ancêtres auraient franchi l’océan atlantique il y a au moins 5 millions d’années, selon une étude parue dans la revue Nature Scientific Reports.

Les crocodiles américains pourraient tous être les descendants d’une unique femelle enceinte de cette ancienne espèce africaine, qui se serait laissé transporter par les courants de l’océan pour débarquer dans le Nouveau Monde, spéculent les auteurs de cette étude.

LE MYSTÈRE DE LA TRAVERSÉE DE L’OCÉAN ATLANTIQUE

Les scientifiques tentent de comprendre comment il y a entre 11 et 5 millions d’annéesà l’ère du Miocène, les crocodiles ont pu franchir cette barrière paléobiogéographique. Et comment les branches se sont-elles mêlées ? Mais la présence de plusieurs courants, notamment le courant nord-équatorial, a probablement facilité la dispersion des crocodiles, développe ce chercheur de l’Université de Turin.

L’espèce disparue « C. checchiai » est en effet proche d’une espèce actuelle d’Australasie qui est « capable de parcourir près de 500 kilomètres en un mois simplement en flottant et se laissant transporter par le courant, comme l’ont montré des images satellites », ajoute-t-il, précisant que des études plus poussées seront nécessaires pour mieux comprendre les modalités de cette dispersion.

François Deymier (rédaction btlv.fr/source Nature Scientific Reports)