fbpx

(ANTHROPOLOGIE) Le crâne d’un ancêtre humain éloigné s’est transformé en réponse au changement climatique

18 novembre 2020 — on a découvert le premier cas de microévolution chez des ancêtres humains lointains. Les fouilles, menées par des archéologues australiens dans une grotte en Afrique du Sud, ont permis de découvrir le crâne d’un cousin éloigné, il date de 2 millions d’années. L’analyse a montré, que cette espèce a subi quelques changements au cours d’une courte période : un phénomène connu sous le nom de microévolution.

Le crâne trouvé appartient au Paranthropus robustus, le « cousin » de l’Homo erectus. Auparavant, les chercheurs pensaient que les mâles étaient nettement plus gros que les femelles. Cette dichotomie est bien connue chez certains primates modernes tels que les gorilles, les orangs-outans et les babouins. Cependant, le fossile trouvé indique que les différences attribuées au sexe sont en fait liées à la microévolution. Cette espèce a évolué rapidement lors du changement climatique.

Les scientifiques ont scanné le crâne, nommé DNH 155, et ont créé un modèle informatique 3D. Puis ils l’ont comparé à d’autres crânes de Paranthropus robustus. Il s’est avéré que le DNH 155 était significativement plus petit que les autres spécimens appartenant à des mâles. En fait, sa taille était comparable à celle d’un crâne de femme.

Les chercheurs pensent que le crâne DNH 155 appartient aux primates antérieurs et que l’espèce a évolué au fil du temps. Ce changement anatomique est le premier exemple de microévolution chez les premières espèces d’hominidés.

Il y a environ 2 millions d’années, le climat en Afrique du Sud a radicalement changé, il et est devenu plus sec. La végétation est devenue plus rare. S’adaptant au changement climatique, le crâne de Paranthropus robustus s’est littéralement déformé, changeant la position des dents.

Selon les chercheurs, de tels changements morphologiques sont en effet probablement le résultat de l’adaptation de Paranthropus robustus à un climat variable. À cette époque, l’Afrique du Sud était alors humide et luxuriante, et commençait à devenir plus sèche et plus aride. Aussi, les membres de cette espèce ont évolué de manière à pouvoir se nourrir de plantes plus coriaces.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

(Crédits Jesse Martin et David Strait)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(TECHNOLOGIE) Un aspirateur autonome pour nettoyer les rues

9 mai 2021- Si les robots aspirateurs autonomes, sont désormais très bien connus du grand public, se différenciant par des formes rondes et aplaties, qui leur permettent de pouvoir se glisser dans les endroits les plus difficiles d’accès, tout en évitant les collisions ; la version très grand format de ces aspirateurs d’un nouveau genre, aimerait elle aussi se faire un nom, dans le nettoyage en milieu urbain, cette fois-ci.

UN NETTOYAGE AUTONOME 

Des aspirateurs géants, pour nettoyer les rues en toute autonomie ! C’est exactement ce que propose l’entreprise finlandaise “Trombia Technologie”, qui a récemment entrepris de tester les capacités de son robot de nettoyage urbain, en conditions réelles.

Son nom est Trombia Free, d’une allure massive et futuriste cet aspirateur géant d’une taille de 3,52 mètres de long, et 2,3 mètres de large, vient d’être utilisé afin de nettoyer toute une piste cyclable située dans la capitale finlandaise, Helsinki.

Afin d’éviter les différents présents sur son chemin, sans risquer de bloquer l’appareil, le robot est doté d’un système Lidar (télédétection par laser), ainsi que de puissants capteurs optiques. Autre point fort, Trombia Free peut fonctionner aussi bien de jour que de nuit, et par tous les temps.  Quant à la vitesse de fonctionnement, le robot pourrait atteindre une vitesse de 10 kilomètres par heure, toutefois bridée entre 2 et 6 km/h, pour une meilleure efficacité.

Côté consommation d’énergie, le constructeur de Trombia Free affirme que son aspirateur robot utiliserait à peine 15 pourcents de la puissance habituellement mobilisée par les systèmes de nettoyage urbain traditionnels.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2020-11-18T15:36:52+01:0018 novembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser