fbpx

(ANTHROPOLOGIE) Le crâne d’un ancêtre humain éloigné s’est transformé en réponse au changement climatique

18 novembre 2020 — on a découvert le premier cas de microévolution chez des ancêtres humains lointains. Les fouilles, menées par des archéologues australiens dans une grotte en Afrique du Sud, ont permis de découvrir le crâne d’un cousin éloigné, il date de 2 millions d’années. L’analyse a montré, que cette espèce a subi quelques changements au cours d’une courte période : un phénomène connu sous le nom de microévolution.

Le crâne trouvé appartient au Paranthropus robustus, le « cousin » de l’Homo erectus. Auparavant, les chercheurs pensaient que les mâles étaient nettement plus gros que les femelles. Cette dichotomie est bien connue chez certains primates modernes tels que les gorilles, les orangs-outans et les babouins. Cependant, le fossile trouvé indique que les différences attribuées au sexe sont en fait liées à la microévolution. Cette espèce a évolué rapidement lors du changement climatique.

Les scientifiques ont scanné le crâne, nommé DNH 155, et ont créé un modèle informatique 3D. Puis ils l’ont comparé à d’autres crânes de Paranthropus robustus. Il s’est avéré que le DNH 155 était significativement plus petit que les autres spécimens appartenant à des mâles. En fait, sa taille était comparable à celle d’un crâne de femme.

Les chercheurs pensent que le crâne DNH 155 appartient aux primates antérieurs et que l’espèce a évolué au fil du temps. Ce changement anatomique est le premier exemple de microévolution chez les premières espèces d’hominidés.

Il y a environ 2 millions d’années, le climat en Afrique du Sud a radicalement changé, il et est devenu plus sec. La végétation est devenue plus rare. S’adaptant au changement climatique, le crâne de Paranthropus robustus s’est littéralement déformé, changeant la position des dents.

Selon les chercheurs, de tels changements morphologiques sont en effet probablement le résultat de l’adaptation de Paranthropus robustus à un climat variable. À cette époque, l’Afrique du Sud était alors humide et luxuriante, et commençait à devenir plus sèche et plus aride. Aussi, les membres de cette espèce ont évolué de manière à pouvoir se nourrir de plantes plus coriaces.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

(Crédits Jesse Martin et David Strait)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(SCIENCE) Et si une entité nous avait laissé un message codé sur la création de l’Univers ?

3 décembre — Ne lisez pas cet article, vous risquez d’avoir mal à la tête. Beaucoup trop de questions métaphysiques nous hantent tout au long de notre vie. Des questions lancinantes qui n’auront certainement jamais de réponse, comme par exemple : qui a créé l’Univers ?

Pourtant, il y a un scientifique qui va peut-être nous apporter un début de réponse, car il aurait découvert un message laissé par une entité intelligente !

En 2006, les physiciens Stephen Hsu et  Anthony Zee avaient suggéré que s’il y avait un grand créateur, il aurait sans doute encodé un message dans Le fond diffus cosmologique (FDC), c’est-à-dire au moment où le premier rayonnement de lumière est apparu.

Les deux scientifiques tentaient de répondre à la question scientifique, en se demandant quel pourrait être le support du message et son sens.

L’astrophysicien Michael Hippke, de l’observatoire de Sonneberg en Allemagne, vient de  rechercher ce message en traduisant le fond diffus cosmologique en lecture binaire.

Voici les 500 premiers bits du «message» qu’il a trouvé. Les valeurs en noir étaient identiques dans les ensembles de données Planck et WMAP et sont censées être exactes avec une probabilité de 90%. Les valeurs rouges sont rejetées; Hippke a choisi les valeurs de Planck, et elles sont précises avec seulement 60% de probabilité, mais pour le moment le message recueilli n’a aucun sens.

L’article d’Hippke décrivant ses méthodes et ses résultats a été publié  sur le serveur arXiv (ce qui signifie qu’il n’a pas encore été revu par d’autres scientifiques) l’article comprend également la base de données extraite en bits afin que d’autres parties intéressées scientifiques puissent l’examiner.

LES ARCHIVES DE L’UNIVERS

Le fond diffus cosmologique est une trace incroyable de l’univers primitif. Il date d’environ 380 000 ans après le Big Bang. Avant cela, l’univers était complètement sombre et opaque, chaud et dense, de sorte que les atomes ne pouvaient tout simplement pas se former. Les protons et les électrons volaient sous forme de plasma ionisé.

Au fur et à mesure que l’univers se refroidissait et se développait, ces protons et électrons  se sont combinés pour former des atomes d’hydrogène neutres – un processus que nous appelons aujourd’hui «l’ère de la recombinaison». L’espace est devenu clair et, pour la première fois, la lumière a pu s’y déplacer librement.

Cette première lumière peut encore être trouvée aujourd’hui. Bien que le rayonnement soit très faible, il couvre tout l’espace connu. En raison de cette omniprésence, les physiciens théoriciens Stephen Xu de l’Université de l’Oregon et Anthony Zee de l’Université de Californie à Santa Barbara, ont soutenu – purement en théorie – que le rayonnement originel pourrait être un «panneau d’affichage» idéal avec un message visible par tous les êtres suffisamment évolués dans l’univers. Ils ont émis l’hypothèse que le message binaire pouvait être codé en changements de températures.

UNE NOUVELLE INTERPRÉTATION DES DONNÉES

C’est à partir de ce modèle que Michael Hippke a essayé de trouver la solution en utilisant de nouvelles données. Il a constaté que les affirmations des scientifiques posaient plusieurs problèmes. Premièrement, le FDC est toujours en train de refroidir. Initialement, sa température était d’environ 3000 Kelvin; maintenant, 13,4 milliards d’années plus tard, ce n’est que 2,7 Kelvin. Au fur et à mesure que l’univers vieillit, le FDC finira par devenir indétectable. Après environ 10 duodécillions d’années, il devrait disparaitre.

Le satellite Planck et la sonde Wilkinson Microwave Anisotropy (WMAP) ont observé et enregistré les variations de températures ? dans le FDC. C’est à partir de ces ensembles de données que Michael Hippke a recueilli  les informations,  et ainsi a pu comparer les résultats de chaque ensemble de données pour trouver les bits correspondants.

À la suite de nombreuses recherches sur les données, le scientifique a été contraint d’admettre que le rayonnement originel ne cache aucun message (du moins dans le système binaire). Cependant, ce n’est pas en soi une preuve de l’existence d’un Créateur conditionnel ou de son absence – cela prouve seulement que l’hypothèse s’est avérée fausse.

On sait que le FDC transporte en une grande quantité de données sur la structure et la nature du cosmos. Peut-être que cette recherche, à l’avenir, deviendra la base de travaux de recherches sur la compréhension de la création de l’Univers.

Pour en savoir un peu plus, vous pouvez regarder en replay l’interview qu’a accordé Jean-Pierre Luminet  (astrophysicien) à Bob Bellanca ou encore les émissions avec les frères Bogdanov (réservé aux abonnés).

François Deymier (rédaction btlv.fr)

2020-11-18T15:36:52+01:0018 novembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser