fbpx
x

(APPARITION MARIALE) La vierge serait-elle apparue à un journaliste ?

18 octobre 2021 : On sait les Brésiliens très croyants quelque soit leur milieu social ou leur profession. La preuve avec ce journaliste brésilien qui vient de diffuser la vidéo de ce qui lui semble être une apparition mariale. Il y a quelque temps, Pablo Mesquita Magalhaes s’apprêtait à faire du vélo un jour de pluie. Filmant le trajet pour montrer qu’avec son groupe il faisait bien une sortie malgré les conditions météo difficiles, il n’a, dans un premier temps, rien remarqué d’anormal. C’est en visionnant la vidéo, une fois chez lui, qu’il fut surpris parce qu’il avait enregistré. 

Dans la vidéo, sa voiture dépasse un groupe de coureurs et des phares créant une anomalie qui ressemble, selon lui, à la Vierge Marie : « la première fois que j’ai vu les images, j’ai dit : Notre-Dame est passée devant moi ». Intrigué, le journaliste a immédiatement montré les images à sa mère qui a eu la même réaction. Ne pouvant pas garder pour lui une telle chose, Pablo Mesquita Magalhaes a ensuite publié la vidéo sur les réseaux sociaux sans mentionner l’apparition.  En très peu de temps, il a été submergé par des messages de personnes qui ont également remarqué la bizarrerie.

POURQUOI AURAIT-ELLE CHOISI CETTE VIDÉO ?

Pablo Mesquita Magalhaes pense que cette apparition était un signe de soutien avant une série d’événements difficiles qui allaient frapper sa vie quelques semaines plus tard. Deux semaines après le tournage de la séquence, sa sœur est décédée de la COVID-19, avant d’être lui-même infecté par le virus, l’obligeant à être hospitalisé pendant six jours. « Ce fut la période la plus difficile de ma vie », a-t-il déclaré, réfléchissant à cette période sombre, « je crois que ce signe de Notre-Dame dans l’image était pour m’avertir, et me préparer à ce qui allait arriver ». Si de nombreux Brésiliens sont convaincus de cette apparition mariale, les plus sceptiques, pensent que l’anomalie est due à la pluie et aux phares de la voiture d’en face. Une explication qui ne le satisfait pas. Quoi qu’il en soit, il dit que cette apparition a eu un effet positif dans son combat contre la Covid-19 « Pendant ma convalescence,  j’ai su que je surmonterais le COVID-19, et qu’elle serait là (la vierge Marie) pour intercéder auprès de Jésus pour mon amélioration » avant d’ajouter « au lieu de craindre de mourir, j’avais confiance ». Deux mois de convalescence plus tard, le journaliste a enfin pu reprendre son vélo et arbore désormais une chemise à l’effigie de la Vierge Marie pour rendre hommage à ce qu’il considère comme sa visite miraculeuse plus tôt cette année.

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

Des chercheurs peuvent désormais lire dans les pensées des méduses

3 décembre 2021 – Des biologistes de l’Institut technologique de Californie (Caltech) ont pu observer le réseau neuronal des méduses en rendant leurs neurones fluorescents. 

Comprendre les méduses pour mieux nous comprendre. Le cerveau humain a cent milliards de neurones, effectuant 100 000 milliards de connexions. Pour démêler cette usine à gaz complexe, la constitution, plus simple, de l’animal marin pourrait être une bonne piste.

Les méduses chassent, se déplacent, se nourrissent… Et n’ont pas de cerveau. Cette particularité intrigue les scientifiques qui cherchent à comprendre le fonctionnement de ce drôle d’animal. Comment peut-on faire tout ça sans ciboulot ?!

UN RÉSEAU DE NEURONES EN TOILE

En fait, cet animal marin dispose d’un réseau neuronal qu’il a développé il y a plus de 500 millions d’années qui a peu évolué. Ce circuit décentralisé semble être une bonne stratégie d’évolution, puisque les méduses ont traversé des centaines et des centaines de millions d’années. Le réseau épouse la forme de la méduse et les neurones sont répartis en différentes tranches circulaires. Les tentacules urticants de la méduse sont liés à une des tranches.

FAISONS BRILLER LES NEURONES !

Les scientifiques ont génétiquement modifié des méduses de l’espèce Clytia hemisphærica. Elles sont toutes petites, pas plus d’un centimètre à l’âge adulte, et peuvent être facilement observables au microscope. Les chercheurs ont fait en sorte que les neurones deviennent fluorescents lorsqu’ils sont actifs.

On peut voir, en temps réel, les neurones de la méduse s’activer. Crédits : Caltech et B. Weissbourd

Qu’avons-nous vu ? Eh bien, on a pu voir comment les neurones fonctionnaient entre eux. Les biologistes ont ainsi mis le doigt sur le neurone R. Fa+, qui est seulement dédié à un mouvement de pliage d’une partie de la méduse pour qu’elle puisse ramener la nourriture à sa bouche. En supprimant ce type de neurone, la bête ne pouvait plus manger.

Ici, la méduse replie une partie de son corps pour amener la nourriture à sa bouche. Crédits : Caltech et B. Weissbourd

Ainsi, on comprend que le fonctionnement neuronal est spatialisé : chaque type de neurones a sa fonction propre.

Sources : Caltech et Ulyces

Tom Hannane (rédaction btlv.fr)

2021-10-18T18:34:20+02:0018 octobre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser