fbpx

(TECHNOLOGIE) Le LiDAR révolutionne les recherches archéologiques

14 janvier 2021 — Qu’ont bien pu laisser derrière elles d’anciennes civilisations passées ? Une question difficile pour les archéologues, mais une toute nouvelle méthode de recherche les aide maintenant à répondre à cette interrogation.

Des archéologues viennent d’ailleurs de découvrir une ancienne cité maya, ainsi que quelques autres sites historiques, et ce grâce au « LiDAR » qui permet aux chercheurs de jeter un nouveau regard sur des territoires encore inexplorés.

LE LiDAR, DE QUOI SAGIT-IL ?

Le LiDAR est certainement l’un des outils les plus captivants de l’archéologie moderne.

LiDAR, un acronyme anglais, qui signifie “Light Detection And Ranging”, pour « télédétection par laser.

Le principal avantage du LiDAR est la précision avec laquelle il détecte de légères irrégularités de surface, pouvant indiquer la présence de petits sites archéologiques, comme des tombes ; ou de plus grands sites comme des cités englouties.

La technologie laser, LiDAR, connait toutefois quelques limites :

Elle ne détecte pas exactement ce qui se trouve sous le sol et il arrive parfois que des chercheurs passent à côté de certains reliefs, à cause, par exemple, d’une densité forestière trop élevée dans la région ciblée.

LA PRÉCISION RESTE L’ATOUT PRINCIPAL DU LiDAR

La précision du LiDAR reste très précieuse pour les archéologues planifiant des fouilles, ou établissant la topographie d’un terrain. Cela leur permet de repérer des sites archéologiques qu’ils n’auraient jamais pu apercevoir à l’œil nu.

Il s’agit également d’une technologie relativement rapide et peu couteuse pour les équipes de recherche.

UN PROCÉDÉ D’ORIGINE MILITAIRE

La technologie LiDAR a initialement été inventée à des fins militaires, mais elle a d’abord été appliquée pour la première fois à grande échelle dans le cadre d’une météorologique des nuages.

Cette première version du LiDAR a été élaborée par la « Huges Aircraft Compagny », une entreprise à l’origine du tout premier laser, en 1960.

Aujourd’hui, le LiDAR est plus « terre à terre », il est utilisé pour trouver des indices archéologiques en surface et sous l’eau.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Cet astéroïde vaut 7 Millions de fois l’économie sur Terre !

23 janvier 2021 – Situé entre Mars et Jupiter, cet astéroïde, entièrement composé de métaux, présente des caractéristiques hors du commun…

L’astéroïde « Psyche 16 » est multi-trillionaire ; sa valeur est en effet estimée à environ 630 Trillions d’Euros.

Une belle somme, mais pourtant, ce n’est pas la raison pour laquelle la NASA y enverra un orbiteur, en 2022. Parce qu’en plus d’être plein de richesses, l’astéroïde pourrait aussi nous en apprendre beaucoup sur la façon dont se serait formé notre système solaire…

UN NOYAU SEMBLABLE A CELUI DE LA TERRE

Même à long terme, l’étude de Psyche 16 n’a aucun but mercantile. En revanche, il donnera aux chercheurs l’opportunité d’observer la Terre…

Plus exactement, ce qui se rapproche le plus du noyau de notre planète. Il s’agira de réaliser sur cet astéroïde, ce qu’il est impossible de réaliser sur Terre, puisqu’il faudrait en effet creuser jusqu’à 3 000 kilomètres de profondeur, afin d’observer le noyau terrestre, ce qui est impossible. Etudier Psyche 16, permettra à la NASA de mieux comprendre le fonctionnement de notre cœur terrestre.

Les scientifiques tenteront par exemple, de déterminer pourquoi le magnétisme des pôles finit par s’inverser au fil du temps.

UN ASTÉROÏDE VRAIMENT UNIQUE

L’astéroïde fut découvert en 1852 par Annibale De Gasparis. L’astronome italien n’imaginait alors pas qu’il venait de repérer une telle rareté, dans sa lunette d’observation.

Lors de leurs formations, les astéroïdes agrègent les éléments lourds d’étoiles ayant explosés, parce qu’en fin de vie, au cours des précédents milliards d’années. C’est d’ailleurs de cette façon que sont nés des métaux comme l’or, l’arent ou le platine, et même des éléments vitaux à notre survie, tel que l’oxygène.

Ce qui rend Psyche 16 si spécial, c’est que là ou les astéroïdes sont habituellement constitués d’amas de roches ou de glace, ce dernier est surtout composé de fer, de nickel et certainement d’or. A l’échelle du cours actuel de tous ces métaux, cela représenterait une valeur astronomique, équivalente à 7 Millions de PIB mondiaux (le PIB mondial représentait 84 798 Milliards de dollars, en 2019).

Il aura fallu attendre le lancement du télescope Hubble, en 2014, pour se rendre compte des particularités de cet astéroïde géant.

Mais l’observation de Psyche 16 n’en est qu’à ses balbutiements. En effet, la « mission Psyche », ne décollera qu’en août 2022, avec, nous l’espérons, son lot de découvertes surprenantes.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2021-01-17T15:54:24+01:0014 janvier 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser