2 juin 2021 – Les restes d’une ancienne basilique romaine, vieille de 2000 ans, ont récemment  été découverts au sein du parc national de Tel Ashkelon, en Israël. Ou plutôt redécouverte, puisque selon le docteur Rachel Bar Nathan, directrice des fouilles menées actuellement, « La basilique a été découverte pour la première fois dans les années 1920 par l’archéologue britannique John Garstang qui l’a ensuite recouverte ».

D’après l’Autorité locale de la nature et des parcs, ces nouvelles fouilles réalisées par des membres de l’Autorité israélienne des antiquités, le sont, dans le but d’accélérer le développement du site dans lequel elles sont menées : le parc national de Tel Ashkelon.

Le bâtiment découvert quant à lui, est une ancienne basilique romaine ; un bâtiment divisé en 3 grandes parties : une salle principale, ainsi que deux salles latérales. Et d’après les archéologues, cette salle principale était entourée de colonnes de marbres s’élevant à 13 mètres de haut.

Mais en l’an 363, la basilique fut touchée par un important tremblement de terre. Le bâtiment en garde d’ailleurs un certain nombre de cicatrices, encore visibles aujourd’hui, notamment sur le sol de la basilique ; un effet dû aux ondes sismiques reçues durant le séisme.

UN SITE OUBLIÉ

Si la basilique avait été repérée pour le première fois, il y a plus d’un siècle, par l’archéologue John Garstang. « John Garstang avait déjà calculé les dimensions du bâtiment, constatant les restes des colonnes de marbre, faites avec des matériaux importés d’Asie mineure, il avait suggéré que la basilique remontait à l’époque d’Hérode le Grand », explique Rachel Bar Nathan.

Le site sera toutefois rapidement oublié, jusqu’à très récemment. Des fouilles ont en effet redémarré il y a quelques années, depuis, outre cette récente (re)découverte, un théâtre antique à également été mis à jour.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV