fbpx

(ARCHÉOLOGIE) Découverte d’une carte tridimensionnelle la plus vielle d’Europe

7 AVRIL 2021 – Une dalle de l’âge de bronze trouvée dans l’hexagone serait la plus ancienne carte 3D d’Europe. Découverte la première fois en 1900 lors de fouilles sur un cimetière préhistorique dans le Finistère, dans l’ouest de la Bretagne, par l’archéologue local Paul du Chatellier, elle fut oubliée pendant plus d’un siècle avant d’être retrouvée en 2014 dans la cave d’un château, les archéologues voient en cette dalle de 2M sur 1,5M la plus ancienne carte en 3D de l’ouest de la Bretagne. 

Crédit photo (@Denis Gliksman)

Après avoir étudié les motifs gravés sur la pierre, vieille de 4000 ans, les scientifiques pensent être en présence la plus ancienne carte tridimensionnelle d’une zone connue en Europe. Appelée dalle de Saint-Bélec, la roche daterait du début de l’âge du bronze, entre 1900 avant JC et 1650 avant JC. Selon une étude du Bulletin de la Société française de préhistoire : La « présence de motifs répétés reliés par des lignes » sur sa surface suggérait qu’elle représentait une région du Finistère ».

Pour les archéologues Les chercheurs affirment que les reliefs visibles à l’œil nu, sont une représentation 3D de la vallée de la rivière Odet, tandis que plusieurs lignes semblent représenter le réseau fluvial de la région.

Rivière Odet en Bretagne

La géolocalisation a révélé que le territoire représenté sur la dalle avait une précision de 80% sur une zone située autour d’un tronçon de près de 29 Km le long de la rivière. Lors d’une interview accordée à la BBC, le Dr Clément Nicolas de l’Université de Bournemouth, et co-auteur de l’étude : « Il s’agit probablement de la plus ancienne carte d’un territoire qui ait été identifiée…..S’Il existe plusieurs cartes de ce type gravées dans la pierre dans le monde entier, en règle générale, ce ne sont que des interprétations. C’est la première fois qu’une carte représente une zone à une échelle spécifique. » Pour le spécialiste, cette carte 

fut peut-être été utilisée pour marquer une zone particulière : « C’était probablement un moyen d’affirmer la propriété du territoire par un petit prince ou roi à l’époque », a-t-il rajouté lors de l’interview, avant de conclure par : « Nous avons tendance à sous-estimer les connaissances géographiques des sociétés passées. Cette dalle est importante car elle met en valeur ces connaissances cartographiques ». Un constat que nous avons pu faire lors des deux émissions sur les mystérieux sites mégalithiques Japonais avec Patrice Marty. Avec cette découverte, on prend de plus en conscience que nos ancêtres étaient tout aussi intelligents que nous et surtout, ils avaient un sens aiguisé de l’observation et un lien avec la nature que nous avons peut-être perdu avec la technologie. A l’époque, il n’avaient pas d’autres choix. 

Bob Bellanca (rédaction btlv) 

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(PALÉONTOLOGIE) Bonne nouvelle, le tyrannosaure aurait été un animal social!

21 avril 2021 — Les tyrannosaures étaient probablement plus sociaux qu’on ne le pensait, comme les loups, qui avaient pour habitude de chasser en meute, selon de nouvelles recherches.

C’est d’après une analyse de fossiles trouvés en 2014 sur les lieux du  monument national Grand-Staerkas Escalante dans l’Utah que les scientifiques ont découvert qu’un groupe de quatre ou cinq tyrannosaures sont morts ensemble pendant les grosses pluies saisonnières.

Les dinosaures sont morts et ont été enterrés au même endroit, et qu’ils ne sont pas le résultat de fossiles provenant de plusieurs régions, cela démontre une fois de plus que cette espèce était capable d’avoir des relations sociales selon une étude publiée dans PeerJ.

UN PETIT CERVEAU

La plupart des experts croyaient auparavant que les tyrannosaures étaient une espèce solitaire. Cela est principalement dû à la taille relativement petite de leur cerveau.

Les scientifiques à l’origine de la nouvelle étude ont émis l’hypothèse il y a 20 ans que ces prédateurs géants auraient pu chasser en groupe. De telles conclusions ont été faites sur la base de fouilles dans une fosse commune de tyrannosaures en Alberta, au Canada. Cependant, les sceptiques ont rejeté cette théorie, affirmant que la fosse commune ne suffit pas à elle seule pour de telles conclusions. Maintenant, la nouvelle découverte rend cette théorie plus convaincante.

« Le nouveau site de l’Utah ajoute au nombre croissant de preuves que les tyrannosaures étaient de grands prédateurs complexes capables de comportements sociaux communs à beaucoup de leurs cousins ​​oiseaux vivants », écrivent les chercheurs.

POURQUOI VIVAIENT-ILS ENSEMBLE?

C’est un « bon début », estime Kristi Curry Rogers, professeur de biologie au Macalester College, interrogée par le quotidien britannique The Gardian. Mais cela n’est pas suffisant. D’autres preuves sont nécessaires avant de déterminer que les tyrannosaures vivaient en groupe social. « Il est un peu plus difficile d’être aussi sûr que ces données signifient que ces tyrannosaures vivaient ensemble dans les bons moments », a-t-elle ajouté, « Il est possible que ces animaux aient vécu dans le même voisinage les uns des autres sans se déplacer ensemble dans un groupe social, et qu’ils se soient juste réunis autour de ressources qui s’amenuisaient lorsque les temps devenaient plus difficiles. »

Les scientifiques prévoient de poursuivre l’analyse des oligo-éléments et l’analyse isotopique des os du Tyrannosaure dans l’espoir d’une meilleure compréhension du comportement social des dinosaures.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

2021-04-08T10:04:49+02:007 avril 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser