fbpx

(ARCHÉOLOGIE) Découverte d’une nécropole en Corse dans laquelle les gens sont enterrés dans des amphores

16 avril 2021 — Des archéologues de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) ont découvert une nécropole romaine de 40 tombes datant du IIIe au VI siècle. Fait intéressant, les corps des défunts ont été retrouvés à l’intérieur d’amphores de Tunisie.

Les scientifiques pensent que cette découverte inhabituelle pourrait éclairer le rôle de la Corse entre l’Afrique et l’Europe.

À  cette époque, la Corse était sous le contrôle de diverses civilisations. Et bien que les artefacts trouvés lors des nouvelles fouilles soient d’origine romaine, les experts pensent qu’ils ont pu être utilisés par les Wisigoths ou même plus tard par les habitants de ces lieux.

UN LIEU HABITÉ DÈS LANTIQUITÉ

« Cette première fouille effectuée au cœur de la cité, fondée au milieu du XVIIIe siècle par Pasquale Paoli », a donné lieu à la «découverte, inattendue, d’une quarantaine de tombes « qui «renouvelle le passé antique de l’Île Rousse », et vient « confirmer l’occupation des lieux durant l’Antiquité », s’est félicité l’Inrap (ndlr : Institut national de recherche archéologiques préventives) dans un communiqué : « Les textes historiques connus jusqu’à présent ne faisaient état que d’un modeste village de pêcheurs et de paysans jusqu’au XVIIIe siècle », tandis que « les indices archéologiques d’occupations antérieures jusqu’alors découverts étaient rares et fragmentaires », ont précisé les archéologues de l’Inrap.

Les scientifiques ont commencé les fouilles dans le centre d’Il-Rousse au printemps 2019, depuis lors, les archéologues trouvent régulièrement des artefacts qui ne se ressemblent pas. Des amphores ont été trouvées dans de nombreuses tombes, très probablement utilisées pour importer de l’huile d’olive, du vin et d’autres produits à travers la Méditerranée entre le 4ème et le 7ème siècle. Les défunts eux-mêmes ont également été enterrés dans des amphores, mais de plus grande taille.

VERS UNE MEILLEUR CONNAISSANCE DES COUTUMES LOCALES

Les archéologues ont été très surpris par ce fait, car les amphores n’étaient généralement utilisées que pour l’inhumation des enfants. Au même endroit, des adultes ont également été enterrés de cette manière; au total, les scientifiques ont découvert les restes de 40 personnes. « On croyait que cette zone était en grande partie déserte, cette découverte augmente la probabilité que la densité de population dans cette zone au milieu du premier millénaire était plus grande que prévu », notent les archéologues.

Les défunts, enterrés « sur un axe est-ouest avec la tête à l’ouest » sont dans un « état de conservation moyen », « la plupart des sépultures ont subi des détériorations en surface liées aux aménagements successifs des lieux », ont également noté les archéologues. Si l’âge au décès des différents vestiges humains a d’ores et déjà pu être établi, « une étude anthropologique en laboratoire devrait offrir de nouvelles informations sur cette population » a indiqué l’Inrap

En plus des détails sur l’histoire du nord-ouest de la Corse, la nécropole de l’Île-Rousse permet également d’en savoir encore plus les échanges qui traversaient la Méditerranée occidentale pendant l’Antiquité tardive.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(MYSTÈRE) MH370, sa trajectoire de vol délibérément masquée ?

11 mai 2021 — Dans la série des « Dossiers inexpliqués » chers à Joslan F.Keller, celui de la disparition du vol MH370, le 8 mars 2014, reste sans nul doute l’un des plus énigmatiques. (Vous pouvez retrouver l’émission ci-dessous) ….Si de nombreuses théories ont été avancées afin de donner une explication plausible, on ne sait toujours pas ce qui s’est réellement passé. Pour Richard Godfrey, l’un des principaux enquêteurs sur l’affaire, il semble de plus en plus probable que l’avion ait été intentionnellement crashé par son pilote pour des raisons inconnues.  Dans un article intitulé « Global Detection and Tracking of Aircraft as used in the Search for MH370 », l’ingénieur aérospatial dit avoir utilisé une nouvelle technologie révolutionnaire appelée Weak Signal Propagation (WSPR), qui est un protocole de communication radio numérique. Développée en 2008 par le prix Nobel de physique et professeur à l’Université de Princeton, Joe Taylor, la technologie WSPR est basée sur des fils virtuels de déclenchement radio et peuvent être comparés à des faisceaux laser invisibles, comme ceux qui pourraient protéger un coffre-fort de banque : « WSPR est comme un tas de fils ou de faisceaux laser, et fonctionnent dans toutes les directions sur l’horizon jusqu’à l’autre côté du globe », explique M. Godfrey.

Dans un premier article sur le sujet, publié le mois dernier sur Airlineratings.com , Richard Godfrey confirmait que cette nouvelle technologie validait la trajectoire de vol du MH370 à partir des données satellitaires, et son emplacement présumé à l’ouest de Perth, à partir de la modélisation de sa dérive, basée sur le débris récupérés.

Selon l’enquêteur, le pilote a fait de grands efforts pour éviter d’être détecté :
« Le pilote du MH370 a évité les itinéraires de vol officiels à partir de 18h00 UTC, et a utilisé des points de cheminement pour naviguer sur des trajectoires de vol non officielles dans le détroit de Malacca, autour de Sumatra et à travers le sud de l’océan Indien…..La trajectoire de vol suit la côte de Sumatra et passe près de l’aéroport de Banda Aceh…..Le pilote semble avoir eu connaissance des horaires de fonctionnement des radars de Sabang et Lhokseumawe. Il savait que pendant les nuits de week-end, en période de faible activités internationales, les systèmes radar ne seraient pas opérationnels ». 

Pour lui les trajectoires de l’avion prouvent que quelqu’un était aux commandes de l’avion. L’enquêteur rajoute : « Le niveau de détail dans la planification des trajectoires implique une volonté de rendre le plan de vol complexe afin d’être exécuté jusqu’à la disparition », a ajouté Richard Godfrey. Il souligne aussi n’avoir trouvé aucune raison exacte à son acte. Ce qui rend toujours aussi mystérieuse cette disparition du MH370. 

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

2021-04-17T08:54:18+02:0016 avril 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser