fbpx
x

(ARCHÉOLOGIE) Des pêcheurs ont découvert les trésors d’une cité perdue

5 novembre 2021 – En Indonésie sur l’île de Sumatra, des pêcheurs ont fait une pêche plutôt inhabituelle. Ils ont découvert, des objets précieux vieux de plus de six siècles qui pourraient appartenir à la cité disparue de Srivijaya.

Pour les chercheurs les objets précieux trouvés par les pêcheurs viennent très probablement de Sriwijaya qui signifie “brillante réussite”. Il s’agit d’une antique cité ayant existé entre 650 et 1377. Cette cité est connue des historiens grâce aux inscriptions en vieux malais, aux écrits de voyageurs arabes et par le biais des annales chinoises. Elle est recherchée depuis de nombreuses années par les archéologues mais sans succès. Cela serait dû au fait que selon les écrits, celle-ci était en grande partie composée de bateaux et autres constructions sur pilotis. Cependant cette récente découverte pourrait permettre de relancer les recherches dans le bon sens.

SRIVIJAYA LA CITÉ ENGLOUTIE

Sriwijaya était une cité importante autrefois et contrôlait également les mers se trouvant aux alentours, point de départ et d’arrivée d’importantes routes commerciales maritimes entre la Chine et le Moyen-Orient. Malgré son importance commerciale et donc sa richesse, elle a laissé très peu de traces après sa disparition. Néanmoins les archéologues pensent que ce n’est qu’une question avant que l’on retrouve sa trace. Car depuis quelques années, des pêcheurs retrouvent régulièrement des trésors qui auraient appartenu à la cité de Srivijaya. Notamment des pièces de différentes périodes, de l’or, des statues bouddhistes ou encore des pierres précieuses. Ils se pourraient donc que ce ne soient pas les archéologues qui retrouvent la trace de la cité mais les pêcheurs eux-mêmes.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

Des chercheurs peuvent désormais lire dans les pensées des méduses

3 décembre 2021 – Des biologistes de l’Institut technologique de Californie (Caltech) ont pu observer le réseau neuronal des méduses en rendant leurs neurones fluorescents. 

Comprendre les méduses pour mieux nous comprendre. Le cerveau humain a cent milliards de neurones, effectuant 100 000 milliards de connexions. Pour démêler cette usine à gaz complexe, la constitution, plus simple, de l’animal marin pourrait être une bonne piste.

Les méduses chassent, se déplacent, se nourrissent… Et n’ont pas de cerveau. Cette particularité intrigue les scientifiques qui cherchent à comprendre le fonctionnement de ce drôle d’animal. Comment peut-on faire tout ça sans ciboulot ?!

UN RÉSEAU DE NEURONES EN TOILE

En fait, cet animal marin dispose d’un réseau neuronal qu’il a développé il y a plus de 500 millions d’années qui a peu évolué. Ce circuit décentralisé semble être une bonne stratégie d’évolution, puisque les méduses ont traversé des centaines et des centaines de millions d’années. Le réseau épouse la forme de la méduse et les neurones sont répartis en différentes tranches circulaires. Les tentacules urticants de la méduse sont liés à une des tranches.

FAISONS BRILLER LES NEURONES !

Les scientifiques ont génétiquement modifié des méduses de l’espèce Clytia hemisphærica. Elles sont toutes petites, pas plus d’un centimètre à l’âge adulte, et peuvent être facilement observables au microscope. Les chercheurs ont fait en sorte que les neurones deviennent fluorescents lorsqu’ils sont actifs.

On peut voir, en temps réel, les neurones de la méduse s’activer. Crédits : Caltech et B. Weissbourd

Qu’avons-nous vu ? Eh bien, on a pu voir comment les neurones fonctionnaient entre eux. Les biologistes ont ainsi mis le doigt sur le neurone R. Fa+, qui est seulement dédié à un mouvement de pliage d’une partie de la méduse pour qu’elle puisse ramener la nourriture à sa bouche. En supprimant ce type de neurone, la bête ne pouvait plus manger.

Ici, la méduse replie une partie de son corps pour amener la nourriture à sa bouche. Crédits : Caltech et B. Weissbourd

Ainsi, on comprend que le fonctionnement neuronal est spatialisé : chaque type de neurones a sa fonction propre.

Sources : Caltech et Ulyces

Tom Hannane (rédaction btlv.fr)

2021-11-05T14:46:47+01:005 novembre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser