fbpx
x

(ARCHÉOLOGIE) En finlande se trouve la tombe d’un guerrier à l’identité mystérieuse

20 août 2021 – La tombe a été découverte en Finlande en 1968 et jusqu’à il y a encore récemment ce guerrier était considéré comme étant une femme à la carrure imposante. Cependant, de récentes analyses d’ADN ont montré que la situation était plus compliquée qu’il n’y paraît.

La tombe se trouvait dans le village de Suontaka Vesitorninmäki, au sud de la Finlande. Initialement, la tombe remonte au début de l’époque médiévale soit entre 1050 et 1300. Les restes encore intacts comprennent des fragments de fémur mais aussi des bijoux associés généralement aux femmes. Le défunt portait une robe ainsi que des parures féminines. Là où les choses deviennent plus complexes c’est que la tombe contenait également deux épées dont l’une avec une garde en bronze qui était normalement attribuée aux hommes. Bien que surpris, les archéologues en ont conclu qu’il s’agissait d’une femme. Mais de récentes analyses ADN ont prouvé que ce n’était pas vraiment le cas.

UN GUERRIER INTER-SEXE

En effet, une équipe de chercheurs de l’université de Turku a procédé à une analyse de l’ADN ancien pour déterminer le sexe chromosomique du mystérieux guerrier. L’équipe de recherche a conclu que le caryotype du soldat ressemblait à celui de personnes XXY, atteintes du syndrome de Klinefelter. Les personnes atteintes par ce syndrome ont une apparence masculine. Cependant, cela peut entraîner l’atrophie des organes génitaux mâles, une stérilité et une croissance mammaire. En l’occurrence, pour ce guerrier finlandais cela a entraîné l’apparition de caractéristiques féminines telles qu’une diminution de la masse musculaire ou une croissance mammaire ce qui en faisait un guerrier était donc intersexe. La découverte d’un guerrier de ce type est une première dans l’histoire finlandaise. Quoi qu’il en soit ce guerrier a été enterré avec tous les honneurs ce qui témoigne d’un respect de la part de sa communauté et donc d’une acceptation de sa condition ce qui pourrait surprendre compte tenu de l’époque. C’est donc une découverte assez atypique qui vient d’être faite en Finlande.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Jeff Bezos compte construire une station spatiale privée

26 octobre 2021 – Jeff Bezos semble vouloir pousser encore plus loin le tourisme spatial. Comme le montre son nouveau projet, Orbital Reef, une  station spatiale privée décrite comme un parc commercial pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes.

La société Blue Origin de Jeff Bezos et Sierra Space se sont associés dans un projet de grande envergure à savoir une station spatiale privée pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes. Ils ambitionnent de pouvoir la rendre opérationnelle d’ici la deuxième moitié de la décennie. Cette station spatiale qui sera baptisée Orbital Reef montre que la course pour la commercialisation de l’orbite terrestre basse a atteint un nouveau stade. Dans un communiqué BLue Origin et Sierra Space ont annoncé que cette station spatiale s’adresserait  à un large panel de client “Agences spatiales expérimentées, consortiums dans les hautes technologies, nations sans programme spatial, médias et agences de voyages, entrepreneurs et inventeurs subventionnés, investisseurs portés vers l’avenir, tous ont leur place”. La station évoluera à 500 km d’altitude, soit un peu plus haut que l’ISS et mesurera 830 m3, soit presque autant que l’ISS.

UN NOUVEAU SUCCESSEUR POUR L’ISS

À l’image de Starlab, Blue Origin et Sierra Space ont donc annoncé à leur tour la mise en place d’une station spatiale privée qui devrait entrer en service à l’horizon 2025. Une annonce qui intervient à un moment où la mise en place d’une station spatiale est intéressante stratégiquement puisque en théorie l’avenir de l’ISS est aujourd’hui officiellement assuré jusqu’en 2024. À cela s’ajoute le fait que d’un point de vue technique, la NASA a entériné le fait qu’elle soit capable d’opérer jusqu’en 2028 même si le patron de la NASA Bill Nelson, s’est prononcé en faveur de son extension jusqu’en 2030. Quoi qu’il en soit, l’ISS a une date de péremption qui approche à grands pas et des stations comme Orbital Reef seront là pour prendre la relève.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-08-21T11:49:34+02:0020 août 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser