fbpx
x

(ARCHÉOLOGIE) Il y a 3000 ans la climatisation existait déjà

18 août 2021 – Avant la climatisation moderne, il existait il y a plusieurs milliers d’années des bâdgirs ou attrape-vents, une forme de climatisation écologique très efficace et adaptée au climat aride. Aujourd’hui, ces tours attrape-vents sont très étudiées par les architectes et ingénieurs en recherche de solutions pour nous garder au frais avec la hausse globale des températures.

Les bâdgirs sont souvent des tours rectangulaires, mais elles apparaissent également sous des formes circulaires, carrées, octogonales et autres formes ornées. Ces tours ont deux forces principales, elles peuvent entraîner l’air à travers et vers le bas dans les structures. En fait, l’air est capté par l’ouverture d’un attrape-vent, il est canalisé vers l’habitation en contrebas, déposant du sable ou des débris au pied de la tour. Ensuite, l’air circule à l’intérieur du bâtiment, parfois au-dessus de piscines souterraines d’eau pour un refroidissement ultérieur. Finalement, l’air réchauffé s’élève et quitte le bâtiment par une autre tour ou une autre ouverture, aidé par la pression à l’intérieur du bâtiment. Ces tours attrape-vents ont donc un avantage crucial, elles ne nécessitent ni électricité, ni énergie. Autrement dit, avec la situation climatique actuelle, elles constituent un système de rafraîchissement idéal. Ce qui explique que des ingénieurs en recherche de solutions écologiques pour nous garder au frais soient très intéressés par cette ancienne technologie.

 

UNE TECHNOLOGIE ANCIENNE MAIS EFFICACE

Selon les archéologues, les premiers signes de tours attrape-vents datent d’il y a 3 300 ans. Elles viendraient à l’origine d’Égypte même si pour certains archéologues, elles viendraient plutôt d’Iran. Quoi qu’il en soit, c’est sous l’Empire perse que la technologie aurait été perfectionnée. Cette dernière a ajouté des variations structurelles pour permettre un meilleur refroidissement comme la combiner avec un système d’irrigation pour refroidir l’air avant de le libérer dans toute la maison. En plus de permettre un rafraîchissement, elles ont acquis une importance culturelle à tel point que la ville de Yazd a été inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco en 2017 pour ses tours attrape-vents . Certains bâtiments de notre époque utilisent déjà des modèles inspirés de cette technologie. Au Royaume-Uni, près de 7 000 variantes de ces tours ont été installées dans des bâtiments publics entre 1979 et 1994. On peut également citer le Zion Park aux États-Unis qui utilise des technologies similaires à l’attrape-vent perse, sans consommation d’énergie fossile, et qui enregistre une différence de température de 16°C entre l’intérieur et l’extérieur. Ce qui tend à montrer que cette ancienne technologie perse constitue encore de nos jours un excellent moyen écologique et économique pour lutter contre la chaleur.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ROBOT) Des fourmis imprimées en 3D s’unissent pour contourner les obstacles

27 octobre 2021 – Des scientifiques de l’Université de Notre-Dame ont voulu reproduire l’union des fourmis lorsqu’elles sont face à un obstacle. Ils y sont parvenus.

Yasemin Ozkan-Aydin est professeur. Elle a observé que les robots à quatre pattes présentaient des avantages par rapport aux robots à roues. Mais le problème c’est que certains gouffres ou des terrains trop raides sont infranchissables. Face à ce constat, elle a créé avec ses collègues des petits robots imprimés en 3D qui peuvent travailler ensemble.

Les robots mesurent 15 à 20cm de long. Ils ont un microprocesseur, un capteur de lumière frontal, des capteurs magnétiques à chaque extrémité et une batterie au lithium-polymère.

Lorsqu’un de ces robots est en difficulté, il envoie un signal sans fil à ses congénères qui l’aident. Ensemble, ils peuvent former un pont. 

Yasemin Ozkan-Aydin améliore encore ce système déjà bien abouti. Mais quelles seraient les applications des robots-fourmis ? On peut les envisager dans l’exploration spatiale ou encore l’étude des insectes.

Tom Hannane (rédaction btlv.fr)

2021-08-18T11:46:15+02:0018 août 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser