fbpx
x

(ARCHÉOLOGIE) Israël dévoile de nouvelles portions d’un bâtiment datant du second Temple

8 juillet 2021 —Des archéologues israéliens ont dévoilé de nouvelles constructions souterraines datant de la période du second Temple juif, situées dans la Vieille Ville de Jérusalem et utilisées il y a plus de 2.000 ans par les élites de l’époque.

Le hall luxueux, dont certaines parties avaient déjà été révélées par l’Autorité israélienne des antiquités (AIA), comprend une fontaine sophistiquée et était probablement utilisé pour des banquets et autres rassemblements de l’élite locale ou pour recevoir des dignitaires étrangers à quelques pas du Temple.

UN TEMPLE DÉTRUIT PAR LES ROMAINS

« C’est un bâtiment vraiment magnifique, l’un des bâtiments publics les plus splendides que nous connaissons datant de la période du second Temple », a expliqué Shlomit Weksler-Bdolah, archéologue à l’AIA. Le second Temple juif a été construit au VIe siècle avant J.-C. et a été détruit par les Romains en 70 après J.C..

Le Mur des Lamentations est le seul vestige d’un mur de soutènement. Au dessus du Mur s’étend le Mont du Temple, site le plus sacré du judaïsme, appelé Noble sanctuaire par les musulmans pour qui c’est le troisième lieu saint et où se trouve notamment la mosquée Al-Aqsa. Le lieu se trouve à Jérusalem-Est, secteur palestinien de la ville occupé et annexé par Israël. À l’époque du Temple, la salle du banquet en partie dévoilée jeudi était divisée en plusieurs segments et des « bains rituels très très impressionnants » y étaient creusés, a indiqué Mme Weksler-Bdolah, précisant qu’il était encore difficile de comprendre la chronologie et les motivations de la construction.

D’après les excavations, le site n’était plus en usage au VIIe siècle, date à laquelle a commencé la période musulmane. A partir de cette période, les habitants de Jérusalem vivaient au niveau de la rue, quelques mètres au dessus du hall souterrain. Les pièces nouvellement découvertes, caractérisées par leur sophistication, montrent combien les souverains de Jérusalem avaient à coeur de laisser leur marque dans la ville, surtout dans le secteur à proximité du Mont du Temple, selon Mme Weksler-Bdolah.

D’une certaine façon, il est possible, d’après l’archéologue, de comparer ces constructions à la Jérusalem moderne. « Tous ceux qui la gouvernent doivent y mettre un drapeau, créer un nouveau projet, faire quelque chose. Si vous ne le faites pas, vous n’existez pas », a-t-elle affirmé.

Le mur des Lamentations à Jérusalem

Le hall fait partie des tunnels souterrains adjacents au Mur des Lamentations. En 1996, l’ouverture au public de ces tunnels avait déclenché des affrontements violents entre les forces de sécurité israéliennes et des Palestiniens qui avaient couté la vie à plus de 80 personnes. Les Palestiniensavaient affirmé que ces tunnels menaçaient les fondations du complexe voisin de la mosquée Al-Aqsa.

Rédaction btlv.fr

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(FOSSILE) Un paresseux géant retrouvé en Guyane

27 octobre 2021 – Quatre mètres, quatre tonnes. Aussi lourd qu’un éléphant. Trouver le squelette d’un paresseux géant en Guyane est une première en France. L’espèce a disparu il y a 12 000 ans.

C’est le paléontologue Pierre-Olivier Antoine qui est à l’origine de la découverte… Dans une mare de boue, dans la région de Maripasoula, à la frontière du Suriname. “Il est très difficile de trouver des fossiles en Guyane à cause de l’acidité des sols et du couvert forestier”, explique ce professeur à l’Université de Montpellier.

Des vestiges ont déjà été trouvés en Patagonie, au sud de l’Argentine, mais jamais dans le département français. Pendant une semaine, six paléontologues ont déterré plusieurs os dont des maxillaires et des mandibules, en plein cœur de la forêt amazonienne. L’espèce a rapidement été identifiée : c’est un Eremotherium laurillardi. Un herbivore qui, contrairement à son descendant actuel, ne se déplaçait qu’à terre et non dans les arbres… Ce que l’on comprend aisément lorsqu’on pèse plusieurs tonnes…

La trouvaille est une aubaine pour la Guyane. Les paléontologues espèrent retrouver des restes d’autres animaux ayant vécu en même temps que le paresseux géant. Les fossiles ont été présentés à certains collégiens guyanais.

Tom Hannane (rédaction btlv.fr)

2021-07-08T16:36:18+02:008 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser