fbpx
x

(ARCHÉOLOGIE) Le mammouth était un infatigable marcheur

13 août 2021 – Des analyses faites par des scientifiques sur un mammouth laineux ayant vécu il y a environ 17.000 ans en Alaska ont révélé son parcours de vie. Au total, il aurait parcouru en 28 ans une distance qui équivaut à deux fois le tour de la Terre soit environ 17 000 kilomètres.

C’est grâce à l’autopsie d’une de ses défenses que les experts sont parvenus à retracer l’itinéraire du mammouth baptisé Kik. Une autopsie qui valide la théorie selon laquelle les mammouths étaient de grands marcheurs. Une découverte importante dans l’étude de la préhistoire, car on sait assez peu de choses sur leur mode de vie. Pour faire cette découverte, les scientifiques ont dû couper en deux l’une de ses défenses afin d’effectuer des relevés isotopiques. Les défenses sont une grande source d’information pour les scientifiques, car elles constituent ainsi un enregistrement de tout ce qu’il a ingurgité ou respiré au cours de sa vie. De plus, de nombreux éléments se fixent dans les couches successives d’ivoire qui se forment pendant la croissance de la défense. En étudiant les défenses d’un mammouth, il est donc possible de dire de manière précise à quel moment le mammouth se trouvait et à quel endroit.

UNE DÉCOUVERTE RICHE EN ENSEIGNEMENTS

Au-delà de nous révéler les capacités de grands marcheurs du mammouth, cette découverte a révélé de nouvelles informations sur leur comportement. On sait maintenant que c’était de grands voyageurs. Dans le cas de Kik on sait qu’il revenait régulièrement dans certaines zones, où il pouvait rester plusieurs années. Ils faisaient des déplacements réguliers qui ont fortement évolué en fonction de son âge, avant qu’il ne finisse par mourir de faim. Certaines questions demeurent cependant, notamment sur ses déplacements les plus intenses. En effet, Kik a effectué quatre déplacements de plusieurs centaines de kilomètres en quelques mois sans que l’on sache exactement pourquoi. Les scientifiques ont émis deux hypothèses concernant ses mystérieux déplacements. Pour eux, soit il cherchait à se reproduire soit il fuyait des conditions climatiques qui auraient entraîné un manque de nourriture. Le mammouth Kik n’a donc pas livré tous ses secrets même si l’analyse de ses défenses a permis d’en apprendre beaucoup sur le fonctionnement de son espèce.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ROBOT) Des fourmis imprimées en 3D s’unissent pour contourner les obstacles

27 octobre 2021 – Des scientifiques de l’Université de Notre-Dame ont voulu reproduire l’union des fourmis lorsqu’elles sont face à un obstacle. Ils y sont parvenus.

Yasemin Ozkan-Aydin est professeur. Elle a observé que les robots à quatre pattes présentaient des avantages par rapport aux robots à roues. Mais le problème c’est que certains gouffres ou des terrains trop raides sont infranchissables. Face à ce constat, elle a créé avec ses collègues des petits robots imprimés en 3D qui peuvent travailler ensemble.

Les robots mesurent 15 à 20cm de long. Ils ont un microprocesseur, un capteur de lumière frontal, des capteurs magnétiques à chaque extrémité et une batterie au lithium-polymère.

Lorsqu’un de ces robots est en difficulté, il envoie un signal sans fil à ses congénères qui l’aident. Ensemble, ils peuvent former un pont. 

Yasemin Ozkan-Aydin améliore encore ce système déjà bien abouti. Mais quelles seraient les applications des robots-fourmis ? On peut les envisager dans l’exploration spatiale ou encore l’étude des insectes.

Tom Hannane (rédaction btlv.fr)

2021-08-13T17:15:56+02:0013 août 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser