fbpx

(ARCHÉOLOGIE) Le plus ancien assemblage acheuléen d’Afrique du Nord a été découvert au Maroc

30 juillet 2021 – Une équipe internationale a découvert l’assemblage acheuléen le plus ancien d’Afrique du Nord qui remonterait à 1,3 million d’années. Cet événement fournit de nouveaux éléments au débat sur l’émergence de la civilisation sur le continent.

L’acheuléen désigne une industrie lithique de mode du paléolithique inférieur et dont l’une des caractéristiques est l’invention des outils bifaces. Cette découverte est importante, car jusqu’à maintenant, les archéologues estimaient que la culture acheuléenne au Maroc s’était établie il y a 700 000 ans. Grâce à cette trouvaille, le Maroc se positionne à l’échelle du continent africain où l’acheuléen est documenté à presque 1,8 million d’années en Afrique de l’Est et 1,6 million d’années en Afrique du Sud. Le co-directeur du programme franco-marocain à l’origine de la découverte, Abderrahim Mohi s’est d’ailleurs réjoui de cette révélation qui « contribue à enrichir le débat sur l’émergence de l’acheuléen en Afrique ». D’autant qu’en préhistoire, les données sont rares ce qui rend la période assez complexe à étudier.

Cette découverte a impliqué 17 chercheurs marocains, français et italiens, elle a été faite grâce à l’étude d’outillage lithique et géologique, extrait du site de la carrière “Thomas I”, situé dans la périphérie de Casablanca ou des recherches sont menées depuis les années 1980. Une des grandes questions que se posent les archéologues suite à cette découverte, c’est d’où viennent les hommes à l’origine de ses outils acheuléens. Pour le moment, une étude géochimique a permis d’identifier des poussières du Sahara sur le site, mais les archéologues estiment qu’il est encore trop tôt pour en tirer des conclusions. Si pour le moment, on ne sait pas d’où ils viennent, les archéologues savent en revanche que c’étaient des variants de l’Homo Erectus ce qui fait d’eux les plus anciens habitants du Maroc. Ainsi, la découverte de cet assemblage acheuléen a constitué un véritable bond en avant dans la compréhension de la préhistoire au Maroc.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CLIMAT) Un seul pays au monde semble en mesure de réaliser ses objectifs climatiques

21 septembre 2021 –  Pour de nombreux pays dans le monde la réalisation d’un certain nombre d’objectifs climatiques constitue un véritable défi. À un tel point que pour le moment un seul pays dans le monde semble en bonne voie pour réaliser ses objectifs. Il s’agit de la Gambie.

La Gambie est pour le moment le seul pays au monde à avoir obtenu une note climatique globale compatible avec les objectifs fixés par l’Accord de Paris. Pour rappel, il s’agit d’un traité international sur le réchauffement climatique adopté en 2015 qui est censé unifier toutes les nations dans une cause commune pour lutter contre le changement climatique. En effet, selon une étude du Climate Action Tracker a examiné l’Europe et 36 autres nations qui prend en compte de nombreux facteurs, comme les politiques climatiques nationales, les mesures et l’utilisation des terres, le soutien financier international et les objectifs climatiques fixés par ces pays. La Gambie semble pour le moment le seul pays en mesure de réaliser ses objectifs climatiques.

LA GAMBIE, UN EXEMPLE À SUIVRE

Selon l’étude, la Gambie n’est pas le seul pays en mesure de réaliser ses objectifs climatiques, d’autres pays comme le Costa Rica, le Maroc, l’Éthiopie ou le Royaume-Uni s’en rapproche, mais sont loin d’être au même niveau. La Gambie peut être considérée comme un exemple à suivre en raison des nombreuses actions qu’elle a mise en place pour le climat. Tout d’abord, le pays mise majoritairement sur les énergies renouvelables et dispose de l’une des plus grande installations solaires d’Afrique de l’Ouest. Le gouvernement gambien est également parvenu à restaurer 10 000 hectares de forêts, de mangroves et de savanes. Enfin, la Gambie s’est également engagée à limiter l’utilisation abusive des ressources forestières, il convertit également les terres agricoles inondées en rizières sèches. Ainsi, la Gambie semble sur le point de devenir un symbole pour tous les pays luttant pour la sauvegarde de notre planète.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-07-30T16:35:46+02:0030 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser