fbpx
x

(ARCHÉOLOGIE) Le théorème de Pythagore était utilisé par les Mésopotamiens 1000 ans avant Pythagore

31 août 2021 – Initialement le théorème a été inventé par Pythagore un grand mathématicien grec du 6e siècle avant J.-C. Cependant, une tablette d’argile vieille de 3 700 ans a démontré que les babyloniens appliquaient le théorème de Pythagore 1 000 ans avant sa création.

En effet, la tablette qui a vraisemblablement été utilisée par des géomètres pour tracer des limites précises, constitue désormais le premier exemple connu de géométrie appliquée. Or, le traçage de ses limites nécessitait l’utilisation du théorème de Pythagore. De plus, cette tablette qui a été appelée Plimpton 322 en l’honneur du collectionneur qui l’a acheté, contient ce qui semble être une série de solutions liées au théorème de Pythagore. Il s’agirait en fait d’une liste de triplets pythagoriciens, autrement dit une liste d’ensembles de trois nombres vérifiant la fameuse égalité a² + b² = c². D’après le mathématicien Daniel Ansfeld  découvreur de la signification de la tablette, cette dernière aurait servi à calculer des rectangles. 

UN THÉORÈME LARGEMENT UTILISÉ PAR LES MÉSOPOTAMIENS

Les mathématiques occupaient une place importante en Mésopotamie, où la pratique du calcul a émergé dès le 4e millénaire avant J.-C. Un grand nombre de tablettes principalement scolaires dédiées aux mathématiques ont d’ailleurs été retrouvées. Les babyloniens étaient parvenus à développer leur propre proto-trigonométrie alternative pour résoudre les problèmes liés à la mesure du sol. De fait, cette tablette prouve que les scribes babyloniens mesuraient et comprenaient la notion d’angle droit et donc de triangle rectangle. Les babyloniens se seraient donc servi du théorème de Pythagore pour construire des canaux, désigner des limites foncières et privatiser des espaces fonciers. Ainsi, cette tablette prouve que l’histoire du théorème de Pythagore a démarré bien avant sa nomination officielle.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(INNOVATION) L’armée américaine s’est dotée de fusils qui visent et tirent automatiquement

27 octobre 2021 – L’armée américaine s’est récemment procuré des SMASH 2000, un système de visée informatisé qui grâce à un algorithme permet ainsi de détecter automatiquement la cible, de prédire ses mouvements et d’indiquer au tireur où viser.

Afin de permettre à ses soldats de mieux viser et donc d’être plus efficace, l’armée américaine a décidé de miser sur le SMASH 2000. Il s’agit d’un système de visée informatisé qui en apparence ressemble à une lunette classique, qui se glisse sur le haut d’un fusil d’assaut. Le système fonctionne grâce à une caméra et un laser qui permet de déterminer la distance entre l’arme et la cible. Un algorithme intégré permet ainsi de détecter automatiquement la cible, de prédire ses mouvements et d’indiquer au tireur où viser. En d’autres termes il s’agit de viseurs intelligents conçus pour aider les tireurs à repérer les cibles et à leur montrer ensuite le point de visée le plus optimal à engager, même lorsqu’ils se déplacent.

UNE SORTE DE ROBOT TUEUR

En plus de constituer une redoutable aide à la visée, le système SMASH 2000 peut au militaire quand et où tirer d’une certaine façon c’est la machine qui prend le tir en main. En fait, avec cette technologie, une fois que la lunette a acquis sa cible, le militaire n’a plus qu’à presser la détente de son arme et laisser le système électronique prendre en charge le tir. C’est donc l’algorithme qui décide de faire feu lorsqu’il est certain que la balle peut toucher sa cible. En outre, bien qu’il soit sous le contrôle d’un soldat, c’est donc tout de même le SMASH 2000 qui prend la décision finale, on peut donc le voir comme un robot tueur. Ainsi cette technologie montre que petit à petit l’intelligence artificielle prend de plus d’importance dans l’armée.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-08-31T17:30:35+02:0031 août 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser