fbpx
x

(ARCHÉOLOGIE) Le tout premier mémorial de guerre aurait été découvert

8 septembre 2021 – Au nord de la Syrie sur le site de Tell Banat se trouve un endroit baptisé le « Monument blanc ». Cet endroit abriterait un cimetière datant du troisième millénaire, réunissant des soldats morts au combat. Il s’agirait du tout premier mémorial de guerre de l’histoire de l’humanité.

Ce tout premier mémorial de guerre se serait donc situé dans l’ancienne Mésopotamie. Les fouilles archéologiques menées à cet endroit ont permis de mettre à jour de nombreux ossements datant de la fin du troisième millénaire avant JC. De nombreux indices à propos du monument blanc, suggèrent qu’il s’agissait d’un mémorial de guerre. Les analyses de 18 dépôts d’ossements ont permis de mettre en évidence une structuration avec une distinction entre dépôts strictement humains et dépôts intégrant des os d’animaux. Au nord-ouest du monument, les dépôts d’os correspondent presque systématiquement à un couple masculin réunissant un jeune adulte et un adolescent, associé à des restes de chevaux. Au sud-ouest, les dépôts contiennent en général les os d’une seule personne, entourés de nombreux objets. Les archéologues ont donc conclu que les os incrustés dans le monument appartenaient aux soldats d’une armée. On avait donc, les équipages de char d’un côté et les soldats de l’autre.

UN MÉMORIAL DONT ON IGNORE LA NATURE

Le Monument Blanc tire son nom du fait qu’il était recouvert d’un minéral crayeux appelé gypse. Selon les chercheurs, les individus enterrés dans le monument blanc ont été enterrés comme s’ils étaient morts au combat. Selon certains archéologues, les raisons qui auraient poussé à la création de ce monument serait un conflit interne. À l’époque, des sociétés étaient très hiérarchiques ce qui pouvait provoquer de nombreuses tensions. Quoi qu’il en soit, les soins apportés aux morts dans ce lieu semblent indiquer que ces individus n’étaient pas des ennemis, mais des soldats célébrés. L’état fragmentaire de leurs os a indiqué qu’ils étaient morts quelque temps avant leur enterrement dans le Monument Blanc, et ont pu être été amenés d’un cimetière ou d’un champ de bataille proche. Si les raisons pour lesquelles ce mémorial a été érigé restent un mystère, cela reste une grande découverte archéologique majeure puisqu’il s’agit du plus ancien mémorial jamais découvert.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Jeff Bezos compte construire une station spatiale privée

26 octobre 2021 – Jeff Bezos semble vouloir pousser encore plus loin le tourisme spatial. Comme le montre son nouveau projet, Orbital Reef, une  station spatiale privée décrite comme un parc commercial pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes.

La société Blue Origin de Jeff Bezos et Sierra Space se sont associés dans un projet de grande envergure à savoir une station spatiale privée pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes. Ils ambitionnent de pouvoir la rendre opérationnelle d’ici la deuxième moitié de la décennie. Cette station spatiale qui sera baptisée Orbital Reef montre que la course pour la commercialisation de l’orbite terrestre basse a atteint un nouveau stade. Dans un communiqué BLue Origin et Sierra Space ont annoncé que cette station spatiale s’adresserait  à un large panel de client “Agences spatiales expérimentées, consortiums dans les hautes technologies, nations sans programme spatial, médias et agences de voyages, entrepreneurs et inventeurs subventionnés, investisseurs portés vers l’avenir, tous ont leur place”. La station évoluera à 500 km d’altitude, soit un peu plus haut que l’ISS et mesurera 830 m3, soit presque autant que l’ISS.

UN NOUVEAU SUCCESSEUR POUR L’ISS

À l’image de Starlab, Blue Origin et Sierra Space ont donc annoncé à leur tour la mise en place d’une station spatiale privée qui devrait entrer en service à l’horizon 2025. Une annonce qui intervient à un moment où la mise en place d’une station spatiale est intéressante stratégiquement puisque en théorie l’avenir de l’ISS est aujourd’hui officiellement assuré jusqu’en 2024. À cela s’ajoute le fait que d’un point de vue technique, la NASA a entériné le fait qu’elle soit capable d’opérer jusqu’en 2028 même si le patron de la NASA Bill Nelson, s’est prononcé en faveur de son extension jusqu’en 2030. Quoi qu’il en soit, l’ISS a une date de péremption qui approche à grands pas et des stations comme Orbital Reef seront là pour prendre la relève.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-09-09T16:36:35+02:008 septembre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser