fbpx

(ARCHÉOLOGIE) Les mystères de la Mésopotamie bientôt dévoilés à l’aide de l’intelligence artificielle

22 septembre 2021 — Les empires sumérien, assyrien et babylonien sont nés en Mésopotamie. Cet endroit est considéré comme le berceau des mathématiques, de l’astronomie, de l’histoire écrite et de nombreuses autres disciplines.  Sur ce territoire, différentes civilisations   parlaient plusieurs langues, mais presque toutes écrivaient en cunéiforme, une forme d’écriture qui utilise des symboles.

« Ces tablettes sont les principaux documents des cultures mésopotamiennes, y compris les textes religieux, les documents bureaucratiques, les édits royaux, etc. » , expliquent les chercheurs. « Par conséquent, les experts ont consacré beaucoup d’efforts à leur transcription et à leur translittération. » Hélas, les tablettes se sont abimées  au fil des millénaires, et les chercheurs doivent souvent s’appuyer sur des indices contextuels pour combler les parties de texte manquant. Les experts assurent qu’il s’agit d’un processus très subjectif et  surtout long.

C’est pourquoi la technologie est venue à la rescousse ! Des scientifiques en Israël ont développé un système d’intelligence artificielle d’apprentissage en profondeur qui peut faire des suppositions éclairées sur les mots et les phrases manquants. Initialement, le modèle était déjà formé dans un certain nombre de langues, comme l’hébreu, qui ressemblent à l’akkadien (l’un de ceux utilisés pour le cunéiforme).

Au cours des tests, les scientifiques ont montré des tables avec des fragments spécialement cachés. Le modèle a pu combler les lacunes avec une précision de 89 %. Comme le notent les auteurs du projet, l’IA offrait parfois de telles options que les scientifiques eux-mêmes n’auraient pas pu imaginer, ce qui permettait de regarder de nombreuses tablettes d’une manière différente.

Cependant, les scientifiques pensent que le programme d’intelligence artificielle est un « assistant » et ne remplace pas les experts humains. « Les archéologues prennent en compte un contexte beaucoup plus large », argumentent les auteurs du programme. « Ils savent où il a été trouvé, ils connaissent les conditions géopolitiques de la région, et ils en tiennent compte. »

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) La sonde Lucy est partie aujourd’hui à la conquête des astéroïdes de Jupiter

16 octobre 2021 – La sonde Lucy de la NASA est partie ce matin depuis Cap Canaveral en Floride. Elle se dirigera vers les astéroïdes troyens de Jupiter, corps célestes gravitant autour du Soleil sur la même orbite que celle de la géante gazeuse.

La sonde Lucy voyagera durant six ans avant d’effectuer la majorité de ses observations entre 2027 et 2033. Son but sera d’étudier les astéroïdes troyens, afin de déterminer leur origine et de confirmer ou invalider le modèle de Nice, expliquant la disparité des corps célestes à l’origine de la formation du système solaire. Les astéroïdes troyens sont des astéroïdes qui se situent à des points stables autour de Jupiter, ils sont situés à plus de 700 millions de kilomètres du soleil et ce sera la première fois qu’ils vont être survolés par une mission spatiale. Une fois arrivée à destination, la sonde pourra commencer à étudier ces objets célestes dont la composition, la densité, la forme permettront par exemple d’en savoir plus sur l’évolution de l’agencement des planètes autour de notre soleil. Les astronomes espèrent que l’étude de ces astéroïdes leur permettra de mieux comprendre la naissance de notre système solaire.

UNE SONDE PORTEUSE D’UN MESSAGE À DESTINATION DE NOS DESCENDANTS

En plus de permettre l’étude des astéroïdes de Jupiter, la sonde Lucy servira aussi de capsule temporelle spatiale à destination de nos descendants.  De fait, elle contiendra des écrits de penseurs majeurs ainsi qu’un schéma de la position exacte des planètes le jour du lancement de Lucy. Le parcours de la sonde a été étudié afin de la rendre facilement accessible pour des descendants disposant d’une technologie largement supérieure. En effet, à la fin de sa mission en 2033  Lucy suivra la même orbite que les astéroïdes troyens autour du soleil ce qui signifie qu’elle pourrait errer dans cette orbite  pour des centaines, des milliers voire des millions d’années. De cette façon, les chercheurs espèrent que la sonde Lucy deviendra une relique archéologique qui pourra être récupérée par des descendants ayant la capacité de voyager jusqu’à Jupiter. Cependant nos descendants auront-ils le temps d’atteindre un tel niveau de technologie avant que l’humanité ne disparaisse est une question que l’on peut se poser.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-09-22T16:41:48+02:0022 septembre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser