fbpx

(ARCHÉOLOGIE) Les scientifiques ont dévoilé le dernier repas de l’Homme de Tollund

22 juillet 2021 — L’homme de Tollund actuellement conservé au musée de Silkeborg après avoir été retrouvé dans le Jutland au Danemark, portait encore autour du cou la cordelette avec laquelle il avait été étranglé ou pendu. Dans le cadre d’une nouvelle étude, les experts ont pu découvrir ce que l’homme a mangé la dernière fois avant son exécution. Pour les scientifiques, la vie quotidienne de nos ancêtres est une source d’informations primordiales.

L’homme de Tollund est le cadavre naturellement momifié d’un homme mort entre 375 et 210 av. J.-C., découvert  en 1950 au Danemark dans la tourbière de Tollund . Son parfait état de conservation a tout d’abord fait croire à une mise à mort récente. Les experts pensent qu’il aurait pu être un criminel ou aurait puêtre sacrifié dans le cadre d’une pratique rituelle « pour plaire aux  dieux ».

LA MOMIE PARFAITEMENT CONSERVÉE DEPUIS 1950

À l’heure actuelle, les scientifiques mènent la deuxième étude du système digestif humain de  l’homme de Tollund. Pour la première fois depuis 71  ans, le contenu de l’intestin a été analysé lors d’un examen médico-légal. Les scientifiques ont découvert des traces de céréales et de plantes sauvages. Lors de l’autopsie en 1950, les intestins étaient encore préservés et le contenu du tube digestif de l’estomac à l’anus n’avait pas été touché.

La nouvelle analyse a révélé plus de détails. Il s’est avéré que la dernière fois, l’homme a mangé du poisson avec de la bouillie à base d’orge, des graines de lin et d’une sorte de sarrasin. Le repas a probablement eu lieu entre 12 et 24 heures avant le décès. Les scientifiques ont également découvert que l’homme avait plusieurs infections parasitaires. Très probablement qu’il a mangé de la viande insuffisamment cuite et qu’il  a bu de l’eau contaminée.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Starliner, la capsule spatiale de Boeing s’apprête à voler vers l’ISS

01 août 2021 – Si tout se passe comme prévu, la capsule CST-100 Starliner de Boeing devrait être lancée le 3 août 2021 pour un deuxième vol d’essai sans équipage. Un vol de la plus haute importance puisqu’il précède l’échec de son premier vol, en décembre 2019.

Alors que tout récemment le module russe Nauka avait rejoint l’ISS c’est un modèle américain cette fois qui s’apprête à rejoindre la station spatiale internationale. Ce vol était initialement prévu pour le 30 juillet 2021, mais ce deuxième vol d’essai du CST-100 Starliner, destiné aux vols habités vers la station spatiale internationale a été repoussé au 3 août. Créé par Boeing pour la Nasa, ce vaisseau commercial sera mis en orbite par le lanceur Atlas 5 de la base de Cap Canaveral, en Floride. Ce deuxième vol-test intervient plus d’un an et demi après l’échec, en décembre 2019, du premier vol lié à des défauts de logiciels de bord et de système de communication du vaisseau. Boeing a alors proposé à la Nasa de réaliser un autre vol d’essai sans équipage à ses frais.

UN VOL À FORT ENJEU

Suite à l’échec de la première tentative en 2019, Boeing s’est retrouvé fortement distancé par son rival Space X dans le domaine du transport d’astronautes. En effet depuis 2019, la société Space X a réussi ses essais, mais surtout, elle a lancé 3 équipages d’astronautes vers l’ISS. Ce vol est également important de par le coût financier qu’il représenterait surtout en cas d’échec. À titre d’exemple, l’échec de 2019 avait coûté à l’entreprise près de 410 millions de dollars. Ce vol a d’ailleurs fait l’objet d’une surveillance active de la part de la NASA qui au cours d’une enquête a localisé un total de 80 corrections nécessaires pour la préparation du Starliner. Enfin, un succès permettrait à Starliner de débuter les vols habités ce qui constitue une nouvelle étape cruciale pour le Starliner de Boeing.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-07-22T15:06:30+02:0022 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser