fbpx
x

(ARCHÉOLOGIE) Un étrange rite funéraire découvert en Europe de l’Est

6 septembre 2021 – Alors qu’ils réalisaient des fouilles dans un cimetière transylvanien, des archéologues ont retrouvé des squelettes datant du Néolithique, vieux de 6 000 ans, avec des urnes placées sur leur crâne ou au bout de leurs pieds. On ne connaît pas pour le moment le contenu de ces urnes. Il se pourrait qu’elles aient servi de présents pour ceux qui partaient dans l’au-delà.

Les opérations d’excavation ont commencé au mois de juillet, avant d’entamer la construction d’un bâtiment à Cluj-Napoca, une ville de la commune d’Iclod, en Roumanie.

Plusieurs tombes ont été découvertes sur une surface de 930m². Près d’elles, une large fosse aurait servi de réserve de nourriture, puis de vide-ordures.

“Nous travaillons dans la poussière, sous la chaleur ou sous la pluie, et les résultats ne sont pas toujours spectaculaires. Mais nous avons le privilège d’obtenir cet aperçu du passé et de découvrir quelque chose de spécial !” se réjouit Paul Pupeză, archéologue du Musée national d’histoire de la Transylvanie. “Plus on en apprendra sur eux, plus on en apprendra sur nous” a-t-il ajouté.

Des vestiges celtes datant d’il y a plus de 2 000 ans ont été sortis de terre au même endroit. Les Celtes occupaient une grande partie de l’Europe. Contrairement aux hommes du Néolithique, ils incinéraient les défunts et mettaient les cendres dans des urnes garnies d’offrandes.

Tom Hannane (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ROBOT) Des fourmis imprimées en 3D s’unissent pour contourner les obstacles

27 octobre 2021 – Des scientifiques de l’Université de Notre-Dame ont voulu reproduire l’union des fourmis lorsqu’elles sont face à un obstacle. Ils y sont parvenus.

Yasemin Ozkan-Aydin est professeur. Elle a observé que les robots à quatre pattes présentaient des avantages par rapport aux robots à roues. Mais le problème c’est que certains gouffres ou des terrains trop raides sont infranchissables. Face à ce constat, elle a créé avec ses collègues des petits robots imprimés en 3D qui peuvent travailler ensemble.

Les robots mesurent 15 à 20cm de long. Ils ont un microprocesseur, un capteur de lumière frontal, des capteurs magnétiques à chaque extrémité et une batterie au lithium-polymère.

Lorsqu’un de ces robots est en difficulté, il envoie un signal sans fil à ses congénères qui l’aident. Ensemble, ils peuvent former un pont. 

Yasemin Ozkan-Aydin améliore encore ce système déjà bien abouti. Mais quelles seraient les applications des robots-fourmis ? On peut les envisager dans l’exploration spatiale ou encore l’étude des insectes.

Tom Hannane (rédaction btlv.fr)

2021-09-06T17:09:30+02:006 septembre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser