fbpx

(ARCHÉOLOGIE) Un site de production de vins datant de 1500 ans a été découvert

12 octobre 2021 – Dans le cadre de fouilles menées à Yavné, des archéologues ont découvert le plus vaste site de production de vins de la période byzantine situé dans le sud d’Israël aux portes de la bande de Gaza.

Il aura fallu deux ans aux archéologues pour exhumer cet antique site de production de vins vieux de 1500 ans. Un site de taille massive pour l’époque puisque sa production annuelle était estimée à deux millions de litres pressés au pied. Au total, les chercheurs ont découvert cinq pressoirs d’environ 225 m2 pour le foulage au pied des raisins, deux vastes cuves octogonales pour récolter le moût et des fours à poterie pour faire cuire la glaise des amphores allongées, surnommées « jarres de Gaza » et dans lesquelles on faisait vieillir le vin. Cette découverte a réellement surpris les archéologues qui ne s’attendaient pas à découvrir ce qu’on pourrait qualifier d’usine sophistiquée visant à produire du vin en quantité industrielle.

UN SITE IMPRESSIONNANT

Si les archéologues ont été impressionnés par la taille du site, le fait d’avoir trouvé dans cette région d’anciens sites de production de vins n’est pas une surprise. En effet, à l’époque, la bande de Gaza et la ville adjacente d’Ashkelon, dans le sud d’Israël, près de Yavné, étaient reconnues pour la qualité de leurs vins commercialisés dans le bassin méditerranéen. Par ailleurs, ces fouilles ont permis également de prouver la présence sur place de pressoirs à vin datant de 2.300 ans, période où l’empire perse achéménide régnait sur une grande partie du Moyen-Orient. Ce qui pour les archéologues prouve l’ancienneté de l’industrie viticole locale. Du fait de sa taille et de son état de préservation, cet ancien complexe viticole sera intégré à un futur parc archéologique accessible au public.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) La sonde Lucy est partie aujourd’hui à la conquête des astéroïdes de Jupiter

16 octobre 2021 – La sonde Lucy de la NASA est partie ce matin depuis Cap Canaveral en Floride. Elle se dirigera vers les astéroïdes troyens de Jupiter, corps célestes gravitant autour du Soleil sur la même orbite que celle de la géante gazeuse.

La sonde Lucy voyagera durant six ans avant d’effectuer la majorité de ses observations entre 2027 et 2033. Son but sera d’étudier les astéroïdes troyens, afin de déterminer leur origine et de confirmer ou invalider le modèle de Nice, expliquant la disparité des corps célestes à l’origine de la formation du système solaire. Les astéroïdes troyens sont des astéroïdes qui se situent à des points stables autour de Jupiter, ils sont situés à plus de 700 millions de kilomètres du soleil et ce sera la première fois qu’ils vont être survolés par une mission spatiale. Une fois arrivée à destination, la sonde pourra commencer à étudier ces objets célestes dont la composition, la densité, la forme permettront par exemple d’en savoir plus sur l’évolution de l’agencement des planètes autour de notre soleil. Les astronomes espèrent que l’étude de ces astéroïdes leur permettra de mieux comprendre la naissance de notre système solaire.

UNE SONDE PORTEUSE D’UN MESSAGE À DESTINATION DE NOS DESCENDANTS

En plus de permettre l’étude des astéroïdes de Jupiter, la sonde Lucy servira aussi de capsule temporelle spatiale à destination de nos descendants.  De fait, elle contiendra des écrits de penseurs majeurs ainsi qu’un schéma de la position exacte des planètes le jour du lancement de Lucy. Le parcours de la sonde a été étudié afin de la rendre facilement accessible pour des descendants disposant d’une technologie largement supérieure. En effet, à la fin de sa mission en 2033  Lucy suivra la même orbite que les astéroïdes troyens autour du soleil ce qui signifie qu’elle pourrait errer dans cette orbite  pour des centaines, des milliers voire des millions d’années. De cette façon, les chercheurs espèrent que la sonde Lucy deviendra une relique archéologique qui pourra être récupérée par des descendants ayant la capacité de voyager jusqu’à Jupiter. Cependant nos descendants auront-ils le temps d’atteindre un tel niveau de technologie avant que l’humanité ne disparaisse est une question que l’on peut se poser.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-10-12T10:08:29+02:0012 octobre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser