fbpx

(ARCHÉOLOGIE) Une ancienne pierre tombale de la « Bienheureuse Marie » a été trouvée en Israël

21 janvier 2021 — C’est dans le sud d’Israël, que les archéologues ont trouvé une pierre tombale unique du 5ème ou 6ème siècle après JC. La pierre est gravée d’une inscription grecque: «Sainte Marie, qui a vécu une vie irréprochable». Cette femme vivait il y a environ 1400 ans. Sur la pierre, on peut lire la date de son décès: le 9 février. La pierre tombale a été trouvée par hasard, par l’un des ouvriers ayant participé au nettoyage du parc national de Nitzana. Il l’a photographié et l’a mise en lieu sûr, puis a contacté les autorités, qui ont transmis le précieux artefact aux scientifiques. Les archéologues disent qu’au moment de la mort de Marie, cette région était une grande colonie chrétienne, les scientifiques pensent que la femme appartenait à la classe supérieure.

UNE AIRE DE REPOS POUR LES PÈLERINS

«Au cours des 5e et 6e siècles de notre ère, Nitzana était un centre important de villages et de colonies », explique Tali Erikson-Jini de l’Autorité des antiquités d’Israël. Selon les experts, la pierre tombale aurait appartenu à l’un des cimetières chrétiens qui entourent l’ancienne colonie. Peut-être que les archéologues pourront maintenant trouver d’autres tombes qui indiqueront les limites de la colonie, qui est encore pratiquement inconnue.

La ville de Nitzana  a été fondée au 1er siècle avant JC sur une route commerciale. Au 5ème et 6ème siècle ont été édifiés des églises, une forteresse militaire, un monastère et une aire de repos pour les pèlerins chrétiens. Les scientifiques estiment qu’à la fin du 6ème siècle, la peste et l’hiver polaire (refroidissement du climat  dû à la pollution par les cendres) auraient pu contraindre les habitants à fuir ces lieux. Au 7ème siècle, des colonies islamiques sont apparues ici et qui ont également été abandonnées au 10ème siècle. Le village a été oublié jusqu’aux années 1930, lorsque des papyrus anciens y ont été trouvés pour la première fois.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(MYSTÈRE) Des internautes découvrent un message secret dans le parachute du rover « Perseverance »

24 février 2021 – Des détectives du web affirment avoir réussi à décoder un message secret, caché dans les motifs du parachute qui a aidé le rover « Perseverance », de la NASA à atterrir en toute sécurité sur Mars.

Les utilisateurs des réseaux sociaux Reddit et Twitter ont remarqué que le motif rouge et blanc sur le parachute avait l’air d’avoir été ajouté délibérément. Certains internautes ont alors émis l’hypothèse qu’il pourrait s’agir d’un code secret. Un code se servant de l’écriture informatique binaire. Afin de vérifier cela, ils ont choisi d’interpréter le sens du motif, en remplaçant ses parties rouges par le chiffre 1, le blanc représentant le zéro.

Photo de l’intérieur du parachute, prise par le rover Perseverance. ©NASA

UNE PHRASE SIGNÉE THEODORE ROOSEVELT

A partir de photos prises à l’intérieur du parachute, les internautes affirment que l’expression « osez des choses grandioses » (« dare mighty things ») utilisée comme devise par le centre de recherches spatiale de la NASA : le « Jet Propulsion Laboratory » ; a été codée sur l en utilisant un motif représentant des lettres sous forme de code informatique binaire.

Cette phrase est extraite d’un discours prononcé par le président américain Theodore Roosevelt, en 1899 dans lequel il affirme qu’«il vaut mieux oser des choses grandioses, remporter des triomphes glorieux, plutôt que de se ranger parmi ces pauvres esprits qui ne jouissent ni ne souffrent beaucoup, car ils vivent dans un crépuscule gris qui ne connaît ni victoire ni défaite. »

Chacun des anneaux concentriques du motif du parachute représentent un des mots du message secret. Les zéros et les uns doivent être divisés en morceaux de 10 caractères, auxquelles il faut rajouter 64, afin d’obtenir le code ASCII (norme informatique de codage de caractères), de chaque caractère.

Par exemple, sept bandes blanches, une bande rouge et deux autres bandes blanches représentent 0000000100, le code binaire binaire pour le chiffre. En ajoutant, 64 à ce résultat, cela donne 68, le code ASCII correspondant à la lettre D, en majuscules.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2021-01-22T17:03:47+01:0021 janvier 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser