fbpx
x

(ARCHÉOLOGIE) Une momie de 500 ans de retour en Bolivie

19 août 2021 – À l’occasion du retour d’une momie en Bolivie, une cérémonie rituelle a été organisée pour renommer la momie d’une fillette vieille de 500 ans. Cette dernière se nomme désormais Saphi, auparavant elle se trouvait dans les collections du Michigan State University Museum avant d’être rendue à la Bolivie en 2019.

Il aura fallu deux ans aux boliviens pour la renommer en Saphi avant elle s’appelait Nusta. Pour célébrer l’événement, le  gouvernement bolivien a fait une cérémonie au cours de laquelle elle a été remise à l’honneur. Pour célébrer ce retour, le gouvernement bolivien a fait venir son vice-président qui a qualifié ce retour d’évènement important. D’autant que jusqu’à présent, cette momie se trouvait aux États-Unis. En effet, à l’origine, les restes de cette momie ont été exhumés au XIXe siècle au sud de la ville de La Paz. Des analyses ont révélé que cette momie par ailleurs en excellent état remontait au moins au XVe siècle. Finalement en 1890, elle a rejoint les collections du Michigan State University Museum qui l’a exposée jusqu’au début des années 1970. Puis vers 2010, un conservateur du musée a proposé de la retourner à son pays d’origine. Une proposition qui a finalement été approuvée en 2019.

UNE MOMIE MYSTÉRIEUSE

Malgré ce retour en grande pompe, les origines de cette momie sont encore floues. Selon les archéologues, il s’agit de la momie d’une fillette d’environ huit ans. D’après une théorie, elle aurait appartenu à un groupe du peuple aymara connu sous le nom de Pacajes qui évoluait dans la région du lac Titicaca à cette époque. De nombreux indices laissent penser qu’elle était d’un rang social élevé. D’ailleurs, si initialement les chercheurs l’ont surnommé Ñusta qui signifie princesse en langage quechua, c’est parce qu’elle était vêtue d’une robe de laine de lama ou d’alpaga ce qui est un signe d’ascendance royale. À cela s’ajoute le fait qu’elle était inhumée dans un type de tombe appelé « chullpa » qui prend la forme d’une tour funéraire et qui de manière générale abritait des individus de rang élevé. Quoi qu’il en soit, si le mystère sur les origines de cette momie n’est pas levé, c’est une fierté pour le Venezuela de l’avoir récupéré.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(INNOVATION) L’armée américaine s’est dotée de fusils qui visent et tirent automatiquement

27 octobre 2021 – L’armée américaine s’est récemment procuré des SMASH 2000, un système de visée informatisé qui grâce à un algorithme permet ainsi de détecter automatiquement la cible, de prédire ses mouvements et d’indiquer au tireur où viser.

Afin de permettre à ses soldats de mieux viser et donc d’être plus efficace, l’armée américaine a décidé de miser sur le SMASH 2000. Il s’agit d’un système de visée informatisé qui en apparence ressemble à une lunette classique, qui se glisse sur le haut d’un fusil d’assaut. Le système fonctionne grâce à une caméra et un laser qui permet de déterminer la distance entre l’arme et la cible. Un algorithme intégré permet ainsi de détecter automatiquement la cible, de prédire ses mouvements et d’indiquer au tireur où viser. En d’autres termes il s’agit de viseurs intelligents conçus pour aider les tireurs à repérer les cibles et à leur montrer ensuite le point de visée le plus optimal à engager, même lorsqu’ils se déplacent.

UNE SORTE DE ROBOT TUEUR

En plus de constituer une redoutable aide à la visée, le système SMASH 2000 peut au militaire quand et où tirer d’une certaine façon c’est la machine qui prend le tir en main. En fait, avec cette technologie, une fois que la lunette a acquis sa cible, le militaire n’a plus qu’à presser la détente de son arme et laisser le système électronique prendre en charge le tir. C’est donc l’algorithme qui décide de faire feu lorsqu’il est certain que la balle peut toucher sa cible. En outre, bien qu’il soit sous le contrôle d’un soldat, c’est donc tout de même le SMASH 2000 qui prend la décision finale, on peut donc le voir comme un robot tueur. Ainsi cette technologie montre que petit à petit l’intelligence artificielle prend de plus d’importance dans l’armée.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-08-19T18:32:21+02:0019 août 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser