fbpx

(ASTRONOMIE) Cet astéroïde n’aurait pas pu être dévié, heureusement c’était une simulation!

7 mai 2021 — Un tout nouvel astéroïde a été repéré ce 19 avril 2021, par le programme de cartographie du ciel “Panoramic Survey Telescope and Rapid Response System”, également surnommé “Pan-Starrs”, le nom de cet amas de roche ? PDC 2021.

Mais PDC 2021, n’était pas un astéroïde comme ceux qui sont habituellement repérés par les différents systèmes de surveillance, en effet le nouvel astéroïde avait une particularité, et non des moindres, il risquait de frapper la Terre dans les 6 mois suivant sa première observation.

Une crainte rapidement confirmée par la communauté internationale ; inquiétude justifiée par le fait que la taille de l’astéroïde était estimée entre 35 et 700 mètres de diamètre.  Une taille suffisamment importante pour risquer de causer de nombreux dégâts une fois au sol.

Au vu du risque, L’International Asteroid Warning Network (IAWN),  avait rapidement été saisie et diffusait chaque semaine des mises à jour concernant la probabilité de l’impact. Par la suite, le “Space Mission Planning Advisory Group” (SMAPAG), s’est mise à étudier les différentes solutions pouvant être mises en œuvre, afin d’éviter cette collusion potentiellement risquée. Parmi toutes ces options, l’idée de dévier la trajectoire de l’astéroïde figurait en bonne place.

UN SCÉNARIO FICTIF

Pas de panique, ceci est un exercice ! En effet, le scénario catastrophiste imaginé plus haut, par les experts de la Planetary Defense Conference, n’est qu’un exercice d’entraînement régulièrement réalisé par des agences spatiales, en vue d’éviter le pire.

Un exercice permettant de savoir à quel point notre stratégie “d’évitement des astéroïdes » fonctionne une fois mise en pratique. Par exemple, en 2019, la ville de New-York a été détruite, tandis que Tokyo fut sauvée en 2017, Dacca et la Côte d’Azur furent ravagés en 2015 et 2013.

Pour ce qui est du scénario de 2021, le SMPAG a été contraint d’annoncer qu’aucune mission spatiale ne pourrait être en mesure de détourner PDC 2021 de sa trajectoire. Pour cela, il aurait fallu détecter l’astéroïde menaçant un peu plus tôt. Quatre mois plus tard, PDC 2021 s’écrasait quelque part du côté de la frontière entre la République tchèque et l’Allemagne. Détruisant une région de 100 kilomètres de diamètre (toujours fictivement !).

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ASTRONOMIE) Une étoile clignote au centre de notre galaxie

14 juin 2021 – A première vue, on pourrait penser que le phénomène n’a rien de véritablement inédit, et a déjà été répertorié à plusieurs reprises ; en effet, des étoiles dont la luminosité varie, cela existe et ce n’est plus tout à fait une nouveauté.

Pourtant une étoile en particulier, baptisée “VVV-WIT-08”, par les astronomes ne ressemble pas à ces premiers cas déjà recensés. Ce mystérieux astre à été repéré par des chercheurs de l’Université de Cambridge, au Royaume-Uni, en étudiant les données enregistrées par le télescope Vista, de l’Observatoire européen austral (ESO), basé au Chili. D’ailleurs, ce télescope sert spécifiquement à observer près d’un milliard d’étoiles, dans le but d’y repérer d’éventuelles variations de luminosité. « Parfois, nous trouvons des étoiles variables qui n’entrent dans aucune catégorie établie. Nous les surnommons les objets “WIT” », explique, dans un communiqué, Philip Lucas qui est chercheur à l’Université d’Hertfordshire, au  Royaume-Uni.

Et pour cause, les astronomes ont observé la luminosité de l’étoile VVV-WIT-08 diminué de 97% pourcent ! Une quasi disparition, mais de courte durée, puisque quelques semaines plus tard, l’étoile réapparaissait, aussi brillante que d’habitude.

UNE NOUVELLE CLASSE D’ÉTOILES

Pour tenter d’expliquer cette perte de luminosité brutale et soudaine, de l’étoile VVV-WIT-08, les scientifiques ont étudié plusieurs pistes…

A partir de ces hypothèses, les scientifiques ont tout d’abord pensé qu’un objet sombre avait pu passer devant l’étoile, bloquant ainsi les rayons émis par VVV-WIT-08 ; une piste appuyée par le fait que l’astre se trouve dans une région assez dense de notre galaxie, au centre de la Voie lactée.

Une première théorie mise à l’écart par la suite, lorsque des simulations ont permis aux chercheurs de s’apercevoir qu’il faudrait que le nombre d’objets volants au sein de notre galaxie soit bien plus important, afin d’en arriver à un tel résultat.

Désormais, les scientifiques s’intéressent à une nouvelle, qu’ils jugent plus probable. Pour eux, VVV-WIT-08 appartient certainement à une nouvelle classe, parmi le système des étoiles binaires une nouvelle catégorie désormais désignés comme “géantes clignotantes”.

Selon les chercheurs ces nouvelles géantes clignotantes sont donc des étoiles géantes, en moyenne 100 fois plus grande que notre Soleil, mais qui malgré leurs tailles, se font tout de même éclipser de temps en temps, environ une fois sur plusieurs décennies, par un autre astre pour le moment indéterminé. Il pourrait aussi bien s’agir d’une seconde étoile, que d’une planète dont le disque opaque parviendrait à éclipser des géantes clignotantes, comme VVV-WIT-08.

Samuel Agutter (rédaction bltv.fr)

2021-05-07T11:16:03+02:007 mai 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser