fbpx

(ASTRONOMIE) Des scientifiques australiens cartographient des millions de galaxies inconnues

2 décembre — Des astronomes australiens viennent d’annoncer avoir cartographié un million de nouvelles galaxies en quelques jours. Pour cela, ils ont été aidés par un télescope ultra perfectionné.

Pour que l’on puisse admirer leur découverte, l’institution de recherches ? CSIRO a mis en place un atlas de l’univers en ligne sur leur site internet.

Le télescope utilisé, le Square Kilometer Array Pathfinder (ASKAP), a des résultats similaires à ceux utilisés par Google Maps. Pour son fonctionnement il utilise un réseau de 36 antennes paraboliques qui fonctionnent ensemble, pour prendre des panoramas du ciel.

Le système est situé dans l’hémisphère sud dans l’arrière-pays éloigné de l’Australie occidentale. Il s’étend sur une zone de 6 km à l’observatoire de Murchison du CSIRO, à environ 700 km au nord de Perth.

En 300 heures (12,5 jours), ASKAP a pu collecter 13,5 exaoctets de données, qui contiennent des informations sur 3 millions de galaxies, dont un tiers sont nouvelles pour l’astronomie. Afin de traiter les données reçues, les scientifiques les ont envoyées au supercalculateur Galaktika, qui a converti les informations en images radio bidimensionnelles.

Les scientifiques du CSIRO ont réduit le temps nécessaire pour mener à bien cette étude spatiale n’ayant nécessité que 300 heures, alors que les précédents relevés du ciel avaient pris des années.

La carte permettra aux astronomes d’étudier des objets spatiaux tels que des supernovas, des pulsars et des jets autour de trous noirs super massifs dans des galaxies éloignées. «ASKAP applique les dernières avancées scientifiques et technologiques pour répondre à des questions ancestrales sur les mystères de l’univers», a commenté Larry Marshall, directeur exécutif du CSIRO.

Les scientifiques notent qu’ASKAP note qu’on en est au tout début de ces découvertes.  Au cours des cinq prochaines années, ils effectueront dix grandes enquêtes. Chacune d’elles prendra environ 1500 heures (62,5 jours).

Le télescope ASKAP est l’un des précurseurs d’un projet international visant à construire le plus grand radiotélescope du monde – le Square Kilometer Array, qui sera situé en Afrique du Sud et en Australie.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Le télescope ASKAP combine un réseau de 36 antennes paraboliques qui fonctionnent ensemble. (credits CSIRO)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2020-12-02T14:57:54+01:002 décembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser