fbpx
x

(ASTRONOMIE) La construction du plus grand radiotélescope a commencé

1erjuillet2021 — La construction titanesque d’un radiotélescope super puissant a commencé et devrait être achevée d’ici 2028. 7 pays se sont engagés dans le projet. L’interféromètre radio SKA (Réseau kilométrique carré) s’étendra sur des milliers de kilomètres. Une partie sera  en Afrique du Sud, et le radiotélescope principal sera lui en Australie.

L’interféromètre radio SKA sera un réseau de 3 000 antennes radio d’une superficie totale de plus d’un kilomètre carré.

En plus du radiotélescope australien, le projet SKA comprend le radiotélescope sud-africain MeerKAT. Ensemble, ils forment le plus grand interféromètre radio, dont les observations seront envoyées aux centres de recherche du monde entier. Le SKA est dimensionné pour atteindre une sensibilité 50 fois supérieure à celle des radiotélescopes au sol existants.

Initialement, le projet a été présenté dans les années 1990, la construction devait être achevée en 2020, mais seulement cette année, les sept pays participants ont officiellement approuvé les plans de construction d’un deuxième observatoire. La partie africaine – l’observatoire MeerKAT – a commencé à fonctionner en 2018, mais la construction a été entièrement achevée il y a seulement deux ans.

Le développement coûtera 2 milliards d’euros à l’Australie, la Chine, l’Italie, les Pays-Bas, le Portugal, l’Afrique du Sud et la Grande-Bretagne. Selon le plan, la partie australienne sera achevée en 2028. Les travaux de construction à grande échelle à l’observatoire de Murchison en Australie occidentale commenceront l’année prochaine et des contrats sont en cours de préparation et de signature avec toutes les usines et centres de recherche SKA.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(INNOVATION) L’armée américaine s’est dotée de fusils qui visent et tirent automatiquement

27 octobre 2021 – L’armée américaine s’est récemment procuré des SMASH 2000, un système de visée informatisé qui grâce à un algorithme permet ainsi de détecter automatiquement la cible, de prédire ses mouvements et d’indiquer au tireur où viser.

Afin de permettre à ses soldats de mieux viser et donc d’être plus efficace, l’armée américaine a décidé de miser sur le SMASH 2000. Il s’agit d’un système de visée informatisé qui en apparence ressemble à une lunette classique, qui se glisse sur le haut d’un fusil d’assaut. Le système fonctionne grâce à une caméra et un laser qui permet de déterminer la distance entre l’arme et la cible. Un algorithme intégré permet ainsi de détecter automatiquement la cible, de prédire ses mouvements et d’indiquer au tireur où viser. En d’autres termes il s’agit de viseurs intelligents conçus pour aider les tireurs à repérer les cibles et à leur montrer ensuite le point de visée le plus optimal à engager, même lorsqu’ils se déplacent.

UNE SORTE DE ROBOT TUEUR

En plus de constituer une redoutable aide à la visée, le système SMASH 2000 peut au militaire quand et où tirer d’une certaine façon c’est la machine qui prend le tir en main. En fait, avec cette technologie, une fois que la lunette a acquis sa cible, le militaire n’a plus qu’à presser la détente de son arme et laisser le système électronique prendre en charge le tir. C’est donc l’algorithme qui décide de faire feu lorsqu’il est certain que la balle peut toucher sa cible. En outre, bien qu’il soit sous le contrôle d’un soldat, c’est donc tout de même le SMASH 2000 qui prend la décision finale, on peut donc le voir comme un robot tueur. Ainsi cette technologie montre que petit à petit l’intelligence artificielle prend de plus d’importance dans l’armée.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-07-02T11:13:11+02:002 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser