fbpx

ASTRONOMIE : la Terre reçoit de plus en plus d’astéroïdes

5 mars 2020 — Les astronomes pensaient jusqu’à présent que la quantité d’astéroïdes fondant sur la Terre avait diminué d’intensité avec le temps. C’est l’inverse, ont découvert des chercheurs, qui ont publié leurs résultats dans la revue Science jeudi.

Le nombre d’astéroïdes ayant frappé la Terre a été deux fois et demi supérieur dans les 290 derniers millions d’années, par rapport aux 700 millions d’années précédentes.

Quelle en est l’origine? Probablement de grands accidents cosmiques dans la ceinture d’astéroïdes, située entre Mars et Jupiter.

« Ces impacts ont envoyé une pluie de roches spatiales vers la Terre. Il y aura un pic et puis cela diminuera », dit à l’AFP Tom Gernon, coauteur de l’étude et professeur de sciences de la Terre à l’université de Southampton.

Les chercheurs ne font pas de lien entre cette augmentation du nombre d’impacts d’astéroïdes et les grands événements de l’histoire de notre planète, comme l’extinction de 90% de la vie terrestre il y a 252 millions d’années. Mais la disparition des dinosaures, qui ont vécu sur Terre de -245 à -65 millions d’années, est bien liée à l’impact d’un gros astéroïde.

« Toute la question est de savoir si les changements dans la fréquence des impacts d’astéroïdes peuvent être directement liés aux anciens événements sur Terre », dit la coauteure Rebecca Ghent, de l’université de Toronto.

« Bien que les causes de ces événements soient compliquées et puissent inclure d’autres causes géologiques, comme des éruptions volcaniques, ainsi que des facteurs biologiques, les impacts d’astéroïdes ont probablement joué un rôle dans cette saga », relève-t-elle.

Pour calculer la fréquence des impacts, les scientifiques ont compté le nombre et l’âge des cratères sur la Lune, qui est autant bombardée que la Terre. Ils ont découvert qu’ils existaient dans des proportions similaires sur les deux astres.

« La Lune est comme une capsule témoin, elle nous aide à mieux comprendre la Terre », dit William Bottke, expert en astéroïdes au Southwest Research Institute aux Etats-Unis.

Jusqu’à présent, on pensait qu’il y avait moins de cratères anciens sur Terre, par rapport à d’autres corps du système solaire, en raison de l’érosion par les vents ou des processus géologiques, qui n’existent pas sur la Lune. Finalement, disent les chercheurs, il y en avait moins dans un lointain passé tout simplement car il y avait moins d’astéroïdes.

Cette augmentation doit-elle inquiéter les Terriens?

« Pas du tout », répond M. Gernon, qui rappelle que ces impacts restent très rares. Du reste, la Nasa surveille en permanence tout objet de plus de 30 à 50 mètres de largeur se rapprochant de notre monde.

Rédaction btlv.fr (source Science)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

CHINE : Découverte de deux petits dinosaures « endormis » d’une espèce inconnue

20 septembre 2020 – Deux petits dinosaures ont été découverts dans la province de Liaoning en Chine par des paléontologues. Ces derniers n’appartiennent à aucune espèce connue à ce jour et auraient été enterrés dans leur sommeil.

C’est une éruption volcanique qui aurait piégé ces deux dinosaures de petite taille dans leur terrier, les enterrant vivants, à l’image des habitants de Pompéi plusieurs siècles plus tard.

ESPÈCE NON RÉPERTORIÉE

Ces deux dinosaures font 1,10 mètre de long chacun et ne sont assimilables à aucune espèce connue des paléontologues jusqu’à aujourd’hui. Leurs fossiles ont été découverts par des agriculteurs de la région de Liaoning qui était déjà connue pour ses nombreux fossiles de dinosaures en parfait état.

Ils étaient munis de pattes arrière qui leur permettaient de se déplacer « debout » et même de courir, de même qu’une longue queue qui les stabilisait. À l’analyse de leur morphologie, il est apparu qu’ils pouvaient également creuser des terriers. C’est d’ailleurs dans l’un de ces terriers qu’ils ont été découverts.

Puisque l’espèce était inconnue, il a bien fallu la nommer. C’est ainsi que ces deux dinosaures sont devenus les deux premiers représentants de l’espèce des Changmiania liaoningensis, ce qui signifie « dormeur éternel du Liaoning ». Il semblerait à première vue que ces dinosaures aient été des ornithopodes précoces de la branche des ornithischiens qui vivaient il y a 65 à 200 millions d’années.

Margaux Naudin (rédaction btlv.fr)

2020-06-21T17:24:45+02:005 mars 2020|

Sujets susceptibles de vous intéresser