fbpx

AWAY : Une série sur la complexité d’aller sur Mars

11 septembre 2020 – Si beaucoup de gens remettent en question le premier pas sur la Lune, d’autres voient déjà l’homme sur Mars. Si le projet fascine et alimente les discussions, le cinéma en a déjà fait un sujet.

Avec Away, Netflix met en lumière et c’est une première, les difficultés rencontrées par les astronautes durant le voyage. Et quand on voit la série composée de 10 épisodes, on comprend vite qu’elles sont nombreuses. Portée par l’incroyable Hilary Swank (Million dollar baby de Clint Eastwood), la série est un chef-d’œuvre d’aventure, de joie et surtout d’anxiété.

Durant les 8 mois que dure le voyage, on passe par toutes difficultés auxquelles sont confrontées les membres de l’équipage. Tout d’abord fiers et heureux de partir à la conquête de la planète rouge, les choses se gâtent rapidement. La prise de conscience d’un éloignement irréversible avant 3 ans va causer des ravages psychologiques et physiques au sein des astronautes. Sans détour, la série montre toute la complication du vivre ensemble dans un lieu clos. Si les deux mois de confinement liés à la Covid-19 ont été pénibles pour certains d’entre nous, imaginez-vous durant 8 mois enfermé dans un vaisseau au confort spartiate, éclairé par une lumière artificielle et alimenté par une nourriture lyophilisée.

Outre le confort de vie qui est mis à mal, le moral des troupes est aussi soumis à rude épreuve dès que les communications avec la terre sont tributaires des problèmes de temps d’émission et de réception. À ce moment-là on comprend que le module est sorti des frontières terrestres.

Entre le documentaire et la fiction, Away est un petit bijou dans l’univers des séries traitant de la conquête spatiale. Durant les 10 épisodes, on est heureux et on souffre avec l’équipage. Les effets spéciaux mettent les acteurs en apesanteur la plupart du temps et on a l’impression d’être avec eux. Si vous devez regarder une série ce mois-ci, c’est bien celle-ci.

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

ARABIE SAOUDITE : On a découvert des traces de pas appartenant à des Homo sapiens

19 septembre 2020 – Les traces de pas de sept individus vieilles de 120 000 ans ont été découvertes imprimées dans le sol près d’un ancien lac en Arabie Saoudite. Ces derniers ont été identifiés comme Homo Sapiens.

Le Max Planck Institut, à travers le Dr Michael Petraglia et son équipe, a identifié des empreintes de pas humains découverts à proximité d’un ancien lac au nord de l’Arabie Saoudite. Ces dernières auraient appartenu à sept de nos ancêtres, les Homo Sapiens, qui ont pu les faire lors d’un transit entre l’Afrique et l’Eurasie.

400 EMPREINTES AU MINIMUM

Il pourrait s’agir d’une route de transit intérieure au continent entre l’Afrique et l’Eurasie, même si la majorité de ces routes ont été répertoriées entre la Grèce et le Japon. Ces empreintes sont les traces de vie les plus anciennes jamais retrouvées dans la région.

Sept individus qui se déplacent, ça fait beaucoup de traces de pas : plus de 400 pour être exacte. Celles-ci ont été retrouvées suite à l’érosion de la couche sédimentaire autour d’un ancien lac au nord du pays, dans le désert de Nefud. Elles ont entre 121 000 et 112 000 ans. Autour de celles-ci, beaucoup d’empreintes d’animaux sauvages ont pu être également retrouvées.

Margaux Naudin (rédaction btlv.fr)

2020-09-11T15:49:02+02:0011 septembre 2020|

Sujets susceptibles de vous intéresser