fbpx

Film : Beauté Cachée, la spiritualité au cinéma

Le 21 décembre sur tous les écrans de France, de Navarre et du monde, Will Smith va nous émouvoir dans son nouveau film « Beauté cachée ». Réalisé par David Frankel, Will Smith est entouré d’une pléiade de stars telles que Kate Winslet, Edward Norton, Keira Knightley, ou encore Helen Mirren.

L’HISTOIRE

Après avoir perdu sa fille, désespéré, Will Smith qui campe un publicitaire New-Yorkais, décide d’écrire au temps, à l’amour et à la mort. Un stratagème échafaudé par ses collègues afin qu’il puisse surmonter, en l’affrontant, sa souffrance va l’entrainer sur un chemin qu’il ne pensait jamais emprunter.

Au départ, la production avait choisi Hugh Jackman mais ce dernier devant tourner le dernier opus de Wolverine, a dû refuser la proposition. Après avoir pensé à Johnny Depp, c’est Will Smith qui finalement endossa le costume. Un très bon choix car ce rôle lui va comme un gant.

SPIRITUALITE

Si le film tire facilement les larmes, il met surtout en évidence le rapport que nous avons tous avec la mort. Seule certitude que notre vie nous réserve, la mort reste à la grande inconnue. Certes les témoins d’expérience de mort imminente en reviennent tous heureux, plus sage et serein. Malgré tout, personne ne peut affirmer qu’il existe un au-delà dans lequel l’homme aurait toute sa place sous une autre forme. Car la plus grande crainte reste l’absence de vie après la mort pour la plupart des terriens. En toute honnêteté les humains ont bâti leur humanité sur l’existence d’un Dieu dont le fils serait passé sur terre avant de partir le rejoindre, juste après avoir ressuscité. Ce serait vraiment injuste qu’il soit le seul à avoir vécu cette expérience. Voilà pourquoi les plus religieux s’accrochent à cette idée de Paradis ou d’enfer qui nous attendrait. Sur le papier et si l’histoire du petit Jésus est vraie, on devrait être rassuré et pourtant on n’en est pas si sûr, voilà pourquoi nous avons tant peur de la mort.

L’ORIGINALITE DU FILM

Elle vient du fait que le temps, l’amour et la mort vont se matérialiser. Les rapports que Will Smith va entretenir avec eux est tout l’objet du film. Prise de conscience, recul sur la vie, sens de notre existence, « Beauté cachée » est un film qui réunit bien des sujets abordés par BTLV. Alors le 21 décembre offrez ce joli film.

Bob Bellanca

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

STATION SPATIALE : encore une manœuvre pour éviter une collision avec un débris

23 septembre 2020 — Manœuvre délicate pour la Station spatiale internationale (ISS) afin d’éviter une possible collision avec un astéroïde.

On le sait depuis le début de la conquête spatiale, il y a des milliers de débris qui tournent autour de la terre et qui sont régulièrement répertoriés par la NASA et surveillés par une unité militaire

Cette année, il s’agissait de la troisième manœuvre de ce type, cela concernait une ancienne fusée japonaise.

De son côté, la NASA réclame des moyens supplémentaires pour surveiller des débris qui deviennent de plus en plus dangereux pour l’ISS.

Cette fois, le débris serait passé très près à 1,39 kilomètre de l’ISS, selon la NASA, mais il a été décidé d’élever l’orbite de la station par précaution. C’est une capsule cargo russe (Progress), amarrée à la station, qui a poussé l’ISS un peu plus haut en allumant ses propulseurs, pendant 2 minutes et demie, l’opération étant contrôlée en coopération entre les salles de contrôle russe et américaine.

DES ASTRONAUTES RÉFUGIÉS DANS LA CAPSULE SOYOUZ

Selon l’astronome Jonathan McDowell, l’objet menaçant était un débris provenant d’un étage d’une fusée japonaise lancée en 2018, et qui s’est désintégrée en 77 morceaux en février 2019.

Les membres d’équipage, deux Russes et un Américain, ont dû temporairement se placer dans la partie russe de l’ISS, afin de pouvoir évacuer en urgence avec la capsule Soyouz en cas de danger, ce qui n’a finalement pas été nécessaire (dans un premier communiqué, la NASA avait indiqué que les astronautes entreraient dans le vaisseau).

L’ISS était à environ 421 km au-dessus des océans avant l’opération, et à 435 km après. Elle file à environ 27 500 km/h: à cette vitesse, même un petit objet peut gravement endommager voire détruire un panneau solaire ou un autre élément.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

2020-06-21T16:24:35+02:0017 novembre 2016|

Sujets susceptibles de vous intéresser