fbpx

(BIEN-ÊTRE) 78 % des Français se déclarent heureux

14 octobre 2020 – L’étude récente qui estime l’index mondial du bonheur

Selon une enquête Ipsos et bien que l’année 2020 rime avec pandémie, le sentiment d’être « heureux dans sa vie » s’élève en moyenne à 63 % chez plus de 19 000 adultes originaires de 27 pays du monde… soit quasiment le même que l’année dernière (64 %). Les champions du bonheur seraient les Chinois, devant les Néerlandais et les Saoudiens.

Pays nouvellement étudié, les Pays-Bas entrent directement en 2e place avec 87 % d’habitants heureux, devant l’Arabie Saoudite (80 %), la France et le Canada, ex aequo à 78 %.

Pour 88 % des Français, la plus grande source de bonheur résiderait dans leur bien-être et leur santé physique devant le critère financier à 86 %.

84 % des Français estiment que leur vie doit avoir un sens pour se sentir pleinement épanouis.

Le matérialisme assumé de 80 % des Français les rapproche de la Hongrie, de la Russie ou encore de la Corée du Sud, alors qu’avoir des amis est le critère n°1 pour les Australiens, les Belges et les Britanniques.

En outre, être reconnu comme quelqu’un « qui a réussi » vient en tête en Turquie, là où c’est un critère pour seulement 52 % des Français.

DES CHIFFRES, DES CHIFFRES…ET LE BONHEUR VRAI DANS TOUT ÇA ?

Pour Ilios Kotsou, docteur en psychologie, chercheur à la Faculté de psychologie de l’UCL (Université catholique de Louvain), auteur et formé à l’approche de Palo Alto ainsi qu’à la mindfulness (méditation de pleine conscience), il semble que le bonheur soit le nouveau Graal de notre époque.

Plus nous le cherchons, plus il semble se dérober. La majorité d’entre nous cherche un bonheur idéalisé, impossible à atteindre, une vie sans souffrance, des émotions toujours positives, une estime de soi sans faille et un épanouissement personnel constant…des mirages qui nous rendent tristement nombrilistes et nous font perdre de vue l’essentiel : la possibilité d’être heureux malgré les mouvements de la vie.

ACCUEILLIR SES ÉMOTIONS DANS LA JUSTESSE

Toujours selon Ilios Kotsou, le bonheur serait une question d’attention : « Si je suis ouvert à moi-même, aux autres et au monde, je suis également en mesure d’être attentif à mes émotions, à toutes mes émotions. Je les laisse exister, sans les nier, mais sans en faire un problème non plus, en les accueillant. »

Pour apprendre à changer de regard, des pistes sont à découvrir dans son dernier livre « L’éloge de la lucidité – Se libérer des illusions qui empêchent d’être heureux » préfacé par Christophe André et Matthieu Ricard.

DÉCOUVRIR QUI NOUS SOMMES

Si l’on en croit Frédéric Lenoir, philosophe, sociologue et docteur de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) être heureux consisterait à découvrir qui nous sommes et ce pour quoi nous sommes faits !

Pour lui, il n’existerait que deux grandes émotions de base dont découleraient toutes les autres : la tristesse et la joie. L’idée serait donc de permettre à la joie de prendre toute la place. Plus intense et plus profonde que le plaisir, plus concrète que le bonheur, la joie serait la manifestation de notre puissance vitale.

Des inspirations en lien avec les neurosciences, des visions philosophiques profondes et accessibles, de véritables invitations à vivre mieux sont à découvrir dans ses ouvrages comme « La puissance de la joie » ou encore « Du bonheur, un voyage philosophique » (Ed. Fayard).

PEUT-ON DONNER UNE DÉFINITION AU BONHEUR ?

C’est la question à laquelle Julien Peron a voulu répondre dans le documentaire qu’il a réalisé en 2017 en interviewant, durant 4 ans, 1500 personnes à travers le monde. Le film laissé accessible libre de droit pour un usage collectif est aujourd’hui une réelle contribution citoyenne positive. C’est aujourd’hui plus de 2 millions de spectateurs qui ont été enthousiasmé par ces témoignages motivants.

Et en référence à la citation d’Albert Schweitzer « Le bonheur est la seule chose qui se double si on le partage », le film documentaire « C’est quoi le bonheur pour vous ? » est à voir et à partager ici.

Vous pouvez également, si vous êtres abonnés à BTLV, écouter l’interview de Mathias Leboeuf   » Philosophie et bonheur  » , ou écouter les 10 premières minutes de l’émission.

Carine Privard (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(SCIENCE) Notre tête révèle un organe inconnu jusqu’à ce jour

21 octobre 2020 — Publiée dans la revue Radiotherapy and oncology, une étude révèle l’existence d’un nouvel organe niché dans le nasopharynx humain. Un ensemble de glandes salivaires bilatérales. Jusqu’à il y a trois ans, les scientifiques pensaient que le corps humain contenait 78 organes. Depuis ils ont revu à la hausse le nombre de ses derniers en y rajoutant notamment le mésentère qui relie l’intestin aux parois abdominales. Cette fois, il va falloir également compter avec de nouvelles glandes salivaires. C’est une équipe de chercheurs néerlandais qui a fait cette

découverte anatomique. Niché à l’arrière du nasopharynx, ce nouvel ensemble de glandes salivaires a été découvert lors d’examens menés avec un PSMA sur des patients souffrant d’un cancer de la prostate. C’est grâce aux injections de glucose radioactif lors du scan que l’organe fut découvert.

Crédit photo : Institut néerlandais du cancer

ON A TOUS LES GLANDES

Notre corps est équipé de glandes salivaires dites « majeures » (ndld : les glandes parotides, sous-maxillaires et sublinguales) mais aussi de près d’un millier de glandes salivaires supplémentaires dites “mineures”. Minuscules, celles-ci sont nichées dans le tractus aérodigestif et dans toute la zone buccale, ce qui n’est pas le cas de ce nouvel organe qui appartiendrait aux glandes dites « majeures ». Placées précisément derrière le nez et au-dessus du palais, ces glandes se trouvent près du centre de notre tête. La question que beaucoup se posent est légitime : comment sommes-nous passés à côté depuis l’avènement de la radiographie ? Les spécialistes avancent que cette zone n’est pas très accessible. Pour certains, seules les nouvelles techniques d’imagerie PSMA-PET / CT peuvent le permettre.

Sur BTLV, on se demande souvent s’il existe un grand architecte à l’espèce humaine et il est certain que si la question est longtemps posée, une chose est sure, le corps humain est vraiment la plus belle machine qu’il a inventée…

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

2020-10-18T13:04:09+02:0014 octobre 2020|

Sujets susceptibles de vous intéresser