Découvrez gratuitement le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

+4000H d'émissions pour donner du sens à sa vie
Je découvre maintenant

9 octobre 2019 — Le Nobel de physique a distingué mardi trois cosmologues, le Canado-Américain James Peebles, qui a mis ses pas dans ceux d’Einstein pour éclairer les origines de l’univers, et les Suisses Michel Mayor et Didier Queloz qui, les premiers, ont révélé l’existence d’une planète en dehors du système solaire.

Le prix va pour moitié à James Peebles pour ses « découvertes théoriques en cosmologie physique » et pour l’autre moitié conjointement à Michel Mayor et Didier Queloz pour leur « découverte d’une exoplanète en orbite autour d’une étoile de type solaire », a annoncé Göran Hansson, secrétaire général de l’Académie royale des sciences de Suède.

Les trois chercheurs, astrophysiciens et astronomes, ont contribué à « une nouvelle compréhension de la structure et de l’histoire de l’univers », a ajouté l’académie.

Les travaux théoriques de James Peebles, 84 ans et titulaire de la chaire Albert Einstein à l’Université de Princeton aux États-Unis, nous ramènent à « l’enfance de l’univers » à travers l’observation des rayons lumineux apparus 400.000 ans après le Big Bang – survenu lui il y a 14 milliards d’années – et qui ont voyagé jusqu’à nous comme pour nous en porter témoignage.

« Ses travaux nous ont révélé un univers dont seulement 5% du contenu est connu : la matière composant les étoiles, les planètes, les arbres – et nous. Le reste, soit 95%, est de la matière noire inconnue et de l’énergie noire. C’est un mystère et un défi pour la physique moderne », souligne l’académie.

C’est James Peebles qui avait théorisé l’existence de matière noire à partir de 1982, une théorie qui a été confortée par quantité d’observations, bien qu’on ignore toujours ce qui la compose.

« Nous pouvons être certains que cette théorie n’est pas la réponse finale », a-t-il philosophé lors d’une conférence de presse sur le campus de Princeton, où il est arrivé pour faire son doctorat en 1958. A l’époque, la cosmologie théorique était un champ de recherche marginal, a-t-il rappelé.

Rédaction btlv.fr (source AFP)