fbpx

(BIOLOGIE) 15 millions de dollars pour faire revivre les mammouths

14 septembre 2021 – Décidément Steven Spielberg aura engendré de nombreux apprentis sorciers avec son Jurassic Park. Une toute nouvelle start-up spécialisée dans les biosciences vient de lever 15 millions de dollars dans le but de faire revivre le mammouth laineux. 

Surnommée « Colossal », l’organisation est dirigée par l’entrepreneur ingénieur Ben Lamm et le généticien de Harvard George Church, la première étape de cet ambitieux projet est la production d’une sorte de créature hybride, composée d’ADN d’éléphant d’Asie à qui il a été implanté des gènes de mammouth laineux, responsables du pelage velu emblématique de l’animal et des caractéristiques corporelles qui lui permettent de résister au gel.  Pour George Church « notre objectif est de fabriquer un éléphant résistant au froid, mais il ressemblera et se comportera comme un mammouth ».

LE BUT D’UNE TELLE EXPÉRIENCE ? 

Le but de cette entreprise serait un moyen, d’après ses dirigeants, d’empêcher l’extinction des éléphants d’Asie, qui est une espèce menacée, mais aussi de préserver le climat de la toundra arctique. Si cette région du monde était à nouveau peuplée de pachydermes massifs, les animaux abattraient naturellement les arbres et feraient émerger des prairies tout en compactant le pergélisol sous eux. Bien que les deux scientifiques à l’initiative du projet soient optimistes et espèrent produire les premiers veaux de ce « mammouth 2.0 » d’ici environ six ans, les observateurs sont, quant à eux, naturellement sceptiques devant la faisabilité d’une telle réalisation et se demandent si cela serait réellement bénéfique dans la lutte contre le changement climatique. 

Pour la biologiste Victoria Herridge « L’échelle à laquelle vous devez faire cette expérience est énorme »…. « On parle, ici, de centaines de milliers de mammouths qui mettent chacun 22 mois pour se développer et 30 ans pour atteindre la maturité ». 

D’autre part, s’ils arrivent à recréer ce « Mammouth 2.0 », les écologistes avancent que, le fait de libérer un troupeau composé de telles créatures dans la toundra arctique pourrait finir par causer plus de dégâts à la région plutôt que de la sauver. Et si Spielberg avait raison…

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CLIMAT) Un seul pays au monde semble en mesure de réaliser ses objectifs climatiques

21 septembre 2021 –  Pour de nombreux pays dans le monde la réalisation d’un certain nombre d’objectifs climatiques constitue un véritable défi. À un tel point que pour le moment un seul pays dans le monde semble en bonne voie pour réaliser ses objectifs. Il s’agit de la Gambie.

La Gambie est pour le moment le seul pays au monde à avoir obtenu une note climatique globale compatible avec les objectifs fixés par l’Accord de Paris. Pour rappel, il s’agit d’un traité international sur le réchauffement climatique adopté en 2015 qui est censé unifier toutes les nations dans une cause commune pour lutter contre le changement climatique. En effet, selon une étude du Climate Action Tracker a examiné l’Europe et 36 autres nations qui prend en compte de nombreux facteurs, comme les politiques climatiques nationales, les mesures et l’utilisation des terres, le soutien financier international et les objectifs climatiques fixés par ces pays. La Gambie semble pour le moment le seul pays en mesure de réaliser ses objectifs climatiques.

LA GAMBIE, UN EXEMPLE À SUIVRE

Selon l’étude, la Gambie n’est pas le seul pays en mesure de réaliser ses objectifs climatiques, d’autres pays comme le Costa Rica, le Maroc, l’Éthiopie ou le Royaume-Uni s’en rapproche, mais sont loin d’être au même niveau. La Gambie peut être considérée comme un exemple à suivre en raison des nombreuses actions qu’elle a mise en place pour le climat. Tout d’abord, le pays mise majoritairement sur les énergies renouvelables et dispose de l’une des plus grande installations solaires d’Afrique de l’Ouest. Le gouvernement gambien est également parvenu à restaurer 10 000 hectares de forêts, de mangroves et de savanes. Enfin, la Gambie s’est également engagée à limiter l’utilisation abusive des ressources forestières, il convertit également les terres agricoles inondées en rizières sèches. Ainsi, la Gambie semble sur le point de devenir un symbole pour tous les pays luttant pour la sauvegarde de notre planète.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-09-15T16:08:53+02:0014 septembre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser