fbpx

(BIOLOGIE) Des scientifiques ont découvert un organisme multicellulaire vieux d’un milliard d’années

5 mai 2021 — En Écosse, des scientifiques ont découvert un fossile de ce qui pourrait être le premier animal multicellulaire jamais trouvé. Le fossile microscopique, vieux d’environ un milliard d’années, contient deux types de cellules différents, ce qui en fait potentiellement l’ancêtre des premiers organismes multicellulaires.

Cette découverte pourrait enfin expliquer comment les organismes unicellulaires se sont transformés en organismes multicellulaires.

On pense que la vie sur Terre est apparue relativement rapidement, mais pendant longtemps, seuls des organismes unicellulaires ont vécu sur notre planète. Les scientifiques suggèrent qu’il y a seulement environ 800 millions d’années que les animaux multicellulaires ont commencé à apparaître. Cependant, le fossile qui a été découvert récemment remonte à un milliard d’années, plusieurs centaines de millions d’années plus tôt que la date «officielle» de l’émergence des créatures multicellulaires.

Certaines cellules allongées apparaissent à la périphérie de la masse cellulaire © Current Biology

LE CHAÎNON MANQUANT ?

La forme mature de cet organisme, nommé Bicellum Brasieri, se présente en une masse sphéroïdale. «Nous avons découvert un organisme sphérique primitif composé de deux types de cellules différents, ce qui était le premier pas vers une structure multicellulaire complexe qui n’a jamais été décrite auparavant dans les fossiles précédemment trouvés. La découverte de ce nouveau fossile nous permet de supposer que l’évolution des animaux multicellulaires a eu lieu il y a au moins un milliard d’années et que les premiers événements menant à l’évolution animale auraient pu se produire dans l’eau douce, comme les lacs, plutôt que dans l’océan, »Dit l’un des auteurs de Charles Wellman de l’Université de Sheffield.

Les scientifiques appellent Bicellum Brasieri le «chaînon manquant» parce qu’il comble le vide dans le développement de la vie entre les formes de vie multicellulaires et unicellulaires. Cette période de transition s’appelle «l’explosion cambrienne», lorsqu’un grand nombre de nouveaux organismes sont apparus sur Terre, dont la structure devenait de plus en plus complexe.

Pour les chercheurs, il semble raisonnable de supposer que Bicellum Brasieri appartient à l’une des lignées menant à l’un des six clades (Groupement de plusieurs embranchements de plantes ou d’animaux ayant une organisation et une origine communes) développant aujourd’hui une multicellularité complexe : animaux, plantes, algues floridéophytes, algues brunes, champignons ascomycètes et champignons basidiomycètes.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ASTRONOMIE) Une étoile clignote au centre de notre galaxie

14 juin 2021 – A première vue, on pourrait penser que le phénomène n’a rien de véritablement inédit, et a déjà été répertorié à plusieurs reprises ; en effet, des étoiles dont la luminosité varie, cela existe et ce n’est plus tout à fait une nouveauté.

Pourtant une étoile en particulier, baptisée “VVV-WIT-08”, par les astronomes ne ressemble pas à ces premiers cas déjà recensés. Ce mystérieux astre à été repéré par des chercheurs de l’Université de Cambridge, au Royaume-Uni, en étudiant les données enregistrées par le télescope Vista, de l’Observatoire européen austral (ESO), basé au Chili. D’ailleurs, ce télescope sert spécifiquement à observer près d’un milliard d’étoiles, dans le but d’y repérer d’éventuelles variations de luminosité. « Parfois, nous trouvons des étoiles variables qui n’entrent dans aucune catégorie établie. Nous les surnommons les objets “WIT” », explique, dans un communiqué, Philip Lucas qui est chercheur à l’Université d’Hertfordshire, au  Royaume-Uni.

Et pour cause, les astronomes ont observé la luminosité de l’étoile VVV-WIT-08 diminué de 97% pourcent ! Une quasi disparition, mais de courte durée, puisque quelques semaines plus tard, l’étoile réapparaissait, aussi brillante que d’habitude.

UNE NOUVELLE CLASSE D’ÉTOILES

Pour tenter d’expliquer cette perte de luminosité brutale et soudaine, de l’étoile VVV-WIT-08, les scientifiques ont étudié plusieurs pistes…

A partir de ces hypothèses, les scientifiques ont tout d’abord pensé qu’un objet sombre avait pu passer devant l’étoile, bloquant ainsi les rayons émis par VVV-WIT-08 ; une piste appuyée par le fait que l’astre se trouve dans une région assez dense de notre galaxie, au centre de la Voie lactée.

Une première théorie mise à l’écart par la suite, lorsque des simulations ont permis aux chercheurs de s’apercevoir qu’il faudrait que le nombre d’objets volants au sein de notre galaxie soit bien plus important, afin d’en arriver à un tel résultat.

Désormais, les scientifiques s’intéressent à une nouvelle, qu’ils jugent plus probable. Pour eux, VVV-WIT-08 appartient certainement à une nouvelle classe, parmi le système des étoiles binaires une nouvelle catégorie désormais désignés comme “géantes clignotantes”.

Selon les chercheurs ces nouvelles géantes clignotantes sont donc des étoiles géantes, en moyenne 100 fois plus grande que notre Soleil, mais qui malgré leurs tailles, se font tout de même éclipser de temps en temps, environ une fois sur plusieurs décennies, par un autre astre pour le moment indéterminé. Il pourrait aussi bien s’agir d’une seconde étoile, que d’une planète dont le disque opaque parviendrait à éclipser des géantes clignotantes, comme VVV-WIT-08.

Samuel Agutter (rédaction bltv.fr)

2021-05-05T18:49:40+02:005 mai 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser