Découvrez gratuitement le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

+4000H d'émissions pour donner du sens à sa vie
Je découvre maintenant

14 mai 2019 — Jeff Bezos, dans une présentation pour son entreprise Blue Origin cette semaine, a détaillé ses ambitions de mettre jusqu’à 1 000 milliards de personnes dans l’espace des colonies O’Neill : des cylindres tournants destinés à reproduire la gravité, à faire le tour de la Terre et à maintenir la vie humaine.

Le physicien de Princeton, Gerard O’Neill, avait eu cette idée en 1976, affirmant que d’autres planètes pourraient ne pas être le meilleur endroit pour vivre à l’écart de la Terre.

Jeff Bezos a réaffirmé jeudi son ambition de construire des colonies spatiales flottantes où les gens pourraient rester en orbite dans d’excellents climats, avec un temps comme « Maui à son meilleur jour, toute l’année. »

Le fondateur d’Amazon a fait ces commentaires lors d’une conférence de presse à Washington, où il a dévoilé le Blue Moon Lander, un véhicule géant conçu pour acheminer à la surface de la lune des charges utiles — et peut-être même des astronautes.

L’atterrisseur, créé par la société privée de fusées Bezos, Blue Origin, a pour objectif d’aider à établir une « présence humaine durable » sur la lune, a rapporté Dave Mosher de Business Insider.

Bezos a également annoncé ses ambitions bien lointaines de mettre jusqu’à 1 000 milliards de personnes dans l’espace avec les cylindres O’Neill, une technologie hypothétique destinée à maintenir la vie humaine.

Bezos a décrit les colonies O’Neill comme dotées de « transports à grande vitesse », de « zones agricoles » et de « villes en arrière-plan », certaines étant conçues pour les loisirs.

« Ils ne doivent pas tous avoir la même gravité », a-t-il déclaré. « Vous pourriez en avoir un de loisir qui est à zéro, de sorte que vous puissiez voler de vos propres ailes. Certains seraient des parcs nationaux. »

Selon le plan de Bezos, vivre dans ces colonies spatiales serait aussi facile et tempéré que vivre à Hawaii.

« Il y aurait de tout nouveaux types d’architecture », a déclaré Bezos, ajoutant que « ces climats sont idéaux ».

Il a poursuivi : « À quoi ressemble l’architecture quand elle n’a plus sa vocation première d’abri ? Nous le découvrirons. Elles sont belles. Les gens vont vouloir vivre ici. Et ils peuvent être proches de la Terre, alors que vous pouvez revenir. »

Il a noté que les colonies O’Neill devraient être construites par les générations futures, car la technologie n’existe pas. Mais il s’est engagé à commencer à construire l’infrastructure maintenant, à commencer par l’atterrisseur Blue Moon.

Bezos en 2016 avait lancé l’idée de mettre des millions de personnes dans des bouteilles O’Neill et en aurait discuté lors de ses études à Princeton dans les années 1980, selon GeekWire.

Il a également évoqué cette idée lors d’un entretien l’an dernier avec Axel Springer, la société mère de Business Insider.

Selon le Financial Times, Bezos a déclaré jeudi que « si nous entrons dans le système solaire, à toutes fins utiles, nous aurons des ressources illimitées ».

Henri Coron (btlv.fr/source Business Insider)