fbpx

BLUE ORIGIN : Jeff Bezos veut des colonies flottantes dans l’espace pour des milliards d’humains

14 mai 2019 — Jeff Bezos, dans une présentation pour son entreprise Blue Origin cette semaine, a détaillé ses ambitions de mettre jusqu’à 1 000 milliards de personnes dans l’espace des colonies O’Neill : des cylindres tournants destinés à reproduire la gravité, à faire le tour de la Terre et à maintenir la vie humaine.

Le physicien de Princeton, Gerard O’Neill, avait eu cette idée en 1976, affirmant que d’autres planètes pourraient ne pas être le meilleur endroit pour vivre à l’écart de la Terre.

Jeff Bezos a réaffirmé jeudi son ambition de construire des colonies spatiales flottantes où les gens pourraient rester en orbite dans d’excellents climats, avec un temps comme « Maui à son meilleur jour, toute l’année. »

Le fondateur d’Amazon a fait ces commentaires lors d’une conférence de presse à Washington, où il a dévoilé le Blue Moon Lander, un véhicule géant conçu pour acheminer à la surface de la lune des charges utiles — et peut-être même des astronautes.

L’atterrisseur, créé par la société privée de fusées Bezos, Blue Origin, a pour objectif d’aider à établir une « présence humaine durable » sur la lune, a rapporté Dave Mosher de Business Insider.

Bezos a également annoncé ses ambitions bien lointaines de mettre jusqu’à 1 000 milliards de personnes dans l’espace avec les cylindres O’Neill, une technologie hypothétique destinée à maintenir la vie humaine.

Bezos a décrit les colonies O’Neill comme dotées de « transports à grande vitesse », de « zones agricoles » et de « villes en arrière-plan », certaines étant conçues pour les loisirs.

« Ils ne doivent pas tous avoir la même gravité », a-t-il déclaré. « Vous pourriez en avoir un de loisir qui est à zéro, de sorte que vous puissiez voler de vos propres ailes. Certains seraient des parcs nationaux. »

Selon le plan de Bezos, vivre dans ces colonies spatiales serait aussi facile et tempéré que vivre à Hawaii.

« Il y aurait de tout nouveaux types d’architecture », a déclaré Bezos, ajoutant que « ces climats sont idéaux ».

Il a poursuivi : « À quoi ressemble l’architecture quand elle n’a plus sa vocation première d’abri ? Nous le découvrirons. Elles sont belles. Les gens vont vouloir vivre ici. Et ils peuvent être proches de la Terre, alors que vous pouvez revenir. »

Il a noté que les colonies O’Neill devraient être construites par les générations futures, car la technologie n’existe pas. Mais il s’est engagé à commencer à construire l’infrastructure maintenant, à commencer par l’atterrisseur Blue Moon.

Bezos en 2016 avait lancé l’idée de mettre des millions de personnes dans des bouteilles O’Neill et en aurait discuté lors de ses études à Princeton dans les années 1980, selon GeekWire.

Il a également évoqué cette idée lors d’un entretien l’an dernier avec Axel Springer, la société mère de Business Insider.

Selon le Financial Times, Bezos a déclaré jeudi que « si nous entrons dans le système solaire, à toutes fins utiles, nous aurons des ressources illimitées ».

Henri Coron (btlv.fr/source Business Insider)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(SCIENCE) Notre tête révèle un organe inconnu jusqu’à ce jour

21 octobre 2020 — Publiée dans la revue Radiotherapy and oncology, une étude révèle l’existence d’un nouvel organe niché dans le nasopharynx humain. Un ensemble de glandes salivaires bilatérales. Jusqu’à il y a trois ans, les scientifiques pensaient que le corps humain contenait 78 organes. Depuis ils ont revu à la hausse le nombre de ses derniers en y rajoutant notamment le mésentère qui relie l’intestin aux parois abdominales. Cette fois, il va falloir également compter avec de nouvelles glandes salivaires. C’est une équipe de chercheurs néerlandais qui a fait cette

découverte anatomique. Niché à l’arrière du nasopharynx, ce nouvel ensemble de glandes salivaires a été découvert lors d’examens menés avec un PSMA sur des patients souffrant d’un cancer de la prostate. C’est grâce aux injections de glucose radioactif lors du scan que l’organe fut découvert.

Crédit photo : Institut néerlandais du cancer

ON A TOUS LES GLANDES

Notre corps est équipé de glandes salivaires dites « majeures » (ndld : les glandes parotides, sous-maxillaires et sublinguales) mais aussi de près d’un millier de glandes salivaires supplémentaires dites “mineures”. Minuscules, celles-ci sont nichées dans le tractus aérodigestif et dans toute la zone buccale, ce qui n’est pas le cas de ce nouvel organe qui appartiendrait aux glandes dites « majeures ». Placées précisément derrière le nez et au-dessus du palais, ces glandes se trouvent près du centre de notre tête. La question que beaucoup se posent est légitime : comment sommes-nous passés à côté depuis l’avènement de la radiographie ? Les spécialistes avancent que cette zone n’est pas très accessible. Pour certains, seules les nouvelles techniques d’imagerie PSMA-PET / CT peuvent le permettre.

Sur BTLV, on se demande souvent s’il existe un grand architecte à l’espèce humaine et il est certain que si la question est longtemps posée, une chose est sure, le corps humain est vraiment la plus belle machine qu’il a inventée…

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

2020-06-21T17:30:15+02:0014 mai 2019|

Sujets susceptibles de vous intéresser