fbpx

(BOTANIQUE) Le cannabis aurait été domestiqué pour la première fois il y a environ 12 000 ans en Chine

21 juillet 2021 — Des chercheurs viennent d’annoncer que le cannabis aurait été cultivé en Chine il y a 12 000 ans. On sait que les chinois utilisent les plantes pour de multiples usages, que ce soit pour la fabrication des textiles, mais aussi pour ses propriétés médicinales et récréatives. Une étude de cette découverte a été publié dans la revue Science Advances.

ÉTUDE DUNE CENTAINE DE GÉNOMES

Les chercheurs ont compilé 110 génomes entiers couvrant tout le spectre des parents sauvages du cannabis. L’analyse des données obtenues a montré que cette plante a été domestiquée il y a environ 12 000 ans.

Le cannabis est la drogue la plus consommée au monde. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre d’usagers est estimé à près de 150 millions de personnes, mais cette plante a de nombreux usages bénéfiques. Les scientifiques ont montré que nos ancêtres ont commencé à domestiquer cette culture sauvage il y a 12 000 ans.

L’étude assure avoir déterminé «l’époque et l’origine de la domestication, les schémas de divergence post-domestication et la diversité génétique actuelle». «Notre datation génomique suggère que les premiers ancêtres domestiqués des types de chanvre et de drogue ont divergé du cannabis basal» il y a environ 12.000 ans, «ce qui indique que l’espèce avait déjà été domestiquée au début du néolithique», selon cette étude.

LES PREMIERS FUMEURS SERAIENT DES ASIATIQUES

«Contrairement à une opinion largement acceptée, qui associe le cannabis à un centre de domestication des cultures en Asie centrale, nos résultats sont cohérents avec une origine unique de domestication du cannabis sativa en Asie de l’Est, en accord avec les premières preuves archéologiques», estiment également les auteurs.

Le cannabis est utilisé depuis des millénaires pour les textiles, de même que pour ses propriétés médicinales et psychotropes. L’évolution du génome du cannabis suggère que la plante a été cultivée à des fins multiples pendant plusieurs millénaires, selon la même étude.

Les variétés actuelles de chanvre et de drogue proviendraient de cultures sélectives initiées il y a environ 4000 ans, optimisées pour la production de fibres ou de cannabinoïdes. La sélection a donné naissance à des plantes de chanvre hautes, non ramifiées, avec plus de fibres dans la tige principale, et à des plantes de marijuana courtes, bien ramifiées, avec plus de fleurs, maximisant la production de résine.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Starliner, la capsule spatiale de Boeing s’apprête à voler vers l’ISS

01 août 2021 – Si tout se passe comme prévu, la capsule CST-100 Starliner de Boeing devrait être lancée le 3 août 2021 pour un deuxième vol d’essai sans équipage. Un vol de la plus haute importance puisqu’il précède l’échec de son premier vol, en décembre 2019.

Alors que tout récemment le module russe Nauka avait rejoint l’ISS c’est un modèle américain cette fois qui s’apprête à rejoindre la station spatiale internationale. Ce vol était initialement prévu pour le 30 juillet 2021, mais ce deuxième vol d’essai du CST-100 Starliner, destiné aux vols habités vers la station spatiale internationale a été repoussé au 3 août. Créé par Boeing pour la Nasa, ce vaisseau commercial sera mis en orbite par le lanceur Atlas 5 de la base de Cap Canaveral, en Floride. Ce deuxième vol-test intervient plus d’un an et demi après l’échec, en décembre 2019, du premier vol lié à des défauts de logiciels de bord et de système de communication du vaisseau. Boeing a alors proposé à la Nasa de réaliser un autre vol d’essai sans équipage à ses frais.

UN VOL À FORT ENJEU

Suite à l’échec de la première tentative en 2019, Boeing s’est retrouvé fortement distancé par son rival Space X dans le domaine du transport d’astronautes. En effet depuis 2019, la société Space X a réussi ses essais, mais surtout, elle a lancé 3 équipages d’astronautes vers l’ISS. Ce vol est également important de par le coût financier qu’il représenterait surtout en cas d’échec. À titre d’exemple, l’échec de 2019 avait coûté à l’entreprise près de 410 millions de dollars. Ce vol a d’ailleurs fait l’objet d’une surveillance active de la part de la NASA qui au cours d’une enquête a localisé un total de 80 corrections nécessaires pour la préparation du Starliner. Enfin, un succès permettrait à Starliner de débuter les vols habités ce qui constitue une nouvelle étape cruciale pour le Starliner de Boeing.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-07-21T14:02:13+02:0021 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser