Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

Pour accéder à toutes nos interviews audio et vidéo
Rejoindre BTLV

17 juin 2020 — On l’attendait pour le 21 décembre 2012, selon le calendrier maya, mais fort heureusement il ne s’est rien passé. Depuis cette fin du monde annoncée avait été oubliée.

Mais cette semaine, c’est un scientifique américain Paolo Tagaloguin qui alerte le monde. Pour lui, nous nous sommes trompés dans les calculs, à cause d’une histoire de calendrier. Nous nous sommes basés sur le mauvais calendrier, cette année nous serions en 2012.

L’étudiant en biologie a décidé de refaire les calculs : le choix de l’année 2012 résultait d’une transcription erronée du calendrier précolombien dans les calendriers occidentaux. «Selon le calendrier julien, basé sur le soleil, nous sommes techniquement en 2012. Le nombre de jours perdus par année en raison du passage au calendrier grégorien est de 11 jours.» Le calendrier grégorien ayant été adopté en Grande-Bretagne en 1752, il suffit de multiplier ces 11 jours par 268, ce qui nous donne huit ans et nous amène en 2020.

Donc cette nouvelle théorie devrait ravir les croyants de la première heure, et faire rire les autres.

En effet, ce sont les relais par les tabloïds qui lui ont donné vie, bien qu’elle ne repose sur aucun fait scientifique.

Devant la reprise du phénomène irrationnel, Paolo Tagaloguin a supprimé ses tweets.

Donc, il ne sera pas nécessaire d’aller se réfugier à Bugarach.

François Deymier (btlv.fr/ source New York Post)