Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

Pour accéder à toutes nos interviews audio et vidéo
Rejoindre BTLV

8 juillet 2020 : Il y a un peu plus d’une année, on apprenait qu’une dose de cannabidiol, un des composants de la marijuana pouvait soulager les douleurs et notamment les convulsions chez les épileptiques. Ce sont ici certaines des raisons qui ont conforté certains pays et certains des états des USA à légaliser le cannabis thérapeutique.

Toujours en 2019, une équipe de chercheurs démontrait que la plante améliorait l’apprentissage et la sociabilité chez les souris. Depuis on parle des bienfaits du cannabis également sur l’autisme, comme le démontraient les résultats de l’étude menée par, entre autres, Frances Jensen de l’Université de Pennsylvanie et présentés en 2019 à la réunion annuelle de la Society for Neuroscience à Chicago, Illinois.

DES INFOS CONTRADICTOIRES ?

Grâce aux travaux du chercheur INSERM Giovanni Marsicano et son équipe du Neuro Centre Magendie (Inserm/Université de Bordeaux), en collaboration avec l’équipe de Juan Bolaños de l’université de Salamanque, on découvre que les choses ne sont pas aussi simples et les effets identiques chez tous les individus. Les chercheurs ont mis en lumière et pour la première fois chez la souris les mécanismes cérébraux qui sous-tendent la relation entre cannabis et diminution de la sociabilité.

Concrètement, consommer du cannabis peut entraîner des bouleversements dans notre comportement et mener à une diminution des interactions sociales chez certains individus. Des résultats qui ne vont pas atténuer les tensions entre les pour et les contre à la légalisation du cannabis en France.

Bob Bellanca (Rédaction btlv / source Nature)