fbpx
x

(CLIMAT) Avec le changement climatique, le risque de propagation de virus anciens augmente dans l’arctique

31 août 2021 – C’est une réalité de plus en plus de virus ancien piégés dans le pergélisol sont susceptibles d’être libérés. En effet, selon une récente étude faite par des chercheurs canadiens, le changement climatique, qui s’accélère, pourrait fortement accroître ce risque en Arctique.

Selon des chercheurs canadiens qui ont étudié le lac Hazen au Canada qui est le plus grand lac de l’Arctique en matière de volume. Sa fonte progressive pourrait entraîner un grand risque de propagation virale d’anciens virus, une fonte directe. Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont recueilli des échantillons de sol et des sédiments dans le lac et ont séquencé leur ARN et ADN. Ils ont ainsi trouvé, des signatures de virus et de leurs hôtes potentiels, notamment des animaux, des plantes et des champignons. La plupart des virus localisés étaient des virus végétaux et fongiques et sont dans la majeure partie dégradés et ne représentent donc plus aucuns risques. Cependant, les chercheurs craignent que certains d’entre eux ne soient suffisamment intacts pour rester infectieux.

DES VIRUS QUI PEUVENT POTENTIELLEMENT REPRÉSENTER UNE MENACE

Pour les chercheurs même si les risques de libérations de ces virus sont réels à cause de la fonte des glaciers et donc du réchauffement climatique. Le risque d’émergence de maladies infectieuses dans l’Arctique reste faible à l’heure actuelle. Car en raison du climat, il y a très peu d’espèces auquel le virus pourrait se rattacher ce qui réduit encore plus les risques d’une contamination envers l’homme. Pour le chercheur Aris Brosou il est difficile de prévoir l’avenir de ces virus, ”Y a-t-il potentiellement de nouveaux virus que la fonte du pergélisol va réveiller ? En tant que scientifique, nous devrions le savoir, mais nous sommes vraiment dans l’inconnu”. Néanmoins, le risque est réel comme l’a montré en 2016, le cas d’une épidémie mortelle d’anthrax en Sibérie, liée au dégel du sol, qui a mis à jour un renne infecté mort il y a longtemps. Ainsi, il est donc difficile de prévoir ce que l’avenir nous réserve avec ces anciens, mais ils constituent clairement une menace qui doit être prise au sérieux.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(INNOVATION) L’armée américaine s’est dotée de fusils qui visent et tirent automatiquement

27 octobre 2021 – L’armée américaine s’est récemment procuré des SMASH 2000, un système de visée informatisé qui grâce à un algorithme permet ainsi de détecter automatiquement la cible, de prédire ses mouvements et d’indiquer au tireur où viser.

Afin de permettre à ses soldats de mieux viser et donc d’être plus efficace, l’armée américaine a décidé de miser sur le SMASH 2000. Il s’agit d’un système de visée informatisé qui en apparence ressemble à une lunette classique, qui se glisse sur le haut d’un fusil d’assaut. Le système fonctionne grâce à une caméra et un laser qui permet de déterminer la distance entre l’arme et la cible. Un algorithme intégré permet ainsi de détecter automatiquement la cible, de prédire ses mouvements et d’indiquer au tireur où viser. En d’autres termes il s’agit de viseurs intelligents conçus pour aider les tireurs à repérer les cibles et à leur montrer ensuite le point de visée le plus optimal à engager, même lorsqu’ils se déplacent.

UNE SORTE DE ROBOT TUEUR

En plus de constituer une redoutable aide à la visée, le système SMASH 2000 peut au militaire quand et où tirer d’une certaine façon c’est la machine qui prend le tir en main. En fait, avec cette technologie, une fois que la lunette a acquis sa cible, le militaire n’a plus qu’à presser la détente de son arme et laisser le système électronique prendre en charge le tir. C’est donc l’algorithme qui décide de faire feu lorsqu’il est certain que la balle peut toucher sa cible. En outre, bien qu’il soit sous le contrôle d’un soldat, c’est donc tout de même le SMASH 2000 qui prend la décision finale, on peut donc le voir comme un robot tueur. Ainsi cette technologie montre que petit à petit l’intelligence artificielle prend de plus d’importance dans l’armée.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-08-31T15:36:43+02:0031 août 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser