fbpx

(CLIMAT) Les indigènes équipés de smartphones luttent contre la déforestation

19 juillet 2021 — Des patrouilles de populations indigènes équipées de smartphones et de données satellites ont permis de fortement réduire la déforestation illégale dans la forêt d’Amazonie au Pérou, selon les résultats d’une expérience qui a été publiée dans la revue « Proceedings of the national academy of sciences » (PNAS). Cette étude démontre que la reconnaissance des droits des populations indigènes sur leur territoire peut constituer une puissante force contre la crise climatique, selon ses auteurs.

L’expérience en essai randomisé contrôlé a évalué l’impact de patrouilles indigènes dans les forêts sur la réduction de la déforestation lorsque ces patrouilles étaient équipées de matériel d’alertes par satellites. Les résultats affichent une chute de 52% de la déforestation en 2018 et de 21% en 2019, dans les villages qui se sont vus attribuer au hasard matériel et formation, comparés à ceux non-équipés.

STOPPER LA FABRICATION DE LA COCAÏNE

Les réductions étaient particulièrement importantes pour les villages faisant directement face aux menaces d’orpaillage illégal, d’abattage forestier illégal, et de plantation de cultures prohibées comme la plante à coca, utilisée dans la fabrication de la cocaïne. L’étude a été réalisée par des chercheurs de l’université de New York et l’université Johns Hopkins, en collaboration avec la Rainforest Foundation US (RFUS) et l’Organisation des peuples indigènes de l’Amazonie orientale (ORPIO).

Menée dans 36 villages indigènes Shipibo de Patria Nueva et de Nueva Saposoa dans l’Amazonie péruvienne, l’étude a été appuyée par des photos fournies par le Pérou et son satellite SAT-1, lancé en 2016 et qui survole le pays 14 fois quotidiennement.

Trente-sept autres villages ont été assignés comme contrôle dans l’étude, sans changement dans leurs pratiques de gestion de la forêt.

Une fois par mois, des coursiers naviguaient sur l’Amazone et ses affluents pour délivrer des clés USB contenant des photos satellites et des informations GPS aux villages isolés. Les personnes désignées pour la surveillance téléchargeaient ces informations sur des applications spécialisées sur smartphones qu’elles utilisaient pour guider les patrouilles jusqu’aux sites de potentielle déforestation.

Dans les cas où ils trouvaient de tels sites, les preuves étaient présentées à une assemblée de membres de la communauté.

À eux ensuite de décider quelle action prendre, soit repousser les auteurs des infractions hors des terres du village par leurs propres moyens, soit faire appel aux forces de l’ordre dans certains cas, comme lorsque des trafiquants de drogue étaient impliqués.

Rédaction btlv.fr

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Starliner, la capsule spatiale de Boeing s’apprête à voler vers l’ISS

01 août 2021 – Si tout se passe comme prévu, la capsule CST-100 Starliner de Boeing devrait être lancée le 3 août 2021 pour un deuxième vol d’essai sans équipage. Un vol de la plus haute importance puisqu’il précède l’échec de son premier vol, en décembre 2019.

Alors que tout récemment le module russe Nauka avait rejoint l’ISS c’est un modèle américain cette fois qui s’apprête à rejoindre la station spatiale internationale. Ce vol était initialement prévu pour le 30 juillet 2021, mais ce deuxième vol d’essai du CST-100 Starliner, destiné aux vols habités vers la station spatiale internationale a été repoussé au 3 août. Créé par Boeing pour la Nasa, ce vaisseau commercial sera mis en orbite par le lanceur Atlas 5 de la base de Cap Canaveral, en Floride. Ce deuxième vol-test intervient plus d’un an et demi après l’échec, en décembre 2019, du premier vol lié à des défauts de logiciels de bord et de système de communication du vaisseau. Boeing a alors proposé à la Nasa de réaliser un autre vol d’essai sans équipage à ses frais.

UN VOL À FORT ENJEU

Suite à l’échec de la première tentative en 2019, Boeing s’est retrouvé fortement distancé par son rival Space X dans le domaine du transport d’astronautes. En effet depuis 2019, la société Space X a réussi ses essais, mais surtout, elle a lancé 3 équipages d’astronautes vers l’ISS. Ce vol est également important de par le coût financier qu’il représenterait surtout en cas d’échec. À titre d’exemple, l’échec de 2019 avait coûté à l’entreprise près de 410 millions de dollars. Ce vol a d’ailleurs fait l’objet d’une surveillance active de la part de la NASA qui au cours d’une enquête a localisé un total de 80 corrections nécessaires pour la préparation du Starliner. Enfin, un succès permettrait à Starliner de débuter les vols habités ce qui constitue une nouvelle étape cruciale pour le Starliner de Boeing.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-07-19T16:42:28+02:0019 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser