fbpx
x

(CLIMAT) Pour la première fois, il a plu près du sommet de la calotte glaciaire au Groenland

26 août 2021 – Le 14 août 2020, une pluie inédite a eu lieu près du sommet de la calotte glaciaire du Groenland, à 3 000 mètres d’altitude. Un phénomène inquiétant qui intervient alors que le nord du Groenland a connu des températures inhabituelles de plus de 20 °C. Cet épisode pluvieux unique pourrait être directement lié au réchauffement climatique.

Pour l’institut météorologique danois DMI, cet épisode pluvieux est un phénomène climatique exceptionnel, mais surtout inquiétant. En effet, depuis le début des mesures jamais un tel événement n’avait été rapporté à cette altitude. Cette pluie a été observée pendant plusieurs heures le 14 août à la station américaine Summit située au sommet de la calotte glaciaire, a signalé le Centre de données américain de la neige et de la glace (NSIDC). Au total, sept milliards de tonnes d’eau se sont déversées en l’espèce de quelques heures. La pluie a commencé à 5 heures du matin (heure locale) et a continué à s’abattre durant neuf heures. Il faut savoir que scientifiquement, la pluie ne peut tomber que si la température est supérieure ou légèrement inférieure à 0 °C. Selon un chercheur du DMI, Martin Stendel  “Il s’agit donc d’une situation extrême, car elle n’a peut-être jamais eu lieu auparavant » et qui est sans doute lié au réchauffement climatique.

UNE PLUIE AUX CONSÉQUENCES INQUIÉTANTES

L’une des principales conséquences de cette pluie, c’est une accélération de la fonte de la calotte glaciaire. La calotte groenlandaise est d’ailleurs particulièrement surveillée par les scientifiques, car on y observe un réchauffement trois fois plus rapide que pour le reste du globe. D’après de récentes études, la fonte de cette calotte glaciaire devrait contribuer à une élévation générale du niveau des océans à hauteur de 10 à 18 centimètres d’ici à 2100. Notons que si cette dernière venait à fondre complètement le niveau des océans s’élèverait de 6 à 7 mètres. Par ailleurs, le rapport du GIEC avait signalé que couplées à des vagues de chaleur de plus en plus nombreuses, les précipitations accélèreront la fonte des glaces. Il semblerait donc que cet épisode pluvieux soit un symbole de plus de l’impact du réchauffement climatique sur la fonte des glaces.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Jeff Bezos compte construire une station spatiale privée

26 octobre 2021 – Jeff Bezos semble vouloir pousser encore plus loin le tourisme spatial. Comme le montre son nouveau projet, Orbital Reef, une  station spatiale privée décrite comme un parc commercial pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes.

La société Blue Origin de Jeff Bezos et Sierra Space se sont associés dans un projet de grande envergure à savoir une station spatiale privée pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes. Ils ambitionnent de pouvoir la rendre opérationnelle d’ici la deuxième moitié de la décennie. Cette station spatiale qui sera baptisée Orbital Reef montre que la course pour la commercialisation de l’orbite terrestre basse a atteint un nouveau stade. Dans un communiqué BLue Origin et Sierra Space ont annoncé que cette station spatiale s’adresserait  à un large panel de client “Agences spatiales expérimentées, consortiums dans les hautes technologies, nations sans programme spatial, médias et agences de voyages, entrepreneurs et inventeurs subventionnés, investisseurs portés vers l’avenir, tous ont leur place”. La station évoluera à 500 km d’altitude, soit un peu plus haut que l’ISS et mesurera 830 m3, soit presque autant que l’ISS.

UN NOUVEAU SUCCESSEUR POUR L’ISS

À l’image de Starlab, Blue Origin et Sierra Space ont donc annoncé à leur tour la mise en place d’une station spatiale privée qui devrait entrer en service à l’horizon 2025. Une annonce qui intervient à un moment où la mise en place d’une station spatiale est intéressante stratégiquement puisque en théorie l’avenir de l’ISS est aujourd’hui officiellement assuré jusqu’en 2024. À cela s’ajoute le fait que d’un point de vue technique, la NASA a entériné le fait qu’elle soit capable d’opérer jusqu’en 2028 même si le patron de la NASA Bill Nelson, s’est prononcé en faveur de son extension jusqu’en 2030. Quoi qu’il en soit, l’ISS a une date de péremption qui approche à grands pas et des stations comme Orbital Reef seront là pour prendre la relève.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-08-26T17:12:30+02:0026 août 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser