17 mai 2021 — Des chercheurs britanniques pensent que dans un avenir proche, pour différentes raisons, l’agriculture ne pourra plus alimenter le monde entier. Pour survivre, les humains devront se tourner vers la consommation de « super aliments » comme par exemple les asticots !

Les  végétaux que l’on consomme, tels que l’orge, le maïs, les fruits et légumes et les produits d’origine animale tels que la viande, le poisson et les œufs, peuvent se raréfier à cause de multiples raisons : maladies, changement climatique, sécheresses et inondations qui peuvent toutes avoir un impact énorme sur les rendements futurs.

Par conséquent, les experts sont convaincus que l’humanité doit désormais rechercher de nouveaux produits alimentaires. Les larves d’insectes (farine de coléoptère, mouche domestique) peuvent aider les humains à faire face à la faim.

Il est bien connu que les insectes sont riches en protéines, en nutriments, en potassium, en magnésium et contiennent trois fois plus d’acides gras que le saumon. Dans certains supermarchés (même en Europe et aux États-Unis, pas seulement en Asie), les insectes peuvent être consommés comme collation, mais à l’avenir, la production «d’insectes comestibles» devra être augmentée pour «atténuer les effets de la malnutrition mondiale».

VERS UNE RÉVOLUTION ALIMENTAIRE ?

Bien sûr, il sera difficile pour l’humanité de passer à un nouveau régime alimentaire. C’est pourquoi les scientifiques disent que cette transition devrait être progressive. La première étape consiste à commencer à utiliser de nouveaux aliments comme la farine, les pâtes, les barres énergétiques ou les pains à hamburger. De cette façon, nous réduirons lentement notre dépendance aux céréales.

Dans leur article, les scientifiques ne pronostiquent pas de date approximative à laquelle l’humanité devra reconsidérer ses habitudes de production agricole. Cependant, les auteurs de l’article disent que « plus tôt nous passerons aux aliments issus des insectes, plus tôt notre alimentation sera sûre » et c’est plus de vies que nous pourrons sauver d’une grave malnutrition. Aujourd’hui, deux milliards de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire, dont plus de 690 millions souffrent de malnutrition dont 340 millions d’enfants  déficients en micronutriments.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV