fbpx

CONTACT OVNI : L’AFFAIRE BETTY CASH & VICKIE LANDRUM RESTE UN CAS INEXPLIQUÉ

10 septembre 2020 : Si de nos jours peu de témoignages évoquent un contact rapproché avec des extraterrestres, l’histoire de l’ufologie est truffée de cas qui ouvrent sur tout un tas de questions.

Comment peut-on envisager de tels contacts ? Comment doit-on appréhender de tels témoignages ? Doit-on les prendre au sérieux ? Les ufologues du monde entier déplorent souvent le manque d’intérêt pour ce genre de faits divers sauf peut-être aux USA où des affaires ont défrayé la chronique. C’est le cas celle rapportée par Betty Cash et Vickie Landrum. Une histoire qui nous ramène le 29 décembre 1980 au Texas dans le comté de Liberty, une zone peu fréquentée, car c’est la pleine campagne. On est en période de fêtes, et ce jour-là, Betty Cash (50 ans), Vickie Landrum (60 ans) et son petit-fils Colby Landrum (7 ans) décident d’aller faire un bingo en ville. Malheureusement pour elles et lui, en raison des vacances, le bingo est fermé. Déçus et décidant de rebrousser chemin, leur journée sera marquée par un premier événement qui aurait pu être dramatique, le petit Colby manque de se faire renverser en traversant la route. Du coup, tout le monde remonte dans la voiture et décide de rentrer à la maison.

L’APPARITION

Au bout de quelques kilomètres, le jeune Colby alerte les deux femmes de ce qu’il voit dans le ciel. Betty Cash et Vickie Landrum se mettent à scruter le ciel et voient au loin, une lueur. Ce qu’elles observent n’est pas très haut, mais elles ont du mal à voir ce que c’est vraiment. Elles diront toutefois que c’était très lumineux. En se rapprochant de la chose, elles pensent à un avion en train d’atterrir. Une réflexion qui semble plausible, car l’aéroport de Houston est à 50 km seulement. Par ailleurs, la région est connue pour abriter de nombreux terrains militaires qui ne sont pas très loin. Alors que la nuit tombe et qu’il fait de plus en plus noir, les trois occupants de la voiture peuvent toujours voir l’objet. S’en rapprochant de plus en plus, les deux femmes comprennent que ce n’est pas un avion. Elles diront que l’objet qui est dans le ciel était en forme de losange.

LE CONTACT

Continuant à rouler, elles arrivent presque en dessous de l’objet volant non identifié en question. Intriguées et poussées par leur curiosité, elles s’arrêtent. Il ne faudra pas attendre longtemps pour qu’elles soient effrayées et notamment à cause des éclairs émis par l’engin. Des éclairs qui jaillissent diront-elles du dessous de l’engin. La situation est si inquiétante qu’elles craignent pour leur vie. Apeurées, elles décident de faire demi-tour, mais ça se complique. Le moteur qui s’est coupé ne veut plus redémarrer ce qui est un fait courant dans les rencontres d’ovnis. Elles veulent fuir, mais sont coincées sous l’objet. Elles observent et tentent de comprendre ce qui leur arrive.

ANGE OU DÉMON ?

Ne sachant à quoi elles ont affaire, Vickie Landrum, très croyante, va penser au seigneur. Comme beaucoup d’Américains et de Texans, elle est très religieuse et pense que cette apparition n’est peut-être pas mauvaise et qu’elle marque peut-être le retour du Christ. Cette idée les pousse à sortir de la voiture avec le jeune Colby. Elles sont ébahies, ne comprennent ce qu’elles observent et ne peuvent pas identifier ce que c’est. Sans comprendre pourquoi, elles ressentent que la température augmente fortement. N’étant pas très à l’aise, Vickie Landrum et le petit Colby décident de remonter à l’intérieur de l’auto. En voulant l’ouvrir, elle se brûle, car la poignée est bouillante. À ce moment-là, elle a des doutes sur le retour du Christ. Elle comprend qu’il s’agit d’autre chose. Betty Cash, n’étant plus très à l’aise, décide, elle aussi de revenir dans le véhicule. À l’intérieur, la température est intenable, tout le monde suffoque. L’objet commence à cracher des flammes en direction de l’automobile. Elles diront avoir été totalement paniquées. Elles comprennent qu’elles sont en danger et pensent au pire. Heureusement, au bout d’un moment, l’objet s’éloigne tout doucement et dès qu’il est hors de portée, Betty Cash arrive à redémarrer la voiture.

LES STIGMATES DE CETTE RENCONTRE

L’histoire rapportée par les deux femmes montre que l’incident a laissé des traces. À commencer par des brûlures. En voulant poser sa main sur le tableau de bord, Vickie Landrum va y laisser son empreinte. Le plastique est si chaud qu’il garde la mémoire de la forme de sa main. Ne comprenant toujours pas ce qu’elles sont en train de vivre, leur attention est une nouvelle fois portée vers le ciel. Elles entendent à nouveau du bruit et voient une dizaine d’autres engins qui ont l’allure d’hélicoptères qui passent au-dessus de leur voiture. Elles diront dans leur témoignage avoir eu la sensation que ces objets accompagnaient l’objet volant qu’elles n’ont pu identifier. La situation les dépasse, elles ont peur, et décident de quitter la zone en trombe.

PROBLÈMES DE SANTÉ

Quatre jours plus tard, Betty Cash sera hospitalisée, brûlée au deuxième degré. D’autre part, les médecins notent également de fortes nausées et surtout elle perd ses cheveux par poignée. Vickie Landrum et Colby semblent souffrir des mêmes maux. Pour les toubibs, le trio a été exposé à des radiations. Si les médecins ne peuvent donner une explication certaine, l’expertise de leur voiture, elle, va révéler une chose étonnante à propos de l’empreinte de la main de Betty Cash sur le tableau de bord. Les enquêteurs diront que pour que le plastique fonde, il faut que la température à l’intérieur de l’habitacle ait atteint au moins 90°.

LA PRESSE

L’affaire Betty Cash et Vicky Landrum va intéresser les médias américains et les chercheurs ufologues de la planète vont tenter de comprendre ce qui leur est arrivé. Comme pour tout fait divers, l’histoire ne trouvant pas d’explication, le grand public va petit à petit ne plus s’y intéresser. Seuls les spécialistes vont continuer à chercher en vain.

Les trois témoins de cette rencontre fortuite vont reprendre leur vie tout en n’oubliant jamais ce qu’ils ont vécu. 18 ans plus tard, Betty Cash mourra d’un cancer. Une maladie qu’elle attribuera à cette rencontre.

Alors que s’est-il vraiment passé ce soir-là ? Comme dans de nombreux témoignages, on est droit de rester sur notre faim. Personne n’est capable de donner une explication plausible sur ce qu’elles ont vu. Visite d’extraterrestres, expérience militaire, black program, une chose est sûre, ce 29 décembre 1980, trois personnes ont été les témoins d’une observation d’un objet volant non identifié.

Bob Bellanca (rédaction bltv)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(SCIENCE) Notre tête révèle un organe inconnu jusqu’à ce jour

21 octobre 2020 — Publiée dans la revue Radiotherapy and oncology, une étude révèle l’existence d’un nouvel organe niché dans le nasopharynx humain. Un ensemble de glandes salivaires bilatérales. Jusqu’à il y a trois ans, les scientifiques pensaient que le corps humain contenait 78 organes. Depuis ils ont revu à la hausse le nombre de ses derniers en y rajoutant notamment le mésentère qui relie l’intestin aux parois abdominales. Cette fois, il va falloir également compter avec de nouvelles glandes salivaires. C’est une équipe de chercheurs néerlandais qui a fait cette

découverte anatomique. Niché à l’arrière du nasopharynx, ce nouvel ensemble de glandes salivaires a été découvert lors d’examens menés avec un PSMA sur des patients souffrant d’un cancer de la prostate. C’est grâce aux injections de glucose radioactif lors du scan que l’organe fut découvert.

Crédit photo : Institut néerlandais du cancer

ON A TOUS LES GLANDES

Notre corps est équipé de glandes salivaires dites « majeures » (ndld : les glandes parotides, sous-maxillaires et sublinguales) mais aussi de près d’un millier de glandes salivaires supplémentaires dites “mineures”. Minuscules, celles-ci sont nichées dans le tractus aérodigestif et dans toute la zone buccale, ce qui n’est pas le cas de ce nouvel organe qui appartiendrait aux glandes dites « majeures ». Placées précisément derrière le nez et au-dessus du palais, ces glandes se trouvent près du centre de notre tête. La question que beaucoup se posent est légitime : comment sommes-nous passés à côté depuis l’avènement de la radiographie ? Les spécialistes avancent que cette zone n’est pas très accessible. Pour certains, seules les nouvelles techniques d’imagerie PSMA-PET / CT peuvent le permettre.

Sur BTLV, on se demande souvent s’il existe un grand architecte à l’espèce humaine et il est certain que si la question est longtemps posée, une chose est sure, le corps humain est vraiment la plus belle machine qu’il a inventée…

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

2020-09-10T12:19:37+02:0010 septembre 2020|

Sujets susceptibles de vous intéresser