Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

Pour accéder à toutes nos interviews audio et vidéo
Rejoindre BTLV

25 mai 2020 — En cette période de pandémie mondiale, si les responsables de tous les pays tentent de confiner les peuples, une apparition présumée de la Vierge Marie provoque une agitation en Ouganda. Tout part de la communauté de Minako où un certain Philister Lekuru dit avoir été en contact avec l’esprit de la Sainte mère. Selon ce dernier, la vierge Marie lui serait apparue et lui aurait demandé de jeûner et de rester chez lui avant de faire une nouvelle apparition avec d’autres instructions. Malheureusement, même si le témoin dit avoir respecté les demandes de la Sainte Vierge, la rumeur de sa rencontre mystique s’est propagée aux communes voisines. Sans aucune explication, un avocatier du jardin de M. Lekuru est devenu l’épicentre du phénomène. Certains villageois disent y avoir vu également la mère de Jésus. Depuis, ils sont des milliers à oublier le coronavirus et à venir en pèlerinage en espérant apercevoir l’esprit dans l’arbre. Devant un tel engouement, le chef de la paroisse de Minako mène l’enquête et malgré de nombreux témoignages, il n’a toujours rien conclu sur cette affaire. Le chef de la paroisse qui déplore le manque de respect des visiteurs « Ceux qui viennent ici devraient être d’humeur de prière et de dévotion », avant de rajouter « mais certains prennent cela à la légère, poussés par la curiosité et le divertissement et c’est très mal parce que les questions de foi ne doivent pas prêter à la plaisanterie. »

ET LE VIRUS DANS TOUT ÇA ?

Si la consternation est de mise au sein des instances spirituelles de la région, les autorités administratives sont plus pragmatiques et craignent que ces rassemblements n’aggravent la propagation du coronavirus. Malgré une tentative d’étouffement de l’agitation en déclarant la propriété de Lekuru interdite aux visiteurs, les fidèles se pressent dans le village au grand désarroi des agriculteurs de la région qui voient leurs récoltes saccagées par les pèlerins qui passent à travers les terres agricoles plutôt que par les routes. La foi serait-elle plus forte que la peur de la pandémie ? Visiblement oui.

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)