Découvrez gratuitement le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

+4000H d'émissions pour donner du sens à sa vie
Je découvre maintenant

25 mars 2020 — La pandémie de Covid-19, née en décembre au coeur de la Chine, force aujourd’hui plus du tiers des êtres humains à se confiner chez eux et ne cesse de provoquer des bouleversements majeurs, dont le dernier en date est le report, annoncé mardi, des Jeux olympiques d’été.

Aux États-Unis, plongés dans une crise économique, Donald Trump a toutefois espéré une reprise prochaine des activités, peut-être d’ici la mi-avril, estimant qu’un confinement prolongé pourrait « détruire » le pays. De son côté, Wall Street a connu un vif rebond, le Dow Jones enregistrant même sa plus forte progression en une séance en près de 90 ans, porté par l’espoir d’un vote imminent d’un plan massif de relance de l’économie américaine.

Alors qu’à l’Est se dessine la fin prochaine de la quarantaine imposée pendant deux mois aux habitants de la province chinoise de Hubei, de nombreux pays sont aux prises avec une flambée de la maladie, que rien n’illustre mieux que la transformation, à Madrid, d’une patinoire en morgue géante.

Après avoir longuement hésité, les organisateurs des JO de Tokyo se sont rendus mardi à l’évidence : impossible, dans de pareilles conditions, d’organiser en juillet la grand-messe internationale du sport.

Sur proposition du Premier ministre Shinzo Abe, le Comité international olympique a accepté un report d’un an et les JO d’été 2020 auront lieu « au plus tard à l’été 2021 ».

Depuis la première édition en 1896, il s’agit du premier report des Jeux olympiques en dehors d’une période de guerre.

Ces jeux, qui s’appelleront toujours « Tokyo 2020 », seront « le témoignage de la défaite du virus » face à l’humanité, a lancé M. Abe.

LEVÉE DE QUARANTAINE

Mais pour l’instant, face à cette maladie sans vaccin ni remède, cette « défaite du virus » ne semble pouvoir passer que par une drastique réduction des contacts entre êtres humains.

C’est ainsi qu’avec le confinement annoncé de la population indienne, qui entrera en vigueur mardi à minuit (18H30 GMT), plus de 2,6 milliards de personnes sont désormais appelées par leurs autorités à rester confinées chez elles, selon un comptage réalisé à partir d’une base de données de l’AFP.

Cela représente plus d’un tiers de la population mondiale, évaluée par l’ONU à 7,8 milliards de personnes en 2020.

Les Indiens vont à leur tour se cloîtrer chez eux au moment où, paradoxalement, la province chinoise du Hubei, berceau de la pandémie, entame les préparatifs pour lever, dans les jours qui viennent, sa quarantaine qui a duré plus de deux mois.

Ces dernières semaines, le nombre de nouvelles contaminations dans le Hubei s’est considérablement réduit. Certains habitants ont déjà repris le travail et les transports publics redémarrent progressivement. Les résidents de Wuhan, ville au coeur de l’épidémie et placée sous cloche depuis fin janvier, devront cependant attendre le 8 avril.

Cette image optimiste tranche avec la situation ailleurs dans le monde, où les mesures d’isolation mettent du temps à porter leurs fruits.

D’après un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles, plus de 18.000 personnes ont perdu la vie à cause de ce virus et plus de 400.000 cas d’infection ont été diagnostiqués dans 175 pays et territoires.

Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant plus que les cas nécessitant une hospitalisation.

Rédaction btlv.fr (source AFP)