fbpx

CROP CIRCLE : mystérieuse apparition dans le Val-d’Oise

5 juin2019 — Le crop circle a été photographié par un pilote de l’aéro-club d’Enghien-Moisselles. Une photo qui a affolé les internautes jusqu’en Russie. Ce crop circle ou cercle de culture est apparu dans un champ de blé à proximité du carrefour de la croix verte le week-end dernier. Un sujet que nous traitons régulièrement sur btlv comme dans cette émission avec Patrice Marty

 

Le dessin aurait été réalisé dans la nuit de vendredi à samedi. Il représente une succession d’arcs de cercle pointant en direction du nord. Un événement qui va faire certainement la renommée de Baillet-en-France.

L’aéro-club a posté dimanche les photos sur Facebook. Le message a depuis été partagé des centaines de fois, y compris en Russie ou en Espagne. « On est un tout petit aéro-club. D’habitude, si on a 12 likes, c’est le maximum », précise Frédérick Blacher. Dans les commentaires chacun y va de sa théorie sur l’origine du phénomène. « Il y en a plein qui pensent que ce sont des extraterrestres ou des êtres de lumières qui ont fait ça », s’étonne-t-il.

LE MUFON FRANCE ENQUÊTE

Pascal Fechner président du Mufon France a sollicité Franck Bonneau, qui, bien qu’en déplacement professionnel, a donné un premier avis sur la réalisation.

Rappelons que Franck, artiste en Land Art, donne son avis sur la technique, c’est-à-dire regarde la technicité nécessaire pour réaliser le crop. Voici son point de vue : “Un crop digne de ce nom, bien construit, esthétique et tracé avec précision.

Mais comme tu l’as toi-même constaté, les traces de passages sont visibles sur l’ensemble de l’axe longitudinal. On distingue même les centres des cercles !

Chapeau à ses créateurs !

Franck confirme ce que nous pense le Mufon, bien que très réussi visuellement, la technicité de la réalisation reste tout à fait “humaine”, avec des accès entre cercles très visibles, en tout cas rien qui ne peut être fait avec des moyens bien de chez nous. On peut s’interroger sur le dernier cercle, le plus à gauche, mais son accès a pu être facilité par le chemin des roues (qui doit être à moins de 1 mètre).

Il n’empêche que la conception et la préparation de ce crop ont du être minutieuses, nous avons là un travail de personnes motivées et bien préparées. Astronogeek et consorts ont peut-être malgré eux lancé le mouvement en France, allons nous avoir une année aussi riche en France qu’en Angleterre ? On va voir ça… Après tout, les agriculteurs français aussi ont droit au tourisme cropologiste.

Rédaction btlv.fr (source Le Parisien/Mufon France)

 

 

 

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

STATION SPATIALE : encore une manœuvre pour éviter une collision avec un débris

23 septembre 2020 — Manœuvre délicate pour la Station spatiale internationale (ISS) afin d’éviter une possible collision avec un astéroïde.

On le sait depuis le début de la conquête spatiale, il y a des milliers de débris qui tournent autour de la terre et qui sont régulièrement répertoriés par la NASA et surveillés par une unité militaire

Cette année, il s’agissait de la troisième manœuvre de ce type, cela concernait une ancienne fusée japonaise.

De son côté, la NASA réclame des moyens supplémentaires pour surveiller des débris qui deviennent de plus en plus dangereux pour l’ISS.

Cette fois, le débris serait passé très près à 1,39 kilomètre de l’ISS, selon la NASA, mais il a été décidé d’élever l’orbite de la station par précaution. C’est une capsule cargo russe (Progress), amarrée à la station, qui a poussé l’ISS un peu plus haut en allumant ses propulseurs, pendant 2 minutes et demie, l’opération étant contrôlée en coopération entre les salles de contrôle russe et américaine.

DES ASTRONAUTES RÉFUGIÉS DANS LA CAPSULE SOYOUZ

Selon l’astronome Jonathan McDowell, l’objet menaçant était un débris provenant d’un étage d’une fusée japonaise lancée en 2018, et qui s’est désintégrée en 77 morceaux en février 2019.

Les membres d’équipage, deux Russes et un Américain, ont dû temporairement se placer dans la partie russe de l’ISS, afin de pouvoir évacuer en urgence avec la capsule Soyouz en cas de danger, ce qui n’a finalement pas été nécessaire (dans un premier communiqué, la NASA avait indiqué que les astronautes entreraient dans le vaisseau).

L’ISS était à environ 421 km au-dessus des océans avant l’opération, et à 435 km après. Elle file à environ 27 500 km/h: à cette vitesse, même un petit objet peut gravement endommager voire détruire un panneau solaire ou un autre élément.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

2020-03-24T17:40:21+01:005 juin 2019|

Sujets susceptibles de vous intéresser