Découvrez le premier site (Vidéo / Audio / Actu) consacré aux états modifiés de conscience et à la parapsychologie

Regardez et écoutez BTLV gratuitement et sans engagement pendant 7 jours
+3000H d'émissions pour donner du sens à sa vie
Je découvre maintenant

11 janvier 2018 : Mark Twain disait : « Le lit est l’endroit le plus dangereux du monde. 80 % des gens y meurent »… Et ce n’est pas Gonzalo Montoya Jiménez, détenu dans une prison espagnole, qui prétendra le contraire ! Le jeune homme de 29 ans s’est réveillé à la morgue alors qu’il avait été déclaré officiellement mort par trois médecins.

JUSTE À TEMPS POUR… VIVRE

Alors que les autorités pénitentiaires effectuaient leur habituel appel matinal, ils découvrent le détenu Jiménez inconscient dans sa cellule. Après le passage de trois médecins et leur diagnostic sans appel, le jeune homme est transféré à l’Institut Médico-Légal d’Oviedo. Quelques heures passées à la morgue, et quelques lignes directrices rigoureusement marquées sur sa peau (annonce d’un passage au scalpel imminent) plus tard, le patient était prêt pour l’autopsie… Mais c’était sans compter sur le bruit étrange émanant du fond de la housse mortuaire. En effet, au moment même où les médecins légistes s’apprêtaient à ouvrir cette dernière, unson, pour le moins intrigant,a été entendu : un ronflement !

QUAND LES APPARENCES SONT TROMPEUSES

Ni son absence de signes vitaux, ni sa peau violacée et encore moins sa rigidité cadavérique n’auront eu raison de lui : Gonzalo Montoya Jiménezest bien vivant ! La stupeur et l’effroi des médecins et de la famille du « ressuscité » passés, ce dernier a été emmené à l’hôpital afin de se remettre au mieux de cette expérience pour le moins troublante et traumatisante. Malgré son état actuellement stable, les spécialistes n’ont toujours pas d’explications exactes quant à ce que les plus bienveillants d’entre nous pourraient qualifier de « malheureux malentendu ». Les proches de la victime, eux, estiment qu’un procès contre l’établissement pénitencier ne serait pas de trop… Une enquête officielle est en cours.

 Ana Talan (btlv.fr/sciencealert.com)